Atelier Rita - Centre d’hébergement d’urgence à Ivry-sur-Seine, lauréat du prix de la Première Œuvre 2017

Le centre d’hébergement d’urgence conçu par l'Atelier Rita architectes à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) est lauréat du prix de la Première Œuvre 2017.

Lauréat du prix de la Première Œuvre 2017, Centre d’hébergement d’urgence à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), Atelier Rita (architectes), Emmaüs Solidarité (maître d'ouvrage) - © DAVID BOUREAU
photo n° 1/5
Zoom sur l'image Atelier Rita - Centre d’hébergement d’urgence à Ivry-sur-Seine, lauréat du prix de la Première Œuvre 2017

Articles Liés

Meka et Ciel - école primaire à Montgeron, nommée au prix de la Première Œuvre 2017

La Soda - Centre sportif et culturel à Dieppe, nommé au prix de la Première Œuvre 2017

Hiru - Groupe scolaire à Moumour, nommé au prix de la Première Œuvre 2017

Après avoir été accueillis au centre de premier accueil des migrants de la porte de la Chapelle (Paris, XVIIIe arr.), les familles, femmes isolées et couples de réfugiés qui rejoignent la capitale sont orientés vers le centre d’hébergement d’urgence d’Ivry-sur-Seine. Ils pourront y rester entre trois et six mois, le temps de préparer une demande d’asile. Comme le centre parisien aménagé dans une ancienne gare, il a fallu composer avec l’existant sur la parcelle ivryenne pour créer un lieu de vie confortable et digne pour une population fragilisée et multiculturelle. Mais le contexte est autrement original: c’est sur les bassins filtrants de l’ancienne usine des Eaux de Paris, mis à disposition par la ville pendant cinq ans, que l’architecte Valentine Guichardaz-Versini a aménagé un village de 400 personnes, en moins de cinq mois de chantier. Avec l’entreprise Brézillon, elle a projeté une plateforme de presque 5000 m2, sur pilotis pour respecter le PPRI. Au-dessus des anciens bassins filtrants, 210 modules préfabriqués en bois par l’entreprise Ossabois (2,5 à 3 m x 6 m) sont montés sur des piles de béton, l’ensemble donnant l’effet d’une cité lacustre dont l’eau se serait retirée. Pour leur conférer une échelle humaine, les lieux sont divisés en six unités de vie de 67 personnes. Entièrement démontables, donc réutilisables ailleurs selon d’autres principes d’organisation, les habitations sont distribuées par des cours tout en longueur facilement appropriables (logements de plain-pied au rez-de-chaussée, coursives métalliques extérieures en balcon pour desservir ceux de l’étage). La forme en peigne qui émerge de cette organisation générale ouvre de longues perspectives au travers du centre d’hébergement qui, plus qu’un village, constitue un petit morceau de ville animé. Comme en milieu urbain, les espaces extérieurs sont savamment hiérarchisés, du plus public sur l’axe de desserte central au plus intime au seuil des logements. Une progression qui rend possible la vie en collectivité. Les "rues" se connectent à un mail central qui traverse le site, ponctué de yourtes abritant salles à manger collectives et salles polyvalentes. 

 

  • Maîtrise d’ouvrage: Emmaüs Solidarité
  • Maîtrise d’œuvre: Atelier Rita, architecte; Brezillon, BET TCE, entreprise générale mandataire
  • Programme: 400 places d’hébergement d’urgence pour familles, femmes isolées et couples, 6 réfectoires, pôle santé, pôle éducation de 4 classes, pôle administratif, 2 salles polyvalentes
  • Surface: 5022 m2 SP
  • Coût: 9,8 M € HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

L'ornement est un crime. L'architecture du mouvement moderne, Matt Gibberd, Albert Hill

La persistance du mouvement moderne

19/10/2018

En présentant près de 300 maisons particulières construites entre le début du XXe siècle et aujourd’hui, ce beau livre noir et blanc – qui tient davantage du manifeste visuel que de l’ouvrage historique et scientifique – tente de […]

Configurations pour Tangram, Interstuhl

Salon du mobilier Orgatec : liberté au travail !

18/10/2018

Orgatec est l'occasion de revoir l'aménagement de ses bureaux de fond en comble. Le bureau rêvé existe, dans un confort extraordinaire du tout ajustable, du rangement fixe aux systèmes nomades. Alors à quand la réalité dans nos espaces ? […]

Paola Viganò

Alexandre Chemetoff, Étienne Tricaud et Paola […]

18/10/2018

Au cours de la 5e édition de la biennale d'architecture et d'urbanisme In-Situ à Caen, Frédéric Lenne, commissaire de la manifestation, organise divers rencontres pour débattre de comment faire battre le cœur des villes. Parmi une liste […]

Rendez-vous à suivre

Neuf rendez-vous d'architecture du 19 au 25 […]

18/10/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Les journées nationales de l’architecture Les 19, 20, 21 octobre, partout en France Troisième édition de ces journées […]

L'extension d'une scène musicale à Rio de Janeiro (Brésil), par Oyapock architects

Oyapock livre l'extension d'une scène musicale à […]

17/10/2018

Sur les pentes de la favela de Vigidal, en balcon sur la baie de Rio, cette salle de musique a été agrandie en absorbant et en reliant les constructions voisines. Vocabulaire architectural, implantation et systèmes constructifs locaux favorisent son intégration dans un […]

Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus

Oyapock

17/10/2018

Issus de l’agence Brenac & Gonzalez et du studio brésilien Arthur Casas, Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus créent Oyapock en 2015. Leur nom fait référence au fleuve qui sépare la France (Guyane) et le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus