Biennale de Venise 2018: les lieux infinis d'Encore Heureux

Le projet du futur pavillon français de la 16e Biennale internationale d’architecture de Venise a été dévoilé le 22 février par les architectes de l'agence Encore Heureux. La conférence de presse s’est déroulée, une fois n’est pas coutume, loin des locaux officiels du ministère, dans la Lingerie des Grands Voisins. Intitulé "Lieux infinis", il prend au pied de la lettre la notion de "Freespace" invoquée par les commissaires irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara (Grafton Architects), en choisissant d'exposer non pas des modèles, mais des expérimentations.

 

 

Lieux infinis, pavillon français pour la biennale internationale d'architecture de Venise 2018 - © Encore heureux / Jochen Gerner
photo n° 1/4
Zoom sur l'image Biennale de Venise 2018: les lieux infinis d'Encore Heureux

Articles Liés

«On visite une biennale pour ressentir une émotion», Julien Choppin, commissaire du[...]

Biennale de Venise 2018: Encore Heureux commissaire du Pavillon français

"Lieux infinis" fait référence à l’absence de limites, mais aussi à ce qui n’est pas fini, qui reste ouvert, capable. Le sous-titre, "Construire des bâtiments ou des lieux?" pointe cette adéquation essentielle, selon les commissaires Nicola Delon, Julien Choppin et Sébastien Eymard, entre contenant et contenu. Les dix lieux français qui seront mis en avant sont pionniers, en devenir, voire en suspens, à l’occupation transitoire ou à l’existence fragile. Ils revendiquent chacun à leur manière la place alternative de l’architecte, qui au-delà du bâtiment, se doit de construire du lien, des équipes, des histoires, qui iront parfois bien plus loin que l’enveloppe qui les a vu naître. 
On y retrouvera: les Grands Voisins et le Centquatre à Paris, l’hôtel Pasteur à Rennes, la Grande Halle à Colombelles, les Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois-Montfermeil, la Friche la belle de mai à Marseille, le Tri postal à Avignon, le 6B à Saint-Denis, la Convention à Auch, et la Ferme du bonheur à Nanterre. 
 

Dix cabinets de curiosités et une surprise

 
"Lieux infinis" sera donc d’abord une exposition de 400 m2, où, comme le rappelle Nicola Delon, un visiteur ne reste en moyenne que 5 minutes. En s’associant au collectif Etc, les commissaires ont conçu une scénographie réutilisant le bois du Studio Venezia réalisé par Xavier Veilhan pour l'édition 2017 de la biennale d’art.
Le récit de ces 10 lieux infinis constituera le cœur du pavillon. Chacun sera conçu comme un cabinet de curiosités, alliant les dessins de Jochen Gerner, les maquettes de Make it, les films de Ronan Letourneur, les photographies d’Alexa Brunet et les cartes de l’Atelier parisien d’urbanisme.
Les trois salles périphériques analyseront la notion de lieu infini, l'exploreront à travers des ateliers, et l'enrichiront avec un atlas mondial collaboratif. Un catalogue, réalisé par les éditions B42 et les graphistes de deValence, conçu comme un ouvrage collectif donnant la parole à des penseurs de notre temps mais aussi aux acteurs de ces différents lieux, permettra aux visiteurs d’aller plus loin sur cette notion. Une programmation étendue sur 24 semaines donnera du relief à l’exposition. Elle débutera sur les chapeaux de roue avec une conférence inaugurale réunissant Jean Nouvel, Mathieu Poitevin et Patrick Bouchain.
Cerise sur le gâteau, les visiteurs seront invités lors de la biennale à découvrir un onzième "lieu infini" inédit, cette fois-ci à Venise. Il complétera la liste non exhaustive et ancrera davantage cette analyse sur le territoire qui l’héberge, révélant déjà l’une des composantes nécessaires à la réussite d’un tel projet: une part de mystère.
Rendez-vous est donné dans 90 jours à Venise.
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Ricardo Bofill, architecte

Ricardo Bofill (1939-2022)

17/01/2022

300 Dans les environs de Barcelone, sous les tentures de la mythique « Fabrique », cimenterie devenue agence d'architecture luxuriante, il a conçu des projets titanesques livrés aux quatre coins du monde. En France, de Noisy-le-Grand à Montpellier, en passant par Paris, l'architecte Ricardo Bofill, […]

Plan du projet des Halles à Paris (Ricardo Bofill, 1974).

Flashback : Bofill, le "nouveau philosophe"

17/01/2022

300 Octobre 1974 : Ricardo Bofill, ou les aventures d'un "nouveau philosophe" en architecture. Il aura fallu attendre 1979 pour que Ricardo Bofill et son associé Manolo Nuñez puissent officiellement exercer en France, décision prise par arrêté ministériel en octobre de cette année-là. Antigone, le grand […]

L'année 2021 restera une année d'interrogations sur le logement, à travers la publication de plusieurs études et rapports. Que retenir de cette production éditoriale foisonnante ?

Production, innovation, qualité... Le logement au […]

17/01/2022

300 L'année 2021 restera une année d'interrogations sur le logement. La question a été explorée à travers plusieurs études et rapports, venus au chevet d'un habitat en crise, et ce, bien avant la tempête sanitaire. Que peut-on retenir de cette production éditoriale foisonnante émanant d'horizons divers […]

École des arts de la terre, projet lauréat d’Europan 16 sur le site d’Auneuil

Europan 16 : École des arts de la terre, projet […]

17/01/2022

300 Concours d’idées d’architecture et d’urbanisme biennal, Europan propose aux jeunes professionnels de la conception urbaine, paysagère et architecturale de travailler autour d’une thématique spécifique et sur des sites réels. Pour sa 16ème édition intitulée « Villes vivantes, des projets-processus […]

Les Espaces d'Abraxas, Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), architecte Ricardo Bofill, 1983

Décès de l'architecte espagnol Ricardo Bofill

14/01/2022

300 L'architecte espagnol Ricardo Bofill est décédé le 14 janvier 2022 à Barcelone à l'âge de 82 ans. Il avait fondé l'atelier d'architecture du Taller dans les années 1960, s'entourant alors de sociologues, poètes et écrivains. Ses nombreux projets réalisés dans une cinquantaine de pays témoignent de […]

PHOTO - 28011_1644930_k3_k1_3792679.jpg

« La ville générique néolibérale ne répond plus à […]

14/01/2022

300 Michel Lussault observe et théorise depuis de nombreuses années les évolutions spatiales du monde contemporain globalisé. Dans Hyper-lieux, les nouvelles géographies politiques de la mondialisation (Le Seuil, 2017), il s'intéressait aux centres commerciaux géants, aux aéroports internationaux, aux […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital