Biennale de Venise 2018: les lieux infinis d'Encore Heureux

Le projet du futur pavillon français de la 16e Biennale internationale d’architecture de Venise a été dévoilé le 22 février par les architectes de l'agence Encore Heureux. La conférence de presse s’est déroulée, une fois n’est pas coutume, loin des locaux officiels du ministère, dans la Lingerie des Grands Voisins. Intitulé "Lieux infinis", il prend au pied de la lettre la notion de "Freespace" invoquée par les commissaires irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara (Grafton Architects), en choisissant d'exposer non pas des modèles, mais des expérimentations.

 

 

Lieux infinis, pavillon français pour la biennale internationale d'architecture de Venise 2018 - © Encore heureux / Jochen Gerner
photo n° 1/4
Zoom sur l'image Biennale de Venise 2018: les lieux infinis d'Encore Heureux

Articles Liés

«On visite une biennale pour ressentir une émotion», Julien Choppin, commissaire du[...]

Biennale de Venise 2018: Encore Heureux commissaire du Pavillon français

"Lieux infinis" fait référence à l’absence de limites, mais aussi à ce qui n’est pas fini, qui reste ouvert, capable. Le sous-titre, "Construire des bâtiments ou des lieux?" pointe cette adéquation essentielle, selon les commissaires Nicola Delon, Julien Choppin et Sébastien Eymard, entre contenant et contenu. Les dix lieux français qui seront mis en avant sont pionniers, en devenir, voire en suspens, à l’occupation transitoire ou à l’existence fragile. Ils revendiquent chacun à leur manière la place alternative de l’architecte, qui au-delà du bâtiment, se doit de construire du lien, des équipes, des histoires, qui iront parfois bien plus loin que l’enveloppe qui les a vu naître. 
On y retrouvera: les Grands Voisins et le Centquatre à Paris, l’hôtel Pasteur à Rennes, la Grande Halle à Colombelles, les Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois-Montfermeil, la Friche la belle de mai à Marseille, le Tri postal à Avignon, le 6B à Saint-Denis, la Convention à Auch, et la Ferme du bonheur à Nanterre. 
 

Dix cabinets de curiosités et une surprise

 
"Lieux infinis" sera donc d’abord une exposition de 400 m2, où, comme le rappelle Nicola Delon, un visiteur ne reste en moyenne que 5 minutes. En s’associant au collectif Etc, les commissaires ont conçu une scénographie réutilisant le bois du Studio Venezia réalisé par Xavier Veilhan pour l'édition 2017 de la biennale d’art.
Le récit de ces 10 lieux infinis constituera le cœur du pavillon. Chacun sera conçu comme un cabinet de curiosités, alliant les dessins de Jochen Gerner, les maquettes de Make it, les films de Ronan Letourneur, les photographies d’Alexa Brunet et les cartes de l’Atelier parisien d’urbanisme.
Les trois salles périphériques analyseront la notion de lieu infini, l'exploreront à travers des ateliers, et l'enrichiront avec un atlas mondial collaboratif. Un catalogue, réalisé par les éditions B42 et les graphistes de deValence, conçu comme un ouvrage collectif donnant la parole à des penseurs de notre temps mais aussi aux acteurs de ces différents lieux, permettra aux visiteurs d’aller plus loin sur cette notion. Une programmation étendue sur 24 semaines donnera du relief à l’exposition. Elle débutera sur les chapeaux de roue avec une conférence inaugurale réunissant Jean Nouvel, Mathieu Poitevin et Patrick Bouchain.
Cerise sur le gâteau, les visiteurs seront invités lors de la biennale à découvrir un onzième "lieu infini" inédit, cette fois-ci à Venise. Il complétera la liste non exhaustive et ancrera davantage cette analyse sur le territoire qui l’héberge, révélant déjà l’une des composantes nécessaires à la réussite d’un tel projet: une part de mystère.
Rendez-vous est donné dans 90 jours à Venise.
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Structures praticables sur le campus de Belval, Université des Sciences, Esch-sur-Alzette, Luxembourg, Inessa Hansch architecte

Praticables métalliques pour hauts-fourneaux, par […]

17/01/2019

L’architecte Inessa Hansch a imaginé huit structures habitables pour animer les espaces publics du campus de l’université des sciences du Luxembourg, installé dans une ancienne fonderie. D’étonnants praticables opalins ont poussé sur le campus de […]

Réinventer Paris 2: moins de salade, plus de […]

16/01/2019

Les résultats de la deuxième édition de l'appel à projets urbains innovants «Réinventer Paris» ont été dévoilés au pavillon de l'Arsenal, devant un parterre hétéroclite de candidats mêlant […]

OHLAB - Boutique, à Miami (Etats-Unis)

Logo habité, par OHLAB architects

16/01/2019

Influencés par le pop art, les clients du concept store In-Sight trouveront désormais les dernières tendances en matière de mode, d’art et d’art de vivre, dans un décor signé OHLAB. Pour affirmer l’identité de ce concept store […]

AMC n°20-février 1971, couverture

Dans les archives d'AMC: 1971, l'enseignement […]

16/01/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Galaxia, œuvre d’art paramétrique de Mamou Mani au Burningman 2018, Nevada

Structure paramétrique flambée, au Burning Man

15/01/2019

Burning Man, le festival hors normes qui se tient depuis 1986 dans le désert de Burning Rock (Nevada), transporte dans un ailleurs phénoménal. En déployant une extraordinaire structure tridimensionnelle en bois, l’architecte français Mamou Mani a […]

La bibliothèque Alexis-de-Tocqueville à Caen, OMA, Rem Koolhaas: lectures croisées

Histoire d’un projet: la bibliothèque d’OMA à Caen […]

15/01/2019

Consacré à la bibliothèque Alexis-de-Tocqueville de Caen, réalisée en  2017 par OMA, cet ouvrage collectif revient sur la genèse d’un projet déjà considéré comme un archétype architectural du XXIe siècle. […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus