Au Palais idéal, dialogue entre la glaneuse et le facteur avec l'exposition Agnès Varda, Architextures et perspectives

L'exposition d'Agnès Varda au Palais idéal du facteur Cheval, à Hauterives (Drôme), tisse des liens entre deux univers créatifs centrés sur la collecte et le recyclage de matériaux simples. Avec pour fil conducteur une idée partagée : on peut tout construire à partir de presque rien.

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Exposition "Agnès Varda. Architextures et perspectives", au Palais idéal du Facteur Cheval - © Photos succession Varda
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Au Palais idéal, dialogue entre la glaneuse et le facteur avec l'exposition Agnès Varda, Architextures et perspectives

La terrasse du Corbusier (Marseille), photographie, 1956.

Articles Liés

Au-delà du marketing vert, l'arbre, matière architecturale - Exposition

Le chantier perpétuel de Yona Friedman - Exposition

POPCORN, UN DIALOGUE ENTRE DESIGN ET CINÉMA

Ferdinand Cheval (1836-1924) et Agnès Varda (1928-2019) ne se sont jamais rencontrés, mais voici deux âmes sœurs au royaume de l'art. Présentée dans les espaces d'exposition du Palais idéal à Hauterives (Drôme), « Architextures et perspectives » est le deuxième volet d'une trilogie sur l'univers d'Agnès Varda. « Correspondances », le titre du premier, présenté en 2020, résume bien l'esprit de ce face-à-face entre deux artistes partageant une même approche de la création : libre, prolifique, forte d'un riche imaginaire. A travers une sélection d'images inédites, de maquettes et d'extraits […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital