Ballot et Franck - Crèche et école de musique - Ramonville-Saint-Agne

Regroupés pour créer une nouvelle centralité, un pôle d’animation, une crèche et une école de musique permettent la sauvegarde de bâtiments en briques, complétés de façades vitrées et métalliques à Ramonville-Saint-Agne (Haute-Garonne). Plus qu’un contraste, le jeu de modénature fait parler les uns et les autres.

Crèche et école de musique, Ballot et Franck, Ramonville-Saint-Agne (31) - © Guilhem-Ducleon
photo n° 1/8
Zoom sur l'image Ballot et Franck - Crèche et école de musique - Ramonville-Saint-Agne
Le château de Soule est une demeure typique des fermes languedociennes, dont l’accumulation des communs et des bâtiments agricoles avaient perverti la lecture structurante de la cour. D’ailleurs, il est singulier que seul le pigeonnier, situé plus au sud, ait été classé monument historique.
 
Ouvrant au nord sur un parc d’arbres bicentenaires, la bâtisse profite d’un cadre paysager exceptionnel, renforcé par les interventions parcimonieuses de la paysagiste Anouk Debarre. Longtemps délaissé, le corps de logis commençait à se dégrader gravement. Et il faut saluer l’énergie de la ville à reconvertir ce patrimoine, résistant à la tentation de la création d’un lotissement ; une partie des études de maîtrise d’œuvre a été consacrée à remembrer les parcelles favorisant la constitution d’un nouvel épicentre pour le quartier des Coteaux sud. Lauréats du concours début 2010, les architectes ont nourri le programme en instillant une dimension urbaine nouvelle. Ils ont décelé le potentiel poétique et institutionnel que l’ancienne cour pouvait faire renaître chez les habitants. Mais pour que le vide qualifie un espace, encore faut-il que les architectures qui le ceinturent assument leur pleine épaisseur, d’autant plus qu’au total elles ne cumulent que 2 100 m2 . Le pôle d’animation, faisant office de maison des associations, occupe l’essentiel du château. Une crèche se concentre à l’ouest et exploite le gabarit suggéré par le haut mur sauvegardé. L’école de musique se déploie en L, à l’angle sud-est de la cour. Profitant de la présence d’autres vestiges pour définir ses espaces privatifs, l’école présente également une antichambre semi-couverte où le jeu des instruments prend une sonorité particulière. Cette partie du projet se déploie en R+1 et sa toiture s’enfle pour intégrer puits de lumière et édicules techniques.
 

Enveloppe diaphane

Les vieux murs de briques étaient d’un équilibre précaire, les charpentes d’époque participant à leur contreventement. Les interventions de Ballot et Franck ne se sont jamais inscrites en contradiction avec ce diagnostic. Elles se sont développées pour que les espaces se définissent autant par l’empreinte des pans de briques que par les enveloppes diaphanes des extensions. De nombreux entre-deux naissent de ce mode de composition. Des dilatations verticales offrent aux plus petites surfaces une générosité spatiale qui renforce l’impact des matériaux, comme dans la salle d’activité calme de la crèche, ou le hall de l’école de musique. D’abord imaginées en tuiles, les toitures assument aujourd’hui une esthétique franchement contemporaine.
 
Elles ne présentent aucun élément qui en révèle la technicité et se composent suivant l’abstraction des filtres métalliques assemblés en pente douce. Au contact des vieux murs, un bardage lisse en acier galvanisé apporte une variation de reflets, assortis aux tonalités de l’aluminium brut des toitures. Il révèle l’épaisseur des rampants qui se décomposent en plusieurs couches, de sorte à ménager un véritable espace tampon entre l’étanchéité et la feuille d’aluminium extérieure. Tel un coussin d’air, cet espace joue un rôle d’amortisseur thermique. La même vêture se décline en façade en premier plan des grands vitrages. Le taux de perforation satisfait alors la fonction de brise-soleil, sans nuire à l’entrée de la lumière. Surtout, la peau métallique y accuse des plis en V qui suscitent des jeux de lumière diffractant de nombreux rayons de soleil. Ces tôles ceinturent le jardin d’enfants, définissant une nouvelle cour intime, accompagnée de longs préaux.
 
Au R+1 de l’école de musique, elles camouflent l’épaisseur d’une double façade, utile autant pour casser le rayonnement solaire du sud que pour minimiser la prolifération des sons émanant des salles de musique. Cette coursive flotte au-dessus du terrain naturel. Elle illustre en outre les relations subtiles que les interventions contemporaines entretiennent avec le site paysager, en contrepoint des rapports de masse instaurés par les vieux murs de briques.
 
  • Lieu : Ramonville-Saint-Agne (Haute-Garonne)
  • Maîtrise d’ouvrage : ville de Ramonville-Saint-Agne
  • Maîtrise d'oeuvre : Yves Ballot et Nathalie Franck, architectes ; Arc&Sites, architecte du patrimoine sur le château ; Culos Ingénierie, BET VRD et structure ; Technisphère, BET fluides ; Synesthésie Acoustique, BET acousticien
  • Programme : maison des associations, crèche, école de musique, aménagements extérieurs
  • Surface : 2 113 m2 SDP
  • Calendrier : 1e tranche, 2015 ; 2e tranche, fin 2016
  • Coût : 4,1 M€ HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Rising Talent Awards, Chen Hingyu, Pin Wall Light, Bentu

Jeune design made in China, aux Galeries Lafayette

18/02/2019

Le jeune design chinois a fait l’objet d’un double focus en ce début d’année. Lors du salon Maison&Objet au mois de janvier 2019, au cœur des Rising Talent Awards, et en écho, dans l'exposition de la sélection aux Galeries Lafayette […]

Qui a dit?

Qui a dit: "Le symbolisme est essentiel dans […]

18/02/2019

Une citation, trois possibilités. Qui a dit: "Le symbolisme est essentiel dans l'architecture"? Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, Denise Scott Brown et Robert Venturi ou Jacques Herzog et Pierre de Meuron? La réponse, en image.   "A la base de […]

Bjarke Ingels, architecte, agence BIG

Bjarke Ingels, agence BIG - portrait

18/02/2019

Fondée en 2006 par l’architecte danois Bjarke Ingels –ancien collaborateur de Rem Koolhaas et ancien associé de Julien de Smedt (Plot)–, l’agence BIG regroupe architectes, designers, urbanistes, paysagistes et chercheurs, à Copenhague, New York et […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus