Concours Acier 2020, un palmarès sous «Turbulences»

Ils étaient 12 finalistes à se présenter devant le grand jury du concours Acier 2020 organisé par ConstruirAcier. Le sujet: "Turbulences, l’architecture face aux mutations climatiques et aux risques naturels». Zoom sur les quatre lauréats distingués qui, selon le président du jury, l’architecte Thomas Corbasson, «ont fait la part belle à la stimulation intellectuelle et émotionnelle».

CONCOURS ACIER 2020.PREMIER PRIX EX AEQUO Machine à paysage (réécriture d’un site abandonné à Montpellier) Caroline Desplan, ENSA Paris-Belleville - © Caroline Desplan
photo n° 1/4
Zoom sur l'image Concours Acier 2020, un palmarès sous «Turbulences»

Articles Liés

Concours Acier 2018 : les projets étudiants lauréats

Concours Acier 2016: les projets lauréats

Concours Acier 2016: Le Funambule, premier prix

Inondations, sécheresses, vagues de chaleur, séismes... Si l’intensification de ces événements climatiques est à l’œuvre, sur quelles solutions l’architecte peut-il s’appuyer pour influer sur l’autonomie de la société de demain et relever le défi du bien-être de la population? C’est sur ce thème crucial que les étudiants en école d’architecture et d’ingénieurs ont planché cette année, à l’occasion de l’édition 2020 du Concours Acier.

Une ouverture vers l’espace imaginaire

«Dans l’ensemble, les candidatures témoignent d’une très bonne qualité de travail, observe l’architecte Thomas Corbasson, président du jury 2020. Et la partie technique des projets présentés n’a jamais éclipsé la place de l'imagination et de la respiration. C’était là tout le défi de ce sujet. Bâtir pour se protéger des risques climatiques exige une réflexion constructive qu’il s’agisse d’implantation, de forme, de matérialité et de mise en oeuvre. Mais aussi une part de rêve et une ouverture vers l’espace imaginaire. Les quatre lauréats que nous avons distingués ont non seulement tous apporté une réponse cohérente à la problématique mais ils ont aussi fait preuve d’une réelle justesse du propos quant à la réponse écologique, ainsi que d’un vrai beau geste architectural.»

 

Le palmarès

  • PREMIER PRIX EX ÆQUO: «Machine à paysage» (réécriture d’un site abandonné à Montpellier), Caroline Desplan, ENSA Paris-Belleville
    Le projet propose une lecture sensible d’un territoire littoral abandonné comme espace potentiel de valorisation paysagère et intègre le projet architectural à une réflexion écologique à plus grande échelle. Il cherche à valoriser un site déchu aux problématiques diverses: l’ancienne décharge de Montpellier, qui a longtemps pollué ce paysage si singulier. La Machine à paysage est une usine à double effet. En tirant parti de la décharge pour la dépolluer et en extraire du méthane, qui deviendra une source d’énergie pour la seconde partie de l’usine, elle profite de son implantation entre rivière et étang et installe une centrale osmotique, nécessitant de l’eau douce et salée, pour produire de l’électricité. Poutre treillis en acier de 240 m, l’usine se soulève sur des cuves porteuses, sans toucher au sol naturel. Le toit terrasse projette le regard vers l’horizon marin.
     
  • PREMIER PRIX EX ÆQUO: «Bio River City», Malo Bottani, Valentin Lepley-Schulman, ENSA Nantes
    Le projet s’appuie sur la sauvegarde de la citadelle de Blaye, monument de défense militaire, érigé par l’ingénieur Sebastien Le Prestre de Vauban au XVIIe siècle, et situé sur l’estuaire de la Gironde. L’érosion liée aux variations du niveau du fleuve fragilise la roche sur laquelle repose la citadelle, au risque d’un effondrement. Le projet s’accroche donc sur une digue en béton qui aurait été érigée à la hâte en proposant d’y installer un laboratoire à ciel ouvert de la biodiversité estuarienne. La proposition est pensée comme étant un lieu de vie ouvert sur son environnement, accessible depuis les remparts. Cet équipement installé en encorbellement et développé sur 700 mètres de long tend à révéler un site par son architecture, mettant en résonance une approche de sauvegarde patrimoniale et de protection environnementale.

 

  • TROISIEME PRIX: «Fenêtre sur Saône», Anais Ducret, Alice Barthelemy, ENSA Paris-La Villette
    C’est au Port Nord de Chalon-sur-Saône que le projet prend place. Doté d’un caractère patrimonial fort, le site doit faire face à un risque de montée des eaux. Pour le devenir du site, caractérisé par ses machines industrielles désuètes, ses collectifs d’artistes et ses industries d’acier en perte d’activité, l’équipe propose d’édifier un Centre technique de création, recherches et formations en architecture, design et ingénierie qui fonctionne en partenariat avec les industries de matériaux in situ. Ainsi, les machines à l’abandon retrouvent un usage et la construction du centre est pensée selon les gabarits du pont roulant. Reposant sur les concepts de circuit-court et de faible impact, l’édifice fait le choix d’une construction acier inoxydable qui met en action les industries et machines présentes sur place, offrant des possibilités d’adaptation dans le temps, de flexibilité dans l’usage. Les portiques acier constituent la structure principale, une «échelle» qui permet à des modules autoportants de s’y greffer et de s’élever selon les variations de l’eau.

 

  • MENTION SPECIALE: «Velum 93, structure sanitaire d’urgence», Louis Gibault, ENSA Paris Belleville
    En référence à la récente crise sanitaire, cette proposition mène une réflexion constructive afin de surmonter de futurs chocs traumatiques naturels. Le projet Vélum93 est né d’un échange avec le Dr Thierry Gibault. L’installation d’urgence proposée est envisagée comme une solution à la surpopulation dans les hôpitaux lors de situations pandémiques mais elle peut s’adapter à d’autres contextes d’hébergements d’urgence. Inspirée d’une ombrelle, la structure métallique mise en œuvre assure rapidité d’exécution et confort sanitaire. Il s’agit d’un dispositif pliable et transportable avec une structure métallique qui est développable, permettant d’ériger verticalement l’espace. Ce principe assure un gain de temps considérable et s’adapte à des terrains difficiles. Quatre poutres en acier coulissent autour d’un point structurant vertical qui assure les descentes de charges. L’étanchéité et l’apport en lumière sont assurés par une double peau composée d’une maille métallique rattachée à une toile tendue. Le choix des matériaux permet de faciliter les opérations de transport avec un poids et un volume réduit. Le projet s’implante dans un territoire aux enjeux sanitaires et sociaux forts, celui de la Seine Saint Denis, plus précisément sur l’Ile-Saint-Denis.

 

 

  • Composition du jury: président, Thomas Corbasson, architecte, fondateur de l’agence Chartier-Corbasson; Anne Pezzoni, architecte, archi5; Fabienne Ponsolle, architecte, représentante de la Maison de l’architecture Ile-de-France; Loïc da Silva, ingénieur, président d’Inexom; Simon Durand, ingénieur, schlaich bergermann partner; Jacques Franck Degioanni représenté par Amélie Luquain, journaliste Le Moniteur; Alice Bialestowski, journaliste AMC; David Abittan, rédacteur en chef, TEMA.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Lot E, Brenac & Gonzalez & Associés architecte mandataire, MOA Architecture architecte associé, Paris (XVIIIe)

125 logements par MOA Architecture pour le […]

20/01/2021

300 Inscrite dans le projet urbain conçu par l'AUC pour le quartier Chapelle International à Paris (XVIIIe), la tour de logement E2 conçu par MOA Architecture se dresse sur un socle actif qu'elle partage avec son homologue E1 conçu par Brenac&Gonzalez&Associés, avec lequel elle s'accorde sur le principe […]

Le campus de l'Institut indien de management d'Ahmedabad conçu par Louis Kahn, Balkrishna Vithaldas Doshi et Anant Raje en 1962.

À Ahmedabad, les dortoirs de Louis Kahn sauvés de […]

19/01/2021

300 Début décembre, une pétition a été lancée par The Architectural Review, après la décision de l’Institut indien de management d'Ahmedabad (IIAM) de démolir 14 des 18 dortoirs du campus conçu par Louis Kahn, Balkrishna Doshi et Anant Raje en 1962. En un mois, plus de 600 architectes et universitaires, […]

Abonnés AMC

Lycée à Châteaurenard par Rémy Marciano et José Morales

Lycée à Châteaurenard par Rémy Marciano et José […]

18/01/2021

300 L'intégration dans le territoire agricole et collinaire de ce lycée conçu par Rémy Marciano et José Morales qui accueille 900 élèves s'appuie sur son inscription dans la continuité des lanières paysagères alentour. Sa localisation au nord-est de la parcelle libère un vaste espace de vie au sud, […]

Abonnés AMC

Centre sportif Charcot par Odile+Guzy à Paris (XIIIe)

Centre sportif Charcot par Odile+Guzy à Paris

15/01/2021

300 Le centre sportif d'Odile+Guzy assure une habile transition entre le quartier sur dalle de la ZAC Paris-Rive-Gauche (XIIIe arr.) et le tissu ancien bordant la rue du Chevaleret. Lesté par trois niveaux de parkings souterrains, il s'étale et s'enfonce sur sa parcelle triangulaire en pente. Sur sa […]

Grand Prix PARI Pavillon d’accueil d’une scierie, Corzé (Maine-et-Loire), 2017, Atelier d’architecture Ramdam

Le palmarès des prix PARI en Pays de la Loire

14/01/2021

300 PARI est un nouveau prix d’architecture lancé par la maison régionale de l’architecture des Pays de la Loire, qui a choisi de le placer sous le signe de la résilience et de l’optimisme. L’enjeu étant de questionner l’architecture dans sa capacité d’adaptation pour inventer un construit nouvelle […]

Jean Chabanne

Disparition de l’architecte et urbaniste Jean […]

13/01/2021

300 Le fondateur de l’agence Chabanne, l’architecte et urbaniste Jean Chabanne, s’est éteint le 28 décembre 2020 à l’âge de 74 ans. C’est son fils Nicolas Chabanne, président de l’agence depuis 2011, qui l’annonce dans un communiqué. Jean Chabanne fonde son agence en 1969, après avoir obtenu son diplôme […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital