Ajap 2014 : Mars Architectes – Douze logements et un commerce – Paris XII

 

La rédaction vous propose de découvrir une réalisation de chacun des 18 lauréats des Albums des jeunes architectes et paysagistes (Ajap) 2014.

 

photo n° 1/12
Zoom sur l'image Ajap 2014 : Mars Architectes – Douze logements et un commerce – Paris XII

Le projet s’inscrit dans une réflexion contextuelle sur l’intériorité de l’îlot, la création d’une continuité urbaine en lien avec la définition d’un espace public tel que le boulevard Poniatowski. À l’échelle architecturale, il interroge sur le statut de la façade et sur la qualité à donner à ces logements en relation avec leur environnement.

Pour exploiter la complexité d’une parcelle en triangle, respecter les vues du voisinage et ne pas refermer la cour de l’immeuble voisin (n°107,) les architectes proposent la création d’une «faille» et d’une «cour». C’est donc un vide qui s’installe entre l’immeuble adjacent et le projet afin de conserver la lumière, les vues et une bonne ventilation de la cour arrière du n°107. Cette disposition permet aussi de dégager l’angle obtus de la parcelle difficilement aménageable pour les logements. Ainsi, l’entrée de l’immeuble devient évidente et offre un espace généreux et valorisant. Par un retournement de la façade sur l’intérieur de la parcelle, cette faille offre une aération. Quant à la cour, c’est un seul et unique espace qui est proposé, tournant autour du noyau de circulation, afin d’éviter tout effet d’enfermement. Elle s’ouvre sur l’arrière de l’îlot, accommode des vues dégagées et une bonne ventilation. La création de ces respirations au cœur de la parcelle permet la mise en place de situations capables d’offrir un caractère particulier aussi bien dans les accès aux logements, qu’à l’intérieur même des appartements. Toujours dans une démarche urbaine, le projet propose un parcours et des rapports opportunistes et évidents entre la ville et chez soi et inversement. Les logements sont traversants avec toujours une double orientation sur rue et sur cour ou faille. Les espaces jours, nuits et humides sont implantés de manière stratégique, en fonction des besoins de chacun. Ainsi, cuisine, sanitaire, salle de bains donnent sur la cour ou sur la faille offrant lumière, ventilation et intimité ; les chambres, côté rue, profitent du soleil et des vues dégagées du boulevard ; les salons, quant à eux, bénéficient d’une situation en angle, dégageant des perspectives vers la porte Dorée et le bois de Vincennes. Sur la cour et la faille, les fenêtres sont traitées au cas par cas. Transparentes, translucides, ouvrants à la française, pivotantes pour une meilleure ventilation, suivant les usages. Sur rue, une alternance de simples et doubles fenêtres rythme la façade. Volets gravés d’un motif et garde-corps vitrés agrémentent ces ouvertures permettant l’intimité, des vues dilatées par les effets de miroir des volets ou cadrées suivant les envies et la protection solaire. Le projet joue sur l’ambiguïté entre matière et ornement, en travaillant avec un béton matricé sur l’ensemble de la façade. Par un travail de superposition et de multiplication des dessins des immeubles voisins, la façade trouve un nouvel ornement dans sa matière même. De loin, on ne sent qu’une vibration, de près on commence à reconnaître certains motifs, puis, en se déplaçant, ils disparaissent pour redevenir une matière vibrante. Par ce biais, le bâtiment tisse des liens subtils avec ses voisins, évite les travers du «pastiche» ou du «façadisme». Cette réévaluation positive de l’ornement crée le terrain fertile d’une revalorisation culturelle du minutieux, du marginal, de leurs esthétiques et d’une poésie qui s’en dégage.

  • Lieu : 105/105 bis, bd Poniatowski, Paris XIIe
  • Maîtrise d’ouvrage : régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP)
  • Maîtrise d'œuvre : Mars Architectes
  • Programme : Construction neuve de 12 logements et 1 commerce
  • Surface : 700 m²
  • Calendrier : livraison début 2017
  • Coût : 1 750 000 €

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Serpentine Pavilion 2019, Junya Ishigami architecte

Cet été, Junya Ishigami enchantera la Serpentine […]

20/02/2019

C’est l’architecte japonais Junya Ishigami, dont les œuvres aériennes étaient exposées à l’été 2018 à la Fondation Cartier, à Paris, qui réalisera le Pavillon Serpentine 2019. Installation à […]

Junya Ishigami architecte, par Tasuko Amada

Junya Ishigami architecte - portrait

20/02/2019

Né en 1974, l'architecte japonais Junya Ishigami, formé à la National University of Fine Arts and Music de Tokyo, fonde son agence dans la capitale japonaise en 2004. Lauréat du Global Award for Sustainable Architecture en 2010, il réalisera le pavillon de […]

AMC n°44-février 1978, couverture

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec […]

20/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus