Ambassade de France à Port-au-Prince (Haïti) par Explorations Architecture

Démolie à la suite du séisme de 2010, l’ambassade de France à Haïti vient d’être reconstruite sur son site historique. Les architectes ont fait le choix audacieux d’un bâtiment circulaire bas, organisé autour d’un patio végétalisé, pièce à part entière du programme.

Ambassade de France à Port-au-Prince (Haïti), Explorations Architecture, 2018 - ©  Michel Denancé
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Ambassade de France à Port-au-Prince (Haïti) par Explorations Architecture

En janvier 2010, le violent tremblement de terre qui frappe la capitale haïtienne, Port-au-Prince, endommage sévèrement l’hôtel Laroche, maison bourgeoise du début du XXe siècle qui hébergeait l'ambassade depuis 1960. Décision est prise par le ministère des Affaires étrangères de démolir et de reconstruire en lieu et place, à quelques pas de la symbolique esplanade du Champ-de-Mars et du site du palais présidentiel. Le concours est remporté en 2011 par Explorations Architecture, qui propose trois volumes circulaires de hauteurs et diamètres différents, en structure métallique et parement bois. Le bâtiment doit répondre aux normes françaises et il est nécessaire d’importer les matériaux de construction. Après de nombreux appels d’offres dont les réponses excèdent largement l’enveloppe budgétaire, le projet passe de trois à un bâtiment. Grâce au réveil de l’industrie haïtienne, notamment des centrales à béton, la structure peut être repensée.

Risques sismiques

Une fois franchi le poste de garde sur rue hautement sécurisé, l’ambassade se tient donc à l’emplacement exact de l’ancien hôtel Laroche, la séquence d’entrée dégageant aujourd’hui un parvis végétal traité dans le cadre du 1% artistique. Son volume à la façade circulaire, dont le rythme des ouvertures esquisse une colonnade, héberge la chancellerie et le consulat. A l’arrière du site, l’annexe dévolue aux visas a pu être conservée après le séisme, grâce à un renforcement structurel. Elle est accessible au public par une entrée secondaire.
Face aux risques sismiques et cycloniques, les architectes ont suivi les prescriptions des Eurocodes. L’édifice, dont la forme ronde présente l’avantage d’offrir moins de prise aux ouragans, est conçu pour résister à des vents de 260 km/h. Il se compose de deux voiles circulaires en béton armé installés sur des longrines. «Il existe, à Haïti, un traumatisme lié au béton, car de nombreuses constructions de mauvaise qualité se sont effondrées lors du séisme. Sa mise en œuvre a donc été particulièrement surveillée: il en résulte un béton d’une qualité et d’une précision remarquables», ­précise Marie Ferrari, architecte chargée du projet chez Explorations Architecture. La structure béton est surmontée d’une charpente métallique de 120 m de circonférence pour 1 m d’épaisseur, réalisée dans l’Est de la France. A l’intérieur du patio, 72 poteaux en acier de 7,5 m et 300 kg chacun arriment la toiture au sol, tout en soutenant la coursive. Le béton est peint en blanc, de même que la sous-face de la toiture; les menuiseries sont en aluminium anodisé doré, équipées au rez-de-chaussée de panneaux anti-intrusion en ­aluminium déployé de la même teinte, jouant également le rôle de pare-soleil. Un sol en pierre naturelle se poursuit depuis ­l’extérieur à travers le hall, jusqu’au cœur de l’ambassade.
Le jardin d’honneur, espace de représentation, est une pièce à part entière. Il rafraîchit le bâtiment, l’ouvre sur le ciel et sur le paysage montagneux alentour. Il dessert l’ensemble des ­services, à rez-de-chaussée et par une coursive circulaire, le tout, à l’abri du débord de toiture. Celui-ci est volontairement dépourvu de gouttières. Lorsqu’il pleut, l’eau forme un rideau mettant en scène ces circulations. Au sol, dans le patio végétalisé et sur le pourtour externe du bâti, des tranchées drainantes en pierre noire de la région récoltent les eaux pluviales.
Les espaces intérieurs, tous à double orientation, s’installent de manière rayonnante autour du patio dans un anneau de 5 m d’épaisseur. Entre deux refends de béton, les plus grands occupent 40 m2 (hall, grand bureau, ou salle de réunion); des cloisons légères façonnent des bureaux de 13 ou 19 m2. Une ventilation naturelle est souvent possible grâce aux impostes et fenêtres ouvrantes, mais la climatisation prévaut. En façade, une allège continue contient les gaines techniques. Sur l’intérieur du patio, le rayonnement de la structure permet à chaque porte vitrée de s’intercaler visuellement entre deux poteaux, mettant en scène l’enchaînement des bureaux par effet cinétique.

 

  • Lieu : Port-au-Prince (Haïti)
  • Maîtrise d’ouvrage : ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
  • Maîtrise d’œuvre : Explorations Architecture (Benoît Le Thierry d’Ennequin, Yves Pagès, Marie Ferrari, Claudia Trovati) ; D’ici Là, paysagistes ; Terrell, BET structure ; FI Ingénierie, fluides, VRD ; CTN Architecture, reporting
  • Programme : reconstruction de l’ambassade de France et?aménagement de ses espaces extérieurs
  • Surface : 1 200 m2
  • calendrier : concours, 2011 ; livraison, fin 2018
  • Coût : 7,4 M€ HT
  • Entreprises : Kay Consulting + O Circonflex Inc (gros œuvre), Arfratec (lots techniques et architecturaux), ITI (sécurité), Antares (courants faibles)

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Patrick Bouchain, sur le site de Nature & Découverte à Versailles, le 23 juin 2018

Grand Prix de l'urbanisme 2019: Patrick Bouchain, […]

18/04/2019

C'est à Patrick Bouchain, architecte et scénographe engagé, que le Grand Prix de l'urbanisme 2019 est décerné. Il lui sera remis par Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités […]

L’architecture, les aventures spatiales de la raison Henri Raymond, préface de Jean-Pierre Frey, Collection Eupalinos/A+U, Editions Parenthèses

Le non-conformisme d’Henri Raymond - Livre

18/04/2019

Relire le grand sociologue de l’architecture que fut Henri Raymond (1921-2016) est une entreprise à saluer, due à Jean-Pierre Frey, professeur émérite à l’Ecole d’urbanisme de Paris. La réédition de L’architecture, les […]

Archi5 et Tecnova architecture, complexe sportif à Antony

Un complexe sportif minéral et cuivré, par Archi5 […]

17/04/2019

Pour répondre aux désirs politiques d’une nouvelle ambition urbaine pour le quartier La Fontaine d’Antony (Hauts-de-Seine), l’agence Archi5 a conçu cet équipement sportif comme un nouvelle centralité. Dans un contexte […]

AMC n°54-55-septembre 1981

Dans les archives d'AMC: 1981, la première fois de […]

17/04/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

La cathédrale Notre-Dame de Paris, ce mardi 16 avril 2019, au matin

Notre-Dame de Paris: sans toit ni flèche, mais […]

16/04/2019

Réveil difficile sur l'île de la Cité. Après une nuit de lutte contre le feu, les pompiers de Paris ont annoncé avoir maîtrisé l'incendie qui ravageait depuis hier soir la cathédrale Notre-Dame. Place, maintenant, au diagnostic des […]

Qui a dit?

Qui a dit: "Je trouve dans l'architecture dite […]

16/04/2019

Une citation, trois possibilités. Qui a dit: "Je trouve dans l'architecture dite populaire une rigueur qui fait défaut à certaines architectures de représentation"? Patrick Bouchain, André Ravéreau ou Bernard Rudofsky? La réponse, en […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus