Ricardo Bofill, génial outsider - Livre

Ricardo Bofill est un personnage de roman, déjà une légende tant son œuvre semble enrobée d'un filtre fictionnel qui identifie ses réalisations comme des univers autonomes et singuliers.

Ricardo Bofill, Visions d’architecture - © Editions EPA/Gestalten
photo n° 1/4
Zoom sur l'image Ricardo Bofill, génial outsider - Livre

Articles Liés

Regard de photographe : le temps suspendu de Laurent Kronental

Laurent Kronental revisite les grands ensembles - exposition de photographie au 104 à[...]

A l'heure où frémit le retour en grâce du postmodernisme et que circulent de nouveau des images des colonnes de Saint-Christophe à Cergy-Pontoise ou des Espaces d'Abraxas à Marne-la-Vallée -par exemple photographiés par Laurent Kronental dans sa série Souvenir d'un futur-, il est de bon ton de s'extasier sur la démesure historiciste et néoclassique de Ricardo Bofill qui a su jouer des colonnes et des frontons pour composer des décors hors normes, dignes d'apparaître dans une planche dessinée de François Schuiten ou d'Enki Bilal. Il n'empêche, aussi exceptionnels que soient ces ensembles, il serait réducteur de s'arrêter à leur aspect théâtral et surtout, spectaculaire.

Métamorphoses

C'est tout l'intérêt de cette monographie qui met en perspective les travaux réalisés par l'architecte barcelonais au sein de l'atelier d'architecture du Taller, qu'il a fondé dans les années 1960, s'entourant alors de sociologues, poètes et écrivains. Avec le recul, le panorama de la centaine de projets, réalisés dans une cinquantaine de pays, pointe la difficulté à définir ce créateur qui n'a eu de cesse d'enchaîner les métamorphoses. De ses débuts en Espagne, où ses logements futuristes sont inspirés du régionalisme critique, à la phase high-tech des années 1990 et 2000, avec des structures de verre et d'acier, en passant par sa période postmoderne française des années 1980, il y a une apparente confusion des genres. Mais chez Bofill, le changement n'est pas dissocié de la constance d'une foi qui est de croire que les bâtiments peuvent améliorer le comportement humain.

"Construire l'impossible"

« L'architecture n'est qu'une suite de projets, elle doit constamment imaginer l'avenir comme un pas en avant. C'est le principe fondamental qui a façonné ma personnalité, mon travail et ma vie », dit ainsi celui qui ne s'est jamais retourné sur son passé et a voulu « construire l'impossible ». S'il a adopté des formes classiques, c'est avant tout pour des raisons constructives, essentiellement celles de la préfabrication, qu'il a utilisée à grande échelle. Monumentalité, symétrie, géométrie et utilisation de la couleur font ainsi partie d'un langage qu'il a intégré dans un art de la mise en scène, renouvelé avec brio tout au long de sa carrière. Aujourd'hui, on peut enfin prendre la mesure de l'avant-gardisme des constructions comme le Walden 7, le château de Kafka ou La Muralla Roja, qui font partie de la culture populaire, et de ses idées novatrices à propos des espaces communs et des styles de vie alternatifs. De même que l'on pourrait citer nombre d'autres exemples visionnaires, le plus beau et le plus touchant étant peut-être La Fabrica, une ancienne cimenterie de la banlieue de Barcelone où il a installé son atelier et sa résidence personnelle. D'une friche à l'abandon, il a fabriqué un monde sculptural mais minimal et luxuriant, un monument à l'image de cet artiste de l'architecture.

  • RICARDO BOFILL, VISIONS D'ARCHITECTURE, Textes de Tom Morris, Anna Southgate, Oscar Tusquets Blanca, Douglas Murphy Nacho Alegre. Editions EPA/Gestalten, 2019, 304 p. 59,95 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • Noodles

    Il ne fait aucun doute qu'el senor Ricardo Bofill est un grand architecte visionnaire et prolifique, mais malheureusement il aura réservé les ratages de son oeuvre en France, dans une architecture de péplum cinématographique, catastrophique dans la fonction, comme dans l'image et répétitive de surcroît. Son erreur provenant vraisemblablement d'une impérieuse nécessité de chercher à plaire.

  • Imothep

    Pour avoir vecu dans la Muralla Roja, je peux attester que ce fut une expérience extraordinaire des sensations d'espace inoubliables, melant les ksour marocains a une indefinissable sensation de liberte de couleur et d’harmonie. Les villas situees derriere insérées dans les murs des terrasses Faisaient preuve d’une integration extraodinaire alors que le paysage alentour se remplissait de bubons bati au flanc des collines les grignotant peu a peu pou bientot les faire disparaitre. Beau souvenir également d’avoir habiter dans Xanadu sa première oeuvre a Calpe, accroché a la falaise vibrant de l’assaut incessant et bruyant des vagues qui déferlaient. Il y a dans cet ensemble beaucoup de poésie et de ....talent.

Christo, The Pont-Neuf Wrapped 2, Paris, 1975-1985

Christo à Paris, du Pont-Neuf à l'Arc de Triomphe

03/06/2020

300 L'automne 2021 s'annonce emballant. Christo, l'artiste bulgare qui empaqueta le Pont-Neuf à Paris à l'automne 1985, doit récidiver sur l'Arc de Triomphe; le Centre Pompidou inaugurant au même moment une grande rétrospective du travail de l'artiste et de sa femme Jeanne-Claude. Son décès le 31 mai […]

Christo (1935–2020) - Valley Curtain, Rifle, Colorado, 1970-72

Hommage à Christo: voyage à la redécouverte de ses […]

03/06/2020

300 Décédé le 31 mai 2020 à New-York, l'artiste Christo, célèbre emballeur du Pont-Neuf à Paris, travailla toute sa vie avec sa femme Jeanne-Claude Denat de Guillebon, décédée en 2009. Des premiers objets empaquetés par l'artiste né en 1935 en Bulgarie, aux monumentales installations de plein-air […]

Christo (1935–2020) - Christo at The Floating Piers, June 2016

Christo, l'emballeur du Pont-Neuf, est décédé

03/06/2020

300 Les Parisiens retiendront de lui le Pont-Neuf enveloppé d'un drapé à l'automne 1985. L'artiste Christo s'est éteint le 31 mai 2020 à New-York, à l'âge de 84 ans. Il préparait une nouvelle intervention manifeste dans la capitale, l'empaquetage de l'Arc de Triomphe. Il aura fallu 13 km de corde, 450 […]

Nommée à l'Équerre d'argent 2019, catégorie Habitat, résidence étudiante de 232 chambres à Palaiseau (Essonne), l’AUC (architecte), Batigère (maître d’ouvrage)

L'AUC, loger des étudiants à Saclay

26/05/2020

300 Dans cette opération de logements étudiants d'envergure livrée sur le plateau de Saclay, l'AUC imagine des colocations et des studios autour d'un vaste jardin paysagé et d'espaces de rencontre intérieurs. En dialogue avec une autre résidence universitaire, rose, construite en 2016 par 51N4E et […]

Marc-Antoine Richard-Kowienski et Anne-Julie Martinon architectes, agence Maaj

Maaj architectes - Portrait

02/06/2020

300 Anne-Julie Martinon et Marc-Antoine Richard-Kowienski ont étudié à Paris-Belleville. Ils ont fondé l’agence Maaj en 2011. La première réalisation de l'agence Maaj, un chalet en mélèze à Arêches-Beaufort (Savoie), réinterprétation des fermes de la région, a été lauréat du palmarès des lauriers de la […]

Rénovation Ecole Ingénieurs d’Yverdon-les-Bains HEIGVD. Nouveaux aménagements par inroom Geneviève Héritier (2014-2019)

Couleurs et spatialités différenciées, pour la […]

29/05/2020

300 En Suisse, l’école d’ingénieurs d’Yverdon-les-Bains a bénéficié d’une rénovation complète qui se démarque par la qualité des aménagements intérieurs. L’utilisation de la couleur devient un support d’attractivité et de différenciation des espaces. Tout en valorisant l’architecture de béton du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital