Zerm, des architectes déconstructeurs en quête de ressources

Zoom sur l'image Zerm, des architectes déconstructeurs en quête de ressources
© Zerm - Cycle de la matière, association d'architectes Zerm

Articles Liés

La déconstruction par Rotor

COP 21 : Quelle place pour le recyclage dans le bâtiment ?

"Expert en réemploi, une nouvelle mission pour les architectes", par Julie Benoit,[...]

Cinq jeunes architectes lillois, réunis du sein du collectif Zerm, lancent une campagne de financement participatif pour concrétiser leur projet: créer une ressourcerie de matériaux de seconde main à Roubaix (Nord).

Les expérimentations liées au cycle de vie de la matière dans le champ de la construction se multiplient, preuve que "l'écoresponsabilité" du secteur du bâtiment préoccupe. Alors qu'à Paris, le Pavillon circulaire conçu par l'agence Encore Heureux à 70% à partir de matériaux de seconde main est mis aux enchères pour redevenir, peut-être, matière première, à Roubaix, le collectif de jeunes architectes Zerm lance une campagne de financement participatif en ligne pour ouvrir une ressourcerie de matériaux de réemploi.

Ressourcerie sur consignation

Dans la même veine que les Belges de Rotor et leur plateforme en ligne de vente de produits de seconde main ou que l'association Bellastock, experte du réemploi in situ dans le cadre de projets urbains, l'association Zerm milite pour la valorisation des déchets issus des travaux de déconstruction et de réhabilitation. "Le secteur du bâtiment génère environ 40 millions de tonnes de déchets par an, dont plus de 90% proviennent des travaux de déconstruction et de réhabilitation. La loi de transition énergétique fixe comme objectif de recycler 70% des déchets du BTP en 2020. Ces déchets sont rarement valorisés", expliquent les membres de Zerm. Le projet de l'association est ambitieux: il vise à créer une filière du réemploi à l'échelle territoriale. "Plus qu'un stock, la ressourcerie sur consignation" que nous souhaitons créer est l’occasion de transformer les démolisseurs en déconstructeurs. Le principe est simple: la ressourcerie est un entrepôt alimenté par des matériaux issus des chantiers de démolition et/ou provenant de particuliers. Plutôt que de jeter leurs matériaux à la déchetterie contre le paiement d’une taxe, la ressourcerie leur permet de laisser –gratuitement et pour un temps défini– certains matériaux en consigne. Si les matériaux trouvent acquéreurs, le déconstructeur est rémunéré suivant un barème fixé en amont. A la fin du délai accordé au matériau, s'il n'a pas trouvé d'acquéreur, celui-ci est évacué en centre de tri et revalorisation de déchets. Ce délai accordé aux matériaux est ce que nous appelons, "le temps de devenir déchet". C’est l’intervalle qui laisse une opportunité aux objets, éléments, matériaux déjà produits d'être réemployés avant qu’on ne les considère définitivement comme des déchets."

Vitrine en usine

Pourquoi s'installer à Roubaix? L'ouverture d'une ressourcerie dans une ville dont le patrimoine bâti est parfois rénové, souvent vacant, dégradé puis démoli est l'opportunité, selon Zerm, de développer une véritable économie du réemploi, en stimulant la filière existante. La ressourcerie prendra place aux Ateliers Jouret, une ancienne usine réhabilitée. Elle sera construite à partir de matériaux de réemploi et sera une vitrine pour les matériaux et leurs mises en œuvre possibles. Au total, 13000 euros sont nécessaires pour l'ouverture de la ressourcerie. Encore une centaine de jours pour soutenir le projet.

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

L'ornement est un crime. L'architecture du mouvement moderne, Matt Gibberd, Albert Hill

La persistance du mouvement moderne

19/10/2018

En présentant près de 300 maisons particulières construites entre le début du XXe siècle et aujourd’hui, ce beau livre noir et blanc – qui tient davantage du manifeste visuel que de l’ouvrage historique et scientifique – tente de […]

Configurations pour Tangram, Interstuhl

Salon du mobilier Orgatec : liberté au travail !

18/10/2018

Orgatec est l'occasion de revoir l'aménagement de ses bureaux de fond en comble. Le bureau rêvé existe, dans un confort extraordinaire du tout ajustable, du rangement fixe aux systèmes nomades. Alors à quand la réalité dans nos espaces ? […]

Paola Viganò

Alexandre Chemetoff, Étienne Tricaud et Paola […]

18/10/2018

Au cours de la 5e édition de la biennale d'architecture et d'urbanisme In-Situ à Caen, Frédéric Lenne, commissaire de la manifestation, organise divers rencontres pour débattre de comment faire battre le cœur des villes. Parmi une liste […]

Rendez-vous à suivre

Neuf rendez-vous d'architecture du 19 au 25 […]

18/10/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Les journées nationales de l’architecture Les 19, 20, 21 octobre, partout en France Troisième édition de ces journées […]

L'extension d'une scène musicale à Rio de Janeiro (Brésil), par Oyapock architects

Oyapock livre l'extension d'une scène musicale à […]

17/10/2018

Sur les pentes de la favela de Vigidal, en balcon sur la baie de Rio, cette salle de musique a été agrandie en absorbant et en reliant les constructions voisines. Vocabulaire architectural, implantation et systèmes constructifs locaux favorisent son intégration dans un […]

Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus

Oyapock

17/10/2018

Issus de l’agence Brenac & Gonzalez et du studio brésilien Arthur Casas, Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus créent Oyapock en 2015. Leur nom fait référence au fleuve qui sépare la France (Guyane) et le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus