Ambassade de France à Port-au-Prince (Haïti) par Explorations Architecture

Démolie à la suite du séisme de 2010, l’ambassade de France à Haïti vient d’être reconstruite sur son site historique. Les architectes ont fait le choix audacieux d’un bâtiment circulaire bas, organisé autour d’un patio végétalisé, pièce à part entière du programme.

Ambassade de France à Port-au-Prince (Haïti), Explorations Architecture, 2018 - ©  Michel Denancé
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Ambassade de France à Port-au-Prince (Haïti) par Explorations Architecture

En janvier 2010, le violent tremblement de terre qui frappe la capitale haïtienne, Port-au-Prince, endommage sévèrement l’hôtel Laroche, maison bourgeoise du début du XXe siècle qui hébergeait l'ambassade depuis 1960. Décision est prise par le ministère des Affaires étrangères de démolir et de reconstruire en lieu et place, à quelques pas de la symbolique esplanade du Champ-de-Mars et du site du palais présidentiel. Le concours est remporté en 2011 par Explorations Architecture, qui propose trois volumes circulaires de hauteurs et diamètres différents, en structure métallique et parement bois. Le bâtiment doit répondre aux normes françaises et il est nécessaire d’importer les matériaux de construction. Après de nombreux appels d’offres dont les réponses excèdent largement l’enveloppe budgétaire, le projet passe de trois à un bâtiment. Grâce au réveil de l’industrie haïtienne, notamment des centrales à béton, la structure peut être repensée.

Risques sismiques

Une fois franchi le poste de garde sur rue hautement sécurisé, l’ambassade se tient donc à l’emplacement exact de l’ancien hôtel Laroche, la séquence d’entrée dégageant aujourd’hui un parvis végétal traité dans le cadre du 1% artistique. Son volume à la façade circulaire, dont le rythme des ouvertures esquisse une colonnade, héberge la chancellerie et le consulat. A l’arrière du site, l’annexe dévolue aux visas a pu être conservée après le séisme, grâce à un renforcement structurel. Elle est accessible au public par une entrée secondaire.
Face aux risques sismiques et cycloniques, les architectes ont suivi les prescriptions des Eurocodes. L’édifice, dont la forme ronde présente l’avantage d’offrir moins de prise aux ouragans, est conçu pour résister à des vents de 260 km/h. Il se compose de deux voiles circulaires en béton armé installés sur des longrines. «Il existe, à Haïti, un traumatisme lié au béton, car de nombreuses constructions de mauvaise qualité se sont effondrées lors du séisme. Sa mise en œuvre a donc été particulièrement surveillée: il en résulte un béton d’une qualité et d’une précision remarquables», ­précise Marie Ferrari, architecte chargée du projet chez Explorations Architecture. La structure béton est surmontée d’une charpente métallique de 120 m de circonférence pour 1 m d’épaisseur, réalisée dans l’Est de la France. A l’intérieur du patio, 72 poteaux en acier de 7,5 m et 300 kg chacun arriment la toiture au sol, tout en soutenant la coursive. Le béton est peint en blanc, de même que la sous-face de la toiture; les menuiseries sont en aluminium anodisé doré, équipées au rez-de-chaussée de panneaux anti-intrusion en ­aluminium déployé de la même teinte, jouant également le rôle de pare-soleil. Un sol en pierre naturelle se poursuit depuis ­l’extérieur à travers le hall, jusqu’au cœur de l’ambassade.
Le jardin d’honneur, espace de représentation, est une pièce à part entière. Il rafraîchit le bâtiment, l’ouvre sur le ciel et sur le paysage montagneux alentour. Il dessert l’ensemble des ­services, à rez-de-chaussée et par une coursive circulaire, le tout, à l’abri du débord de toiture. Celui-ci est volontairement dépourvu de gouttières. Lorsqu’il pleut, l’eau forme un rideau mettant en scène ces circulations. Au sol, dans le patio végétalisé et sur le pourtour externe du bâti, des tranchées drainantes en pierre noire de la région récoltent les eaux pluviales.
Les espaces intérieurs, tous à double orientation, s’installent de manière rayonnante autour du patio dans un anneau de 5 m d’épaisseur. Entre deux refends de béton, les plus grands occupent 40 m2 (hall, grand bureau, ou salle de réunion); des cloisons légères façonnent des bureaux de 13 ou 19 m2. Une ventilation naturelle est souvent possible grâce aux impostes et fenêtres ouvrantes, mais la climatisation prévaut. En façade, une allège continue contient les gaines techniques. Sur l’intérieur du patio, le rayonnement de la structure permet à chaque porte vitrée de s’intercaler visuellement entre deux poteaux, mettant en scène l’enchaînement des bureaux par effet cinétique.

 

  • Lieu : Port-au-Prince (Haïti)
  • Maîtrise d’ouvrage : ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
  • Maîtrise d’œuvre : Explorations Architecture (Benoît Le Thierry d’Ennequin, Yves Pagès, Marie Ferrari, Claudia Trovati) ; D’ici Là, paysagistes ; Terrell, BET structure ; FI Ingénierie, fluides, VRD ; CTN Architecture, reporting
  • Programme : reconstruction de l’ambassade de France et?aménagement de ses espaces extérieurs
  • Surface : 1 200 m2
  • calendrier : concours, 2011 ; livraison, fin 2018
  • Coût : 7,4 M€ HT
  • Entreprises : Kay Consulting + O Circonflex Inc (gros œuvre), Arfratec (lots techniques et architecturaux), ITI (sécurité), Antares (courants faibles)

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Rising Talent Awards, Ximi Li, Dressing Table, Urbancraft

Jeune design made in China, aux Galeries Lafayette

18/02/2019

Le jeune design chinois a fait l’objet d’un double focus en ce début d’année. Lors du salon Maison&Objet au mois de janvier 2019, au cœur des Rising Talent Awards, et en écho, dans l'exposition de la sélection aux Galeries Lafayette […]

Bjarke Ingels, architecte, agence BIG

Bjarke Ingels, agence BIG - portrait

18/02/2019

Fondée en 2006 par l’architecte danois Bjarke Ingels –ancien collaborateur de Rem Koolhaas et ancien associé de Julien de Smedt (Plot)–, l’agence BIG regroupe architectes, designers, urbanistes, paysagistes et chercheurs, à Copenhague, New York et […]

Exposition «Pablo Valbuena. Si le temps est un lieu » au CENTQUATRE à Paris

Pablo Valbuena s’installe au CENTQUATRE, à Paris

15/02/2019

Sculptures éphémères et immersives, les œuvres de l’artiste espagnol Pablo Valbuena soulignent l'architecture du lieu qui les accueille tout en la prolongeant. Avec «Si le temps est un lieu», l’artiste espagnol signe sa première […]

MVRDV, Les archives ouvertes du Musée Boijmans van Beuningen à Rotterdam en construction

A Rotterdam, le Depot Boijmans, signé MVRDV, prend […]

15/02/2019

Ce sont des archives d’un nouveau genre que l’agence néerlandaise MVRDV est en train d’édifier à Rotterdam, à quelques encablures du Musée Boijmans van Beuningen dont elles abriteront les réserves ainsi que des œuvres de […]

Atelier Lavit - Écosite, à Sorgues

Double peau ajourée pour observatoires hôteliers, […]

14/02/2019

Après la réalisation des suites du domaine du château de Raray, l'architecte italien Marco Lavit a conçu un nouveau complexe hôtelier sur l'étang de la Lionne, dans le Vaucluse. A quelques kilomètres d’Avignon, cette réserve de […]

Rendez-vous à suivre

Huit rendez-vous d'architecture du 14 au 20 […]

14/02/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. La crèche, des plans-types aux nouvelles pratiques éducatives Le 14 février, à 19h, au pavillon de l’Arsenal, à Paris L' […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus