Voyage dans les limbes rossiennes

Zoom sur l'image Voyage dans les limbes rossiennes
Aldo Rossi architecte du suspens, en quête du temps propre de l’architecture, Can onaner. Editions Métis Presses, 2016

L’ambitieux essai de l’architecte franco-turc Can Onaner propose de déconstruire l'inquiétante étrangeté qui émane des réalisations d'Aldo Rossi, en puisant ses outils dans la psychanalyse.

Il y a quelque chose d’effrayant dans la rigueur et l’austérité de l’architecture d’Aldo Rossi, quelque chose de grave qui la distingue dans la famille postmoderne où on la range souvent un peu vite. Comme la cour de l’école primaire de Broni (1969-1970), aussi cruelle que celle d’une prison. On a déjà vu cent fois les fenêtres carrées des maisonnettes à toiture double pan qui peuplent ses projets et les triangles équilatéraux qu’il fait fontaine ou pont selon les lieux. Où les a-t-on vus précisément ? Partout, et nulle part à la fois. Ces formes élémentaires sont le spectre d’une culture commune, les fantômes de nos souvenirs d’enfants. D’où l’inquiétante étrangeté freudienne qui enveloppe quiconque longe les tombeaux du cimetière de Modène (1971-1978), alignés tels des cabines de plage. Le malaise qu’infuse la production rossienne par la répétition compulsive de symboles semble universel. L’ambitieux essai de l’architecte franco-turc Can Onaner propose de déconstruire ce sentiment, de sonder les inconscients en puisant ses outils dans la psychanalyse pour saisir, à partir d’une relecture originale des écrits et de la production italienne de Rossi, la complexité du processus créateur qui en est à l’origine. Il invite à un voyage dans des limbes dont l’aridité du texte se plaît à accentuer l’obscurité, ce temps suspendu mis en place par Rossi dans des projets imaginés comme des espaces en attente de l’événement qui les fera vivre.

Ascétisme

« L’architecture doit être peu caractérisée, elle ne doit être manifeste que dans la mesure où elle sert l’imagination ou l’action », écrit Rossi dans Autobiographie scientifique. Selon Can Onaner, le type (la cabine de plage, le théâtre, la colonne, etc.) qui nourrit le procédé de répétition rossien, contient en latence l’énergie capable de le bouleverser. Par son utilisation, Aldo Rossi signerait un contrat masochiste donnant gré à l’usager de travestir la froideur de l’espace mis en place. Au fond, et la richesse iconographique de l’ouvrage en est la meilleure illustration, qu’importe l’intérieur des bâtiments et leurs usagers – jamais montrés, c’est l’image qui prédomine. Dans l’œil de Rossi, l’ascétisme de l’architecture n’est pas une aridité, c’est « un phantasme punitif nécessaire à la libération et au plaisir défendu », analyse Can Onaner. Dès lors, et c’est une leçon pour nos sociétés contemporaines qui prônent l’innovation à tout prix, la nouveauté chez Rossi n’est pas dans la solution formelle mais dans son utilisation. Tels ces enfants qui rient, crient et réinventent à chaque jeu la cour monumentale et froide de l’école de Fagnano Olona (1972-1976).

 

  • Aldo Rossi architecte du suspens, en quête du temps propre de l’architecture, Can onaner.
    Métis Presses, 2016, 175 p., 34 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 010_Image67296.jpg

Dans les archives d'AMC: Raj Rewal, en quête d'une […]

14/05/2021

300 En novembre 2013, Sandrine Gill et Patrick Henry rencontrent Raj Rewal, dans son agence à Delhi. Né en 1934, l'architecte appartient à cette génération post-coloniale d'intellectuels indiens qui ont voyagé et étudié hors de leur pays. S'il reconnaît l'apport de Le Corbusier et Louis Kahn, il ne […]

PHOTO - 24961_1478094_k2_k1_3420683.jpg

Raj Rewal en conversation - Livre

14/05/2021

300 Bien que Raj Rewal, figure du modernisme indien, soit considéré comme l'un des acteurs majeurs de la scène architecturale de l'Asie du Sud-Est, son œuvre demeure largement méconnue tant elle est abondante et protéiforme. A l'heure où la tendance de « la plus grande démocratie du monde » est […]

Palmarès de l'Equerre d'argent 2021, les candidatures sont ouvertes

Équerre d'argent 2021: les candidatures sont […]

12/05/2021

300 Les candidatures pour participer à la 39e édition du palmarès de l'Equerre d'argent sont ouvertes ! Proposez vos réalisations avant le 10 septembre 2021. Décernée depuis 1983, le prix organisé par les rédaction du Moniteur et d'AMC a pour objectif de faire connaître le meilleur de la production […]

Abonnés AMC

Extension d'équipement scolaire, Ateliers O-S, Lugrin (Haute-Savoie)

Pureté des formes et humanité de la matière, une […]

11/05/2021

300 A Lugrin, commune du pays d'Evian offrant un panorama époustouflant sur le lac Léman, la silhouette étirée en Corten du nouveau réfectoire de l'école signée Ateliers O-S émerge du site étagé en terrasses. Avec sa forme archétypale de la grange à deux pans, il joue de la pureté de son volume pour […]

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, en charge de l’urbanisme, l’architecture, du Grand Paris, de la transformation des politiques publiques et des relations avec les arrondissements.

PLU bioclimatique, esthétique parisienne et […]

11/05/2021

300 Révision du plan local d'urbanisme, élaboration d'un "Manifeste de l’esthétique parisienne", débat sur la construction de nouvelles tours, etc. Dans un long entretien avec les journalistes du Moniteur, Marie-Douce Albert et Nathalie Moutarde, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la maire de […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24961_1477829_k2_k1_3420175.jpg

L'impossible héritage berlinois, entre mythes et […]

10/05/2021

300 A Berlin, dans le quartier populaire de Neukölln en passe d'être gentrifié, le projet de destruction-reconstruction de l'iconique grand magasin Kartast fait polémique. Un projet confié à David Chipperfield par Signa Holding, qui révèle le rapport ambigu qu'entretient la ville avec les fantômes […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital