Agence Pierre Audat - Boutique-musée - Paris IVe

La Société des cendres a restauré son usine du Marais en privilégiant la mise en valeur du patrimoine plutôt que les mètres carrés. Elle donne ainsi naissance au premier magasin de vêtements parisien doté d’un musée.

Boutique-musée, Pierre Audat architecte, Paris IVe - © Nicolas Matheus
photo n° 1/8
Zoom sur l'image Agence Pierre Audat - Boutique-musée - Paris IVe

En 1864, Edmond Allard construit, au 39 rue des Francs-Bourgeois, un hôtel particulier et des ateliers pour la Société des cendres, dont l’activité consiste à traiter les poussières des joailliers et en restituer les métaux précieux. En 2010, la Société des cendres modifie son activité et déménage. Son directeur général, Jean-Cyrille Boutmy, décide alors de restaurer et reconvertir les bâtiments, dénaturés à l’intérieur par des extensions greffées au cours des dernières décennies. Son désir de dévoiler ce lieu au grand public l’oriente vers la création d’un espace de vente. Mais le plan de sauvegarde du Marais, initié par André Malraux dans les années 1960 et encore en vigueur, prévoit que soient détruits les ouvrages postérieurs au XVIIIe siècle situés dans les cœurs d’îlots en cas de changement d’activité. Il frappe donc de démolition les trois quarts de l’usine pour faire place à un jardin. Au regard de l’importance de ce patrimoine industriel subsistant dans le quartier, les Bâtiments de France autorisent alors une procédure d’exception, dans l’attente du nouveau plan de sauvegarde, afin de soutenir un chantier emblématique de réhabilitation. Pierre Audat reconstitue les espaces à partir d’archives illustrant la vie de la société. "Nous avons dû marier nos belles intentions avec une difficulté majeure : mettre aux normes un bâtiment dressé sur une parcelle profonde et étroite, avec un seul accès", raconte-t-il. À chaque étape de la restauration, l’architecte se bat pour que les qualités spatiales soient préservées. Ainsi le maillage du sprinklage est adapté au rythme de la charpente.

Restitution du volume de la nef

Pour éviter toute confusion, les interventions contemporaines sont en inox brossé, à l’instar de la verrière ajoutée au-dessus de la cour qui sépare les ateliers de l’hôtel particulier sur rue. L’intervention la plus spectaculaire réside dans la restitution du volume ouvert de la nef, débarrassée de ses ajouts et rythmée par la structure métallique des grandes fermes cintrées. Au fond, traversant la verrière, se dresse la cheminée dont il a fallu retirer 8 m par dépose des briques et opérer la réfection complète des joints et des cerclages pour la conforter. Pierre Audat réétudie les circulations, en préservant l’axialité très forte dans laquelle il inscrit le nouvel escalier monumental, en acier peint et inox brossé et dont l’écriture ultrasobre et fonctionnelle se conforme à l’histoire industrielle. Pour la nef, il choisit le blanc pour les parties pleines et un vert kaki pour marquer l’ossature et sa logique répétitive. Il réutilise le principe initial des mezzanines périphériques et compense la perte de surface commerciale dans ce volume central par l’exploitation du sous-sol. Des briques de verre insérées dans le sol de la cour apportent un éclairage naturel à ce niveau inférieur, tandis que des planchers de verre, au rez-de-chaussée de la nef, dévoilent les deux zones patrimoniales qui y sont aménagées. Ce musée retrace la vie des lieux à travers une scénographie qui mêle outils, film et maquette autour des deux meules.
En quête d’une enseigne qui tomberait sous le charme du site et voudrait concilier patrimoine et modernité, Jean-Cyrille Boutmy va s’accorder avec Uniqlo. Les échanges entre Pierre Audat et la marque japonaise poussent cette dernière à une intervention qui épouse l’esprit du projet. Masamichi Katayama, de l’agence tokyoïte Wonderwall, conçoit l’aménagement de la boutique en mettant l’accent sur l’univers de l’usine. Il transpose à l’échelle de la nef et à sa rigueur le système de classification hyperrépétitif caractéristique d’Uniqlo, évoquant un atelier où tous les rangements sont stockés et compartimentés dans des casiers. Pour les étagères qui se répartissent le long des murs, il adopte l’acier inoxydable et non le blanc comme d’habitude. Des luminaires au look industriel sont suspendus à la charpente. Seconde direction du designer: l’utilisation des technologies qui se glissent dans l’architecture, à l’image des écrans led qui prennent place aux fenêtres sur rue et sur cour. Uniqlo s’est si bien pris au jeu que la marque recherche désormais des lieux originaux pour ses nouveaux magasins. Quant au bâtiment, il vient d’être classé au titre des Monuments historiques.

 

  • Lieu : Paris IVe
  • Maîtrise d’ouvrage : La Société des cendres ; Uniqlo
  • Maîtrise d'œuvre : Pierre Audat architecte (scénographie Pierre Audat et Sophia Boudou) ; Masamichi Katayama/Wonderwall
  • Programme : restructuration et réhabilitation avec changement d’affectation pour créer un équipement commercial
  • Surface : avril 2010 (début des études) ; avril 2014 (ouverture boutique Uniqlo)
  • Calendrier : 1 850 m2 plancher

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • jiher

    Magnifique réalisation architecturale, respectant bien le "avant structurelle"... Bravo le Maître d'Ouvrage ... et Bravo le(s) archi(s)

Julien Quinet,

Étudiants confinés, dessins exposés, à la galerie […]

03/07/2020

300 Les dessins de logements, réalisés par les étudiants de "l'atelier confiné" piloté à distance par Guillaume Ramillien, enseignant à l'école d'architecture de Versailles, sont exposés à la galerie d'architecture à Paris jusqu'au 17 juillet 2020. Qui mieux que des étudiants en architecture pouvaient […]

Les choses de la ville, France Inter, David Abittan

L'architecture et la ville, de retour sur les […]

03/07/2020

300 La série consacrée à l'architecture, Les choses de la ville, diffusée sur France Inter les samedis et dimanches revient pour une nouvelle saison. Premier épisode, le 4 juillet 2020 à 7h24. On a quitté David Abittan fin août 2019, aux pieds des étoiles d'Ivry-sur-Seine de Jean Renaudie et Renée […]

Casa RR à Baza en Espagne, VIDA architecture + MATRIZ arquitectura

Rigueur géométrique pour une maison multi-usage en […]

02/07/2020

300 En Espagne, à Baza, la casa RR conçue par les agences Vida architecture et Matriz arquitectura, concilie budget modeste et simplicité de mise en œuvre. En réinterprétant la figure traditionnelle du patio central, elle fabrique un cadre de vie adapté aux modes de vies contemporains, flexibles et […]

Ana Vida

Ana Vida, architecte - Portrait

02/07/2020

300 VIDA architecture est une jeune agence crée en 2016 par Ana Vida, qui développe son activité entre la France et l’Espagne. Nourrie d'une expérience franco-espagnole, l’agence Vida architecture explore les modes d’habiter et de travailler de notre époque, convaincue que l’architecture doit être […]

HOMO URBANUS, Bêka & Lemoine réalisateurs, Bordeaux, Paris, Rome, extrait du film Homo Urbanus Tokyoitus, 2018

Filmer le genre urbain, Bêka & Lemoine à Arc en […]

01/07/2020

300 Arc en rêve, le centre d'architecture de Bordeaux, a rouvert ses portes. L'occasion de découvrir l'exposition «Stadium» consacrée au Stadium de Vitrolles, bâtiment emblématique de Rudy Ricciotti laissé à l'abandon depuis 1998. L'occasion également de visiter, à partir du 4 juillet 2020, celle […]

UN SIÈCLE DE BANLIEUE JAPONAISE, AU PAROXYSME DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION, Cécile Asanuma-Brice

Décrypter l'habitat urbain japonais - Livre

01/07/2020

300 Dans cette brillante synthèse résultant d'une enquête de vingt ans, la chercheuse en sociologie urbaine Cécile Asanuma-Brice apporte une réflexion inédite sur les processus d'urbanisation de l'une des sociétés de consommation les plus avancées de la planète. De la fin du XIXe siècle à Fukushima, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital