68 logements sociaux et foyer d’accueil pour handicapés par Margot-Duclot

L'agence Margot-Duclot livre une vaste opération de logements sociaux et un foyer d'accueil pour personnes handicapées, conçus pour le compte d'Immobilière 3F dans la ZAC de la Croix blanche à Vigneux-sur-Seine (Essonne).

68 logements sociaux et foyer d’accueil pour personnes handicapées, Margot-Duclot architectes associés, Vigneux-sur-Seine (Essonne) - © 11h45
photo n° 1/18
Zoom sur l'image 68 logements sociaux et foyer d’accueil pour handicapés par Margot-Duclot

En partant d’un redécoupage du foncier et d’une stratégie d’îlots ouverts, le plan directeur de la ZAC de la Croix blanche à Vigneux-sur-Seine (Essonne) vise à retrouver une échelle urbaine et une centralité forte, tout en conservant la structure générale du quartier. À côté des tours de la Croix blanche de Raymond Lopez, l’architecture des Briques rouges de Paul Chemetov s'affirme comme une antithèse du productivisme urbain et les nouveaux rapports urbains qui commencent à s’installer entre les immeubles et l’avenue de la Concorde fondent déjà le renouveau du quartier. L’îlot 2E occupe une place particulière dans ce contexte: il marque l’entrée de la nouvelle centralité voulue pour le projet d’ensemble. Il doit assurer une continuité entre les Briques rouges, la trame aérée des années 1960-1970 et les nouvelles formes urbaines de la ZAC. Le projet de l'agence Margot-Duclot répond à ces différents enjeux en inscrivant dans le site une composition volontaire dans son écriture architecturale, variée et vivante dans sa volumétrie et dans ses usages. Les architectes ont choisi deux matériaux pour exprimer cette attention à l'existant et annoncer le renouveau urbain: la brique pour son épaisseur domestique et le métal laqué déployé, pour sa légèreté qui dévoile l’usage des balcons, sans les exposer aux regards.

 

Comme une grande maison

L’architecture du projet s’appuie sur trois échelles de perception. D'abord, une perception à l'échelle du quartier, qui se réfère aux gabarits, aux lignes d’acrotères, aux relations entre les divers bâtiments. Ensuite, une lecture architecturale plus fine: la perception au niveau des piétons donne toute son importance au traitement en briques des rez-de-chaussée, à l’écriture des façades, à la porosité de l’îlot et à ses espaces verts. À ces deux échelles s’ajoute l’expression des programmes: celle du logement collectif qui impose sa présence urbaine et celle de la Résidence, telle une grande maison familiale.

La conception des logements optimise les surfaces et l’éclairement des pièces de vie et réduit les circulations, tout en préservant un espace d’entrée autonome. La totalité des appartements bénéficie d’un jardin, d’un balcon ou d’une terrasse. Les balcons sont abrités au sud, à l'est et à l'ouest derrière une résille en métal laqué blanc qui brise le soleil en été et laisse passer les rayons bas en hiver. Chaque logement dispose d’un cellier sur le palier. La Résidence est conçue comme une villa pour deux grands appartements familiaux. L’encorbellement au-dessus du rez-de-chaussée renforce le caractère singulier de cette grande maison et offre une entrée protégée et accueillante, accompagnée par la végétation et par un mur en meulière, évocation de la "maison mère", siège de la Résidence. L’accueil et les espaces d’activités communes sont regroupés au rez-de-chaussée, en relation avec la terrasse et le jardin au sud. À l’étage, chaque unité est organisée comme un appartement, prenant en compte les besoins d’intimité et le libre accès aux espaces partagés (salle à manger, salon et cuisine indépendante). L’organisation reprend la distribution jour/nuit des logements traditionnels, dans laquelle les accès et l'activité des pièces communes ne perturbent pas les chambres.

 

  • Lieu: Vigneux-sur-Seine, Essonne
  • Maîtrise d’ouvrage: Immobilière 3F
  • Maîtrise d’œuvre: Margot-Duclot architectes associés; Emmanuel Dequidt, architecture d’intérieur; Berim, BET TCE
  • Programme: 68 logements locatifs sociaux et un foyer d’accueil pour personnes handicapées
  • Surface logements, 4870 m2 Shon; foyer, 900 m2 SDP
  • Calendrier: concours, juin 2012; livraison, mai 2016
  • Coût des travaux: logements, 9,2 M€ HT; foyer, 1,9 M€ HT
     

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Passage Clichy, Brassaï, 1930-1932

L'hôtel parisien, en quête d'idéal-type - […]

16/12/2019

Le Pavillon de l'Arsenal consacre, jusqu'au 12 janvier 2020, une large exposition aux hôtels, figure typologique trop inexplorée par les architectes. L'occasion de questionner, en remontant l'histoire parisienne de ces lieux d'habitation temporaire et à […]

La Marquise, Jean-Benoît Vétillard architecte, Pavillon de l'Arsenal, 2019

Les humeurs de la marquise, ou le futur de l'hôtel […]

16/12/2019

Dans le cadre de l'exposition "Hôtel Métropole" au Pavillon de l'Arsenal à Paris, l'architecte Jean-Benoît Vétillard imagine une marquise en fibre végétale, autonome en énergie. "La marquise est un organe palpitant, […]

Jean-Benoît Vétillard, architecte, Ajap 2018

Jean-Benoît Vétillard, architecte - Portrait

16/12/2019

Diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne en 2007, Jean-Benoît Vétillard fonde son agence à Paris en 2014. Jean-Benoît Vétillard mène son activité d'architecte à toutes les […]

Exposition Le Maire et l’architecte. Marché aux bestiaux en activité, 1928, Tony Garnier.

Lyon célèbre les 150 ans de Tony Garnier

13/12/2019

Avec son utopie de «Cité industrielle», Tony Garnier fut le premier architecte moderne à penser la ville dans son ensemble. Né le 13 août 1869, cet architecte lyonnais, Grand Prix de Rome en 1899, a profondément transformé le visage de sa ville […]

Localarchitecture

Localarchitecture - Portrait

06/12/2019

Diplômés de l’EPFL, Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer fondent l'agence Localarchitecture à Lausanne en 2002. Les architectes Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer développent avec leur agence Localarchitecture une […]

A l'étage de la boutique Unifor, restauration de Simone Agresta

Renaissance d’une boutique Afra et Tobia Scarpa à […]

12/12/2019

UniFor a entièrement rénové son showroom historique à Paris, en ravivant l'œuvre conçue par Afra et Tobia Scarpa en 1979. Une intervention signée d’un autre architecte italien, Simone Agresta, qui a rendu hommage aux designers par la remise […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus