Agence NC - Barbie scénographiée sans clichés - exposition

Contrairement aux idées reçues, Barbie ne peut pas être résumée à une femme-objet destinée à combler l’imaginaire soi-disant rose des petites filles. Au musée des Arts décoratifs à Paris, l’exposition consacrée à la poupée iconique, très adroitement mise en scène par les scénographes Nathalie Crinière et Hélène Lecarpentier (Agence NC), lève le voile sur une mythologie aussi riche que complexe. Saviez-vous, par exemple, que depuis sa création en 1959, Barbie avait exercé nombre de professions parmi lesquelles celle d’architecte ?

Exposition Barbie scénographiée par l'Agence NC, musée des Arts décoratifs - © Photographie Luc Boegly - 2014
photo n° 1/9
Zoom sur l'image Agence NC - Barbie scénographiée sans clichés - exposition

Dans l’espace sombre et contraint de la galerie du musée –où préexistaient des vitrines accueillant habituellement des mannequins à l'échelle 1 dont il a fallu réduire la profondeur–, 700 figurines de 29 cm ont été déployées sur 1500 m2. Même si le propos de la commissaire Anne Monier était de resituer Barbie dans l’histoire du jouet et de la présenter comme le miroir de son temps, il aurait été facile de tomber dans l’écueil d’une exposition qui aurait ressemblé à une énorme vitrine de Noël faisant la promotion de Mattel. S’adressant aux enfants comme aux parents qui se laissent volontiers rattraper par la nostalgie, la présentation intègre plusieurs hauteurs de regard, où la contemplation et la pédagogie coexistent. Afin de ne pas muséifier celle qui est déjà une icône, les scénographes ont imaginé de faire sortir la poupée des vitrines en créant une Barbie guide. Placée sur un ruban rose pâle qui sillonne les deux étages parés d’un sol bleu onirique, c’est elle qui raconte sa propre histoire, vêtue d’un jean et d’un petit haut rayé. Servant aussi de support à la signalétique, ce ruban impose ses courbes dynamiques dans l’espace et assure la cohérence d’un parcours aussi ludique que didactique. Il n’y a plus de dehors ni de dedans, mais un ensemble d’installations théâtrales. Pour rappeler que ­Barbie est toujours active, certaines figurines sont mises volontairement en mouvement, comme en témoigne ­l’élégante et poétique vitrine de nuages d’où émerge la première Barbie. Redoutable d’efficacité, le dispositif de la mise sous cloche des 150 métiers de la belle permet de les individualiser. Passant de l’accumulation à l’isolement, les trouvailles sont nombreuses pour faire passer les messages sous d’autres formes que des textes, et tout aussi instructives. De façon grandiose, l’exposition se termine avec le dressing de la poupée étalé sur un mur de huit mètres par trois. Accrochées avec des aimants, les 10000 tenues dessinent un dégradé qui transforme l’ensemble des vêtements en une très belle œuvre d’art, une sculpture-paysage en tissus qui aurait pu tout aussi bien être présentée à Beaubourg ou au palais de Tokyo.

  • Barbie, Musée des Arts décoratifs, Paris,
    Jusqu’au 18 septembre 2016

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Nommée à l'Équerre d'argent 2019, catégorie Habitat, résidence étudiante de 232 chambres à Palaiseau (Essonne), l’AUC (architecte), Batigère (maître d’ouvrage)

L'AUC, loger des étudiants à Saclay

26/05/2020

300 Dans cette opération de logements étudiants d'envergure livrée sur le plateau de Saclay, l'AUC imagine des colocations et des studios autour d'un vaste jardin paysagé et d'espaces de rencontre intérieurs. En dialogue avec une autre résidence universitaire, rose, construite en 2016 par 51N4E et […]

Marc-Antoine Richard-Kowienski et Anne-Julie Martinon architectes, agence Maaj

Maaj architectes - Portrait

02/06/2020

300 Anne-Julie Martinon et Marc-Antoine Richard-Kowienski ont étudié à Paris-Belleville. Ils ont fondé l’agence Maaj en 2011. La première réalisation de l'agence Maaj, un chalet en mélèze à Arêches-Beaufort (Savoie), réinterprétation des fermes de la région, a été lauréat du palmarès des lauriers de la […]

Rénovation Ecole Ingénieurs d’Yverdon-les-Bains HEIGVD. Nouveaux aménagements par inroom Geneviève Héritier (2014-2019)

Couleurs et spatialités différenciées, pour la […]

29/05/2020

300 En Suisse, l’école d’ingénieurs d’Yverdon-les-Bains a bénéficié d’une rénovation complète qui se démarque par la qualité des aménagements intérieurs. L’utilisation de la couleur devient un support d’attractivité et de différenciation des espaces. Tout en valorisant l’architecture de béton du […]

Geneviève Héritier, fondatrice d'inroom,concepteur d'espace et coloriste

"La couleur est un allié essentiel pour faire le […]

29/05/2020

300 Spécialisée dans l’aménagement d’espaces collectifs publics et professionnels, l'agence suisse Inroom fait le lien entre l’architecture et les utilisateurs pour augmenter le bien-être et valoriser l’espace. Depuis quinze ans, elle crée des intérieurs pour des lieux sensibles tels que les hôpitaux, […]

Nommée à l'Équerre d'argent 2019, catégorie Habitat, résidence La Quadrata à Dijon (Côte d’Or), Sophie Delhay (architecte), Grand Dijon Habitat (maître d’ouvrage)

A Dijon, Sophie Delhay milite pour l'art d'habiter

28/05/2020

300 Le confinement imposé à tous pour lutter contre l'épidémie de coronavirus a mis en lumière les maux de l'habitat, trop étroit, peu ouvert sur l'extérieur, surtout trop figé, donc inadapté aux évolutions des modes de vie. Pourtant, des architectes explorent depuis longtemps des alternatives à la […]

Equerre d'argent 2020, les candidatures sont ouvertes

Equerre d'argent 2020: les candidatures sont […]

28/05/2020

300 Décernée depuis 1983, le prix de l'Equerre d’argent a pour objectif de faire connaître le meilleur de la production architecturale réalisée sur le territoire français. Participez à la 38e édition en proposant votre réalisation avant le 11 septembre 2020 à minuit. Qui succèdera à la résidence […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital