Au CID du Grand-Hornu, les pistes d’une décroissance joyeuse

Le Centre d’innovation et de design au Grand Hornu (CID), en Belgique, met en scène jusqu’au 21 octobre différents moyens pour réduire notre impact environnemental, tout en créant des objets de design. «Halte à la croissance! Design et décroissance», six voies vers une économie respectueuse.

Scénographie de l'exposition Halte à la croissance! au CID - © SERGE ANTON
photo n° 1/7
Zoom sur l'image Au CID du Grand-Hornu, les pistes d’une décroissance joyeuse

En 1972, le premier rapport du Club de Rome, "Les limites à la croissance", annonce l’impasse d’une croissance sans conscience. Le Centre d’innovation et de design au Grand Hornu pose le sujet comme une bombe, rappelant toutes les alertes qui désignent l’être humain en tant qu'arme de destruction massive sur son territoire, engagé dans une production frénétique. Cette exposition visible jusqu’au 21 octobre 2018 mêle petits objets, mobilier, modes de consommation ; elle invite des fablabs à concevoir ces objets en direct devant le public.

 

Obsolescence déprogrammée

Au fil des salles de l’exposition, on apprécie la diversité des trouvailles des designers. Le parcours atteste leur créativité et leur intelligence face au défi de la décroissance. Six pensées alternatives sont déclinées: la simplicité volontaire, le low tech, le circuit court, le recyclage, l’obsolescence (dé)programmée, et de nouveaux modèles économiques. Ici, l’emploi de bouteilles en plastique devient politique, lorsque Floris Hovers s’emploie à en faire de petits navires, les Flessenbootjes. Là, une chaise à bascule se transforme en atelier: le Rocking-Knit de Damien Ludi et Colin Peillex (Ecal) utilise l’énergie de l'usager, via le mouvement du balancier, pour tricoter. Autre équipement du quotidien, la machine à laver le linge, qui acquiert un statut de choix lorsque l’on sait qu’on ne s’en séparera plus: l’Increvable, du duo Julien Phedyaeff et Christopher Santerre, est promise à une longue vie, voire à être transmise en héritage, chacune de ses pièces pouvant être remplacée. "How to make without Ikea" (Comment faire sans Ikea) présente des livrets et plans de Thomas Billas qui permettront de produire soi-même son mobilier. Enfin, replongeant dans l’histoire de la chaise, les Shakers se rangent sur une patère murale avec Hancock. La visite est rafraîchissante.

 

Artistes en résidence

L’exposition présente des résidences d’artistes, entre poésie, réalisme et fiction. Mathilde Pellé développe ainsi son œuvre évolutive Soustraire, une pénurie, dans laquelle elle imagine un monde où l’impôt serait de la matière: chaque jour, elle ôte de la pièce qu’elle a meublée une portion de 9kg de matière, qu’elle entrepose dans un coin. Etonnant dépeçage de meubles! De son côté, Laurent Tixador a construit une pizzeria éphémère, constituée de matériaux récupérés pour la structure, à l’économie frugale et locale. Enfin, l’artiste Arne Hendriks, après avoir fait ses calculs, décrète dans The incredible shrinking man (L'incroyable homme qui rapetissait) que pour consommer moins, il suffit de réduire sa taille… Présentation quasi scientifique d’un projet décalé, tout à fait convaincant et drôle!

 

  • Exposition Halte à la croissance! Design et décroissance
    Jusqu'au 21 octobre 2018
    Centre d’innovation et de design au Grand Hornu, Rue Sainte-Louise, 82, 7301 Hornu - Belgique

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

L'ornement est un crime. L'architecture du mouvement moderne, Matt Gibberd, Albert Hill

La persistance du mouvement moderne

19/10/2018

En présentant près de 300 maisons particulières construites entre le début du XXe siècle et aujourd’hui, ce beau livre noir et blanc – qui tient davantage du manifeste visuel que de l’ouvrage historique et scientifique – tente de […]

Configurations pour Tangram, Interstuhl

Salon du mobilier Orgatec : liberté au travail !

18/10/2018

Orgatec est l'occasion de revoir l'aménagement de ses bureaux de fond en comble. Le bureau rêvé existe, dans un confort extraordinaire du tout ajustable, du rangement fixe aux systèmes nomades. Alors à quand la réalité dans nos espaces ? […]

Paola Viganò

Alexandre Chemetoff, Étienne Tricaud et Paola […]

18/10/2018

Au cours de la 5e édition de la biennale d'architecture et d'urbanisme In-Situ à Caen, Frédéric Lenne, commissaire de la manifestation, organise divers rencontres pour débattre de comment faire battre le cœur des villes. Parmi une liste […]

Rendez-vous à suivre

Neuf rendez-vous d'architecture du 19 au 25 […]

18/10/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Les journées nationales de l’architecture Les 19, 20, 21 octobre, partout en France Troisième édition de ces journées […]

L'extension d'une scène musicale à Rio de Janeiro (Brésil), par Oyapock architects

Oyapock livre l'extension d'une scène musicale à […]

17/10/2018

Sur les pentes de la favela de Vigidal, en balcon sur la baie de Rio, cette salle de musique a été agrandie en absorbant et en reliant les constructions voisines. Vocabulaire architectural, implantation et systèmes constructifs locaux favorisent son intégration dans un […]

Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus

Oyapock

17/10/2018

Issus de l’agence Brenac & Gonzalez et du studio brésilien Arthur Casas, Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus créent Oyapock en 2015. Leur nom fait référence au fleuve qui sépare la France (Guyane) et le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus