Attention danger : le pont Colbert de Dieppe risque de basculer

Le pont Colbert à Dieppe - © DR
photo n° 1/6
Zoom sur l'image Attention danger : le pont Colbert de Dieppe risque de basculer

Un « cas » patrimonial de plus où la bêtise semble l’emporter devant le bon sens et la négation d’une réalité, celle d’un attachement très fort des Dieppois au pont Colbert, devenu, au fil du temps, l’un des symboles de la ville. Encore en fonctionnement grâce à l’efficacité de sa machinerie hydraulique d’origine, on a ici un exemple unique de pont tournant en Europe datant de la fin du XIXe siècle. Il affiche fièrement son architecture de type Eiffel et son propriétaire, le Syndicat mixte du port de Dieppe, souhaite le détruire pour en édifier un tout neuf et d’un prix défiant toute concurrence puisqu’il sera très cher ! En effet, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, dépenser deux fois plus d’argent quand une simple restauration limiterait les coûts de moitié par rapport au budget envisagé – soit 4 à 5 millions d’euros au lieu de 10. Et la mémoire des Dieppois, on en fait quoi ? On la mettrait à la poubelle sans même la recycler ? Si ce n’est dans un musée où on exposerait les pièces d’un patrimoine déjà mort alors qu’un quartier, une ville entière profite et pratique quotidiennement d’un emblème plus vivant que jamais… Projet d’urbanisme à part entière lancé sous la IIIe République par Charles de Freycinet dans le cadre d’une politique de grands travaux, lors de l’agrandissement du port de Dieppe, il continue aujourd’hui à jouer son rôle moteur de voie de communication. En cent vingt-cinq ans, le pont a accusé moins de 10 pannes, soit rien au vu de son grand âge, difficile donc de pointer une déficience fonctionnelle. Durable avant l’heure, autant dire qu’il porte bien et que son inscription dans le paysage portuaire de la ville s’impose avec évidence, ce que de nombreux artistes n’ont pas manqué de relever en s’en inspirant, de Georges Simenon à Claude Chabrol, etc.

 

Un petit « cousin » du Tower bridge habillé par Prouvé

Entrée en service en 1889, cette œuvre de l’ingénieur Paul Alexandre est médaillée à l’exposition universelle de 1900. Elle est constituée d’une structure de fer puddlé de 70,5 m de long sur 8,60 m de large, a une hauteur maximale de 7 m, une passe franchise de 40 m et un poids total de 810 t. Témoignage du patrimoine industriel français, elle présente des caractéristiques techniques remarquables. Outre son mécanisme qui permet de le faire tourner, elle conserve aujourd’hui la plupart de ses éléments d’origine. Et pour les amateurs, il faut aussi savoir que Jean Prouvé était l’auteur du mobilier technique (disparu), d’éléments de façade et de l’auvent protégeant de la pluie, eux toujours en place. Avec sa silhouette en croix de Saint-André, cet ouvrage d’art est le dernier pont tournant à culasse d’Europe, petit « cousin » du Tower Bridge de Londres. Dieppe ne peut que s’enorgueillir de posséder un tel bijou technologique et « poétique » dans son décor. En plus, il est en état de marche, il a juste besoin d’être toiletté et réhabiliter pour continuer de « basculer » longtemps… La question n'est pas ici de vouloir à tout prix conserver les vieilleries mais de savoir, en conscience, en mesurer la beauté et l’histoire. Parfois, il faut arrêter à temps le gaspillage, surtout quand il s’agit d’un patrimoine jouant l’heureux rôle de rassembleur et de catalyseur identitaire (dans le bon sens du terme) au sein d’une société où la mémoire s’efface, où les gens ne se retrouvent plus. Et si le pont Colbert est inscrit depuis 1996 comme « infrastructure protégée » on s’étonnera qu’il soit encore en attente d’inscription à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques compte tenu de l’étude de démolition/construction en cours !

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • Michèle

    L'organisation européenne 'EUROPA NOSTRA', réseau de 400 organisations non-gouvernementales dédiées à la protection du patrimoine, soutenu par la Commission Européenne et la Banque Européenne d'Investissement, établit chaque année la liste des 7 sites patrimoniaux européens les plus en danger et fait du lobbying pour leur sauvegarde. En 2016, le Pont Colbert a été inscrit sur la liste suite à un dossier déposé par la Fondation du Patrimoine. http://7mostendangered.eu/2015/12/10/colbert-swing-bridge-in-dieppe-normandy-france/

Chai à barriques, Château de Camensac, Saint-Laurent-Médoc, Fabre de Marien, 2018

Chai du Château de Camensac de Fabre de Marien

19/09/2019

Après avoir réalisé le pôle agricole en 2016 sur le domaine du château de Camensac, à Saint-Laurent-Médoc, au nord de Bordeaux, l’agence Fabre de Marien revient sur place pour réhabiliter le chai et le cuvier existant – cellier […]

Immeuble de bureaux Anis, Dimitri Roussel et Nicolas Laisné, Nice, 2018

Des terrasses de travail imaginées par Nicolas […]

18/09/2019

Pour concevoir un immeuble de bureaux au sein de la ZAC Méridia à Nice, conçue et pilotée par l’agence Devillers et Associés, les architectes Nicolas Laisné et Dimitri Roussel se sont demandé ce qu’est un lieu de travail aujourd’hui. […]

Notre nid par Maxence Grangeot, Festival des Architectures Vives, Montpellier, 2019

Appel à candidatures pour le Festival des […]

18/09/2019

Avec pour objectif de faire découvrir le travail de jeunes architectes, paysagistes et urbanistes, le Festival des Architectures Vives (FAV) ouvre les portes de cours d'hôtels particuliers dans le centre historique de Montpellier, où sont exposées des installations […]

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel - Portrait

18/09/2019

Fondée en 2003 par Nicolas Laisné (diplômé de Marne-la-Vallée la même année) et rejointe en 2010 par Dimitri Roussel (diplômé de La Villette en 2007), l’agence d’architecture Laisné-Roussel est à l'origine de […]

Tod Williams et Billie Tsien à leur agence à New York, 2019

Tod Williams et Billie Tsien sont les lauréats du […]

17/09/2019

Depuis 1988, la Japan Art Association, plus ancienne fondation culturelle du Japon, décerne chaque année le Praemium Imperiale. Un prix qui récompense des disciplines aussi variées que l’architecture, la peinture, la sculpture, la musique et le […]

Vue intérieure de la bibliothèque l'Heure Joyeuse, Ellena Mehl architectes, Paris, 2018

L'Heure Joyeuse d'Ellena Mehl architectes

17/09/2019

Dans le 5e arrondissement de Paris, à quelques encablures de la place Saint-Michel, le bâtiment datant de 1975 et abritant la bibliothèque l’Heure Joyeuse devenait vétuste et non conforme à l’accueil du public. La mission de l’agence Ellena Mehl […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus