Ciguë, l'âge du "Faire" - Portrait

Depuis leur atelier de menuiserie créé alors qu'ils étaient encore étudiants jusqu'à la construction de leur nouvelle agence, le collectif Ciguë n'a eu de cesse de fabriquer, d'expérimenter, soigneux de la matière et de l'économie globale du projet. Un trait qu'ils approfondissent aujourd'hui dans leur nouvelle recherche, celle d'un matériau de sol à base de plâtre qui remplacerait le ciment.

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Ciguë, portrait
photo n° 1/12
Zoom sur l'image Ciguë, l'âge du Faire - Portrait

L'atelier, avec, sur la table et les étagères, des échantillons de recherches sur des matériaux recourant au réemploi.

Articles Liés

Lobby de Space Shower TV à Tokyo par Ciguë

Ciguë - Boutique Isabel Marant - Bangkok

CIGUË - BOUTIQUE KRISVANASSCHE

Pas banal que de prendre pour nom celui d'une herbacée ultratoxique, Ciguë, poison létal officiel des Athéniens, dont la victime la plus notoire ne fût autre que Socrate. Mais on ne va pas philosopher, d'autant que ledit collectif d'architectes n'a point eu à en pâtir, étant devenu, en moins d'une vingtaine d'années, l'un des fers de lance de l'architecture hexagonale, grâce à une ribambelle de projets conçus pour des marques de luxe : Aesop, Alain Ducasse, Isabel Marant, Kris Van Assche, ou Saint-Laurent.   Cette tribu à géométrie variable - ils étaient six lors de leur association, en 2003 - compte aujourd'hui une vingtaine de personnes, dont quatre associés : trois des fondateurs, Camille Bénard, Guillem Renard et Alphonse Sarthout, rejoints par Julien Franc Wahlgreen, seul non-architecte du quatuor. Installée […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital