A Rouen, le campus de Mont-Saint-Aignan promis à la démolition

Fin janvier 2020, un permis de démolir a été délivré par la Préfecture de Seine-Maritime, malgré l’avis défavorable de la municipalité de Mont-Saint-Aignan, pour l’un des premiers bâtiments du campus rouennais, le Bâtiment des sciences, édifié à partir de 1959 par l’architecte Pierre Noël et son associé André Guerrier. Au-delà de sa valeur culturelle, patrimoniale et mémorielle en matière d’enseignement supérieur, le campus de Mont-Saint-Aignan, ensemble emblématique des architectures des Trente Glorieuses, se démarque par la qualité de son dessin et de ses matériaux. La spectaculaire bibliothèque du site universitaire, réalisée par les mêmes auteurs, devrait aussi être détruite. A l’heure de la crise que traversent les universités et de la prise en compte des enjeux écologiques, la destruction coûteuse et énergivore de tels bâtiments paraît d’un autre temps et dépourvue de sens. Une pétition est en ligne pour stopper cette démolition.

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
La bibliothèque du campus de Saint-Aignan à Rouen, 1964-1969. Architectes Pierre Noël et André Guerrier. - © Photo-J.Luquet.1965. Cre?dits-Fonds FennyNoe?lParle?ani.Coll.part.
photo n° 1/6
Zoom sur l'image A Rouen, le campus de Mont-Saint-Aignan promis à la démolition

Articles Liés

A Toulouse, l’université du Mirail de Candilis sera-t-elle complètement rasée ?

La démolition-reconstruction de l’université du Mirail à Toulouse

Parmi les campus universitaires, celui de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, est comparable à bien des égards aux grands campus de l’Hexagone, de Rennes-Villejean, en passant par Toulouse-Le Mirail,  Grenoble, Strasbourg, sans oublier les campus d’Ile-de-France.  Adossé à la ville de Rouen, ce campus des Trente Glorieuses a permis à celle-ci de conforter sa vocation universitaire dans les années 1950. Projet ambitieux […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital