Biennale d'art de Venise 2017: Xavier Veilhan emballe le pavillon français de l’intérieur

A l’occasion de la 57e Biennale d’art contemporain de Venise, Xavier Veilhan s’est emparé du pavillon national français pour le transformer en un studio d’enregistrement – Studio Venezia. Habillé de contreplaqué d’okoumé du sol au plafond, celui-ci, méconnaissable, s’apparente à une grotte, transfiguré au point que l’on ne perçoit plus son volume initial.

Xavier Veilhan, Studio Venezia, Biennale de Venise 2017 - © Giacomo Cosua Veilhan / ADAGP
photo n° 1/12
Zoom sur l'image Biennale d'art de Venise 2017: Xavier Veilhan emballe le pavillon français de l’intérieur

C'est l'artiste Xavier Veilhan qui s’est emparé, pour la 57e Biennale d’art contemporain de Venise, du pavillon national français. Et il faut reconnaître que l’exercice consistant à s’approprier cet objet architectural à l’allure néoclassique est plutôt réussi. L’imposant bâtiment implanté dans les Giardini depuis 1912 manque de finesse; il est pourvu d’un péristyle et d’un plan en croix, ce qui complexifie sa mise en espace. Dans la lignée de ses travaux antérieurs, le plasticien y a installé un environnement immersif qu’il définit comme «une sculpture-studio d’enregistrement devenant le support de création de musiciens pendant les sept mois de la manifestation».

Sculpture-habitacle

Inspirée du Merzbau (1923-1937) de Kurt Schwitters, l’installation opère une véritable fusion des arts visuels et de la musique. D’abord pensé comme un espace à vivre chaleureux et fonctionnel, le lieu n’est surtout pas un espace d’exposition, plutôt un atelier de création foisonnant où les visiteurs sont conviés à être les témoins d’un matériel sonore en gestation, comme s’ils se faufilaient dans le cerveau des artistes. Il y a la volonté d’effacer toute mise à distance entre eux et le public, et cela est retranscrit spatialement sous la forme d’un continuum embrassant l’ensemble du pavillon. C’est une sorte de grand plan libre où la circulation est fluidifiée au maximum, laissant le choix au public de pénétrer par l’entrée principale et de traverser l’édifice pour sortir par une porte créée à partir d’une issue de secours. Le programme comprend deux studios d’enregistrement, dans la salle principale et celle qui la prolonge, tandis que les ailes latérales sont occupées par une «green room» (salle de repos et de réunion pour les artistes) et une «control room» (boîte dans la boîte dévolue à l’ingénieur du son). Chaque entité a sa propre indépendance sonore, bien qu’il n’y ait pas de porte pour les séparer. Enjeu majeur de la viabilité du projet, il fallait en effet sauvegarder cette autonomie mais aussi éviter les nuisances venues du dehors ; et, inversement, ne pas propager de musique dans les jardins. Pour absorber les bruits, des panneaux en laine de bois (Fibraroc), de la toile de jute et des paillassons ont été utilisés. De même, des sas acoustiques ont été créés. A cet égard, la conception de l’entrée est révélatrice: derrière son mur oblique en hommage à Claude Parent, un dispositif en chicane fait office de filtre phonique. L’idée de perdre tout contact visuel avec l’existant va jusqu’au traitement de la lumière, à la fois artificielle et naturelle. La grande verrière de la grande salle disparaît ainsi sous des couches de plafond, masquée par une sorte de millefeuille boisé qui laisse passer le jour.

Investissement spécial

Entre les premières esquisses et le résultat final, le projet a beaucoup évolué. A l’image du laboratoire qu’il est devenu, il a été conçu de manière très intuitive. Outre la modélisation, le travail à partir de maquettes, au 1/50e puis au 1/20e, a constitué une étape fondamentale du processus; des ajustements sont ensuite intervenus au cours du montage, réalisé en un mois et demi. Participant autant de l’œuvre d’art que de l’architecture, l’investissement spatial du pavillon dépasse de loin ceux proposés lors des récentes biennales d’architecture. On soulignera que le budget global s’élève à 1,8 M€, les deux tiers provenant du secteur privé. Et l’on se plaît alors à rêver à une ruée de sponsors pour la Biennale d’architecture de 2018. Mieux, à une réévaluation de l’enveloppe par la nouvelle ministre de la Culture.

 

  • Biennale de Venise 2017, 57e exposition internationale d'art contemporain, jusqu’au 26 novembre 2017

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Atelier Ferret Architectures - Palais des sports - Bordeaux

Atelier Ferret - Palais des sports - Bordeaux

25/04/2018

Conçu en 1960 par Jean Dauriac et Pierre Lafitte, le palais des sports de Bordeaux présente une structure en corbeille favorable à la proximité des spectateurs et des joueurs. Dans les années 1980, il a été transformé pour recevoir […]

Dominique Perrault Architecte, Pôle intermodal de Gangnam, Séoul, Projet lauréat

Dominique Perrault en conférence ce soir à […]

25/04/2018

L’architecte Dominique Perrault sera en conférence au centre d’architecture Arc en rêve, ce mercredi 25 avril à 18h30 à Bordeaux. Il y développera la notion de Groundscape. Alors qu’une exposition retrace actuellement à Paris […]

Exposition Habiter mieux habiter plus

Parkings d’hier et habitat de demain – Deux […]

24/04/2018

Deux expositions cohabitent, jusqu’au 2 septembre 2018, au pavillon de l’Arsenal à Paris. Sur la première mezzanine, «Habiter mieux, habiter plus» s’intéresse aux nouvelles architectures du logement parisien; sur la seconde, «Immeubles pour […]

Franck Dibon et Olivier Misischi

Ramdam

24/04/2018

Franck Dibon et Olivier Misischi, diplômés de l’Ensa Paris Val de Seine (respectivement en 2007 et 2003), ont fondé leur agence en 2009, à Paris et Angers. Son nom évoque leur attachement à la notion d’« espace public », à […]

ECDM, Centre de formation, Palaiseau

ECDM - Centre de formation - Palaiseau

23/04/2018

Sur le plateau de Saclay, le centre de formation EDF conçu par ECDM stratifie ingénieusement salles de formation, hébergements et espaces de détente, sur pas moins de 22 000 m2 de surface plancher.  Le bâtiment principal est un volume […]

La fabrique des images. L'architecture à l'ère postmoderne, Collectif, sous la direction de Federico Ferrari

Entre discours et images - Livre

23/04/2018

On le sait, mais on le dit peu : le projet d’architecture en tant qu’anticipateur de réel et la construction qui en découle fonctionnent comme une fabrique de discours et d’images instrumentalisée par les villes, les maîtres d’ouvrage, et même […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus