Abonnés AMC

Dans les archives d'AMC: la Cité Manifeste, dix ans après

Dans son numéro 227-octobre 2013, AMC publie une enquête sociologique menée dans la Cité Manifeste à Mulhouse, quartier d'habitat social conçu par une collection de grandes signatures telles que Jean Nouvel, Shigeru Ban ou encore Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal. Lancée en 2003 pour célébrer le 150e anniversaire de la première cité ouvrière de France, le vaste projet a pris aujourd'hui sa place dans la suite des expositions d’architecture manifeste qui, depuis le Weissenhof (Stuttgart, 1927), a ponctué le mouvement moderne tout au long du XXe siècle. C’est une réalisation emblématique du logement des années 2000 – comme Nemausus l’avait été des années 1980. Elle a fait l’objet de controverses, pour ou contre le polycarbonate, le bardage ondulé, la tôle galvanisée ou les arbres mis en cage. En rencontrant ses habitants, l’évaluation réalisée par une architecte et deux sociologues vient mettre quelque raison dans le regard porté sur le projet de logements le plus novateur du XXIe siècle commençant. La récente attribution du prestigieux prix Pritzker à Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal est l'occasion de revenir sur cette leçon d'usage, qui éclaire les préoccupations de ces architectes pour la qualité d'un habitat dénormé et qui conditionnent la construction de grands logements à l'utilisation de matériaux industriels.

 

Texte de Sabine Guth, Jean-Michel Léger et François-Xavier Trivière

Vue aérienne de la Cité Manifeste à Mulhouse - © Somco
photo n° 1/7
Zoom sur l'image Dans les archives d'AMC: la Cité Manifeste, dix ans après

Articles Liés

Lacaton & Vassal, lauréats du Pritzker 2021

La cite Manifeste Mulhouse

Némausus rafraîchi

Au début des années 2000, que Pierre Zemp, directeur de la Somco (Société mulhousienne des cités ouvrières) invite Jean Nouvel pour construire un projet manifeste, comme l’avait été en son temps la cité Muller, fondée en 1853 par la même société. Face au déclin d’une architecture du logement bureaucratisée et désenchantée, Pierre Zemp (disparu en 2012) souhaitait dénormer et faire évoluer l’image du logement social. Il voulait l’ouvrir à une nouvelle clientèle, alors que les classes moyennes continuaient de le délaisser. Le projet s’inscrivait dans une tradition d’innovation sociale, technique et culturelle, celle de l’industrialisme mulhousien, pour lequel le logement social a été le creuset d’une société locale intégrée dans un bassin […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital