A Strasbourg, la ville "color block" selon Lan

A Strasbourg, l’agence Lan vient de livrer l’îlot Saint-urbain, un ensemble mixte multicolore de plus de 21 500 m2 qui se démarque autant par sa singularité que par la réussite de son insertion contextuelle. Si elle affirme l’identité de chaque bâtiment, la couleur est ici utilisée comme une donnée constructive et atmosphérique qui agit à l’échelle de la ville.

Ilot Saint-Urbain - Strasbourg - LAN Architecture - © Charly Broyez
photo n° 1/17
Zoom sur l'image A Strasbourg, la ville color block selon Lan

Ilot Saint-Urbain - Strasbourg - LAN Architecture

Articles Liés

Le nouveau théatre du Maillon, signé LAN à Strasbourg, lauréat du prix Culture, jeunesse[...]

Du badigeon à l'événement urbain, la couleur gagne en épaisseur

"La couleur est un allié essentiel pour faire le lien entre l'espace et l'humain",[...]

Situé entre le cimetière Saint-Urbain et le parc de l’Étoile, bordé d’un côté par la large avenue Jean-Jaurès et de l’autre par la route transfrontalière E52, le nouveau morceau de ville livré par les architectes de l'agence Lan à Strasbourg, a d’abord été imaginé comme un stimulus urbain. Occupant une zone jusqu’alors délaissée, le projet rétablit un lien entre le centre-ville et le quartier Neudorf. Les huit édifices fabriquent ainsi une pièce urbaine comprenant 178 logements, un hôtel, et des bureaux. Réunis autour d’un jardin sur dalle, ils reposent sur un socle actif où prennent place des commerces de bouche et de services essentiels. Les logements proposés en accession libre, aidée, intermédiaire, ou en logements sociaux, répondent à la diversité des parcours résidentiels. L’ensemble offrant une mixité fonctionnelle qui dynamise le quotidien des habitants tout en restant connecté avec le reste de la ville.

Un art de la répétition

Les vis-à-vis et l’espacement ajusté des blocs fabriquent une domesticité de quartier qui renforcent un sentiment d’appartenance, tout en s’ouvrant au paysage urbain et aux horizons métropolitains. C’est l’expérience de ce rapport d’échelle entre le proche et le lointain, entre l’intime et la vie collective qui est ici proposée, à partir d’une réflexion sur la fenêtre et la répétition. Sa multiplication, en lignes et colonnes, opère un lien entre les éléments qui composent les bâtiments, qu’il s’agisse de leur structure ou de leur modénature. Le module élémentaire de la trame étant constitué de quatre ouvertures réparties sur deux niveaux, ce qui dessine une grande fenêtre à croisée, à la fois urbaine et structurelle. Même fenêtre, même trame, même couleur : le système répétitif mis en place s’apparente à un principe de neutralité qui fait se rejoindre les échelles de l’homme et de l’architecture. De même, l’unicité des façades - qui ne laissent pas deviner ce qu’elles abritent – témoigne d’une volonté d’établir une égalité citoyenne entre tous les habitants de l’îlot, quels que soient les programmes.

Harmonies de teintes

Loin d’être gratuit, le recours de la couleur s’inscrit ici dans l’histoire architecturale strasbourgeoise qui est elle-même très colorée. A titre d’exemple, le marron de l’hôtel fait référence aux bâtiments de la ville, aussi bien à la cité de la musique d’Henri Gaudin située à proximité, qu’à la cathédrale construite en grès de Vosges. Ou encore, le jaune olive est un pastel que l’on retrouve dans le centre historique, notamment dans le quartier de la Petite France. Au sein de l’îlot, l’interaction des teintes colorées joue par complémentarité et distanciation des plans. Obtenue grâce à un processus de minéralisation du béton, la couleur contribue à générer une atmosphère pacifiée apportant des qualités d’urbanité à l’espace public qui devient un entre-deux coloré. Agissant comme un décor, la couleur n’en est pas moins structurante et concourt à individualiser chaque édifice.

 

 

 

  • Lieu : Route de Vienne - Rue de la Colonne ZAC Étoile, îlot ZD6, Strasbourg
  • Maîtrise d’ouvrage : Plot A (Pierres & Territoires) ; plot B (CDC Habitat) ; plot C (Domial) ;plot D (Domial/Action Logement ) ; plot E (Ophea) ; plot F (Domial) ; plot G (Domial) ; plot H (Naos)
  • Maîtrise d'œuvre :  LAN (architectes mandataires) ; TOA (architectes associés).
  • Programme : 6 bâtiments, dont une tour de 18 étages, offrent au total 178 appartements ; 1 bâtiment de bureaux d’environ 2 756 m² ;1 bâtiment accueille un hôtel 4 étoiles d’environ 4 860 m² et 123 chambres; le programme comporte également la réalisation de 6 à 8 commerces de bouche et restaurants, occupant une surface d’environ 2 269 m² ; un jardin privatif partagé en coeur d’îlot et 211 places de stationnement en sous-sol.
  • Surface : 21 542 m²
  • Calendrier : 2021
  • Coût : 37 M€ HT

     

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Meubles en acier de Jean Garçon : table, chauffeuse avec coussins en peau de vachette, cache-pot sur roulettes, tabouret, une des deux tables basses  peut faire office de banc, vers 1966. Photographie Jacques Primois.

Jean Garçon, un créateur des Trente Glorieuses à […]

18/06/2021

300 Un livre et une exposition rendent hommage à Jean Garçon (1928-2011), un créateur des Trente Glorieuses aux talents multiples qui s’est notamment illustré dans la conception de meubles en acier au graphisme minimal. Une double actualité qui remet en lumière une œuvre restée trop longtemps […]

Abonnés AMC

Usine de R&D, FREAKS, Lamotte-Beuvron (41)

Pour Sammode, FREAKS redonne vie au hangar […]

17/06/2021

300 L'entreprise française de tubes lumineux industriels Sammode a inauguré son troisième site de production, destiné à la R&D : un hangar de zone d'activité réhabilité par Freaks, en périphérie de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher). Pour revaloriser cette architecture périurbaine sans qualité apparente, […]

Abonnés AMC

Pavillon des Pays-Bas - Who is We ? - 17ème biennale d'architecture de Venise

Venise 2021, le top 10 de la rédac #10 : Au […]

17/06/2021

300 À la question « Comment vivrons-nous ensemble ?», thème général de la 17ème biennale d’architecture de Venise, les Pays-Bas répondent par une contre-question : « Qui est-ce « nous » ? ». Leur contribution, conçue par l’architecte Afaina de Jong et l’artiste Debra Solomon avec le Het Nieuwe […]

Abonnés AMC

L'architecte Denise Scott-Brown à Las Vegas (1968) (extrait de la photographie originale)

"Il faut faire tomber le mythe d'écoles […]

16/06/2021

300 D'après le collectif Architoo, composés d'une quarantaine d'enseignantes et d'enseignants des écoles d'architecture et de paysage françaises, la situation ne s'améliore pas en faveur de l'égalité des genres et de la diversité dans leur établissements. Pire, ces questions ne seraient pas légitimes […]

Architoo, écoles d'architecture et de paysage : l'égalité, maintenant !

Architoo, écoles d'architecture et de paysage : […]

16/06/2021

300 Créé en 2020 par une quarantaine d'enseignantes et d'enseignants des écoles d'architecture et de paysage, le collectif Architoo dénonce dans un manifeste la persistance des pratiques discriminatoires et les violences de genre dans leurs établissements. Le texte réclame de l'administration et de tout […]

Abonnés AMC

PHOTO - 25413_1500560_k7_k1_3471957.jpg

Offrir la science au regard, l'Imredd par Marc […]

15/06/2021

300 Au cœur de la ZAC Méridia, le bâtiment compact de l'Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable (Imredd) conçu par Marc Barani apparaît dans la blancheur opalescente des lames de verre qui habillent ses façades. A l'intérieur, de grands volumes creusés mettent en […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital