David Chipperfield harmonise le patrimoine londonien de Selfridges

Installée depuis les années 1920 à Londres, l'enseigne Selfridges travaille avec David Chipperfield depuis plus de quatre ans pour revoir l'aménagement de la boutique mère de la Duke street. De par une architecture existante composite, ce projet d'extension relève d'un réel travail de suture.

David Chipperfield - Boutique Selfridges, à Londres - 2018 - © Simon Menges
photo n° 1/7
Zoom sur l'image David Chipperfield harmonise le patrimoine londonien de Selfridges

Grand magasin du centre-ville londonien, Selfridges était initialement situé dans une bâtisse de style classique achevée en 1929. Dès la fin des années 1930, l'enseigne s'agrandit et commandite la construction d'un second bâtiment, faisant face au premier. Ces deux entités ont été connectées à l'aide de passerelles, surplombant la rue. Finalement, cette rue a été comblée par une tierce construction, réunissant les deux parties de Selfridges sur un même îlot. D'une agglomération non désirées de styles architecturaux divers, le grand magasin a récemment souhaité revoir son aménagement intérieur global en rendant honneur à ce patrimoine. Assigné à David Chipperfield, le projet se base sur deux interventions : une nouvelle entrée côté Duke street remplaçant l'immeuble intercalaire ; et un espace supplémentaire de vente dans l'aile Est de la boutique.

Une suture par contraste

A la manière de l'originale d'Oxford Street, l'architecte réalise une seconde entrée côté Duke Street alignée aux façades historiques. Assumant son rôle de suture, elle prend la forme d'une cage de verre, dont la profondeur a été définie par la différence entre les deux alignements de façade de la version précédente et celle de David Chipperfield. Aménagé en café en R+1, le visiteur profite ainsi d'un espace en triple hauteur bordé par les architectures classiques et Art Déco des bâtisses attenantes. Par une distinction structurelle et visuelle, cette nouvelle greffe procure une cohérence à un ensemble autrefois hybride.

Une leçon d'architecture

A l'intérieur, ce dernier volume améliore grandement la fluidité du magasin à l'aide d'un hall continu entre les deux entités adjacentes. Si côté Oxford Street, l'architecte opte pour un style classique en rendant aux colonnes ioniques existantes leur hauteur maximale ; de l'autre côté, il privilégie une architecture moderne avec des colonnes parallélépipédiques habillées de marbre. Identiques à gauche comme à droite, en haut comme en bas, les luminaires unifient l'ensemble. Errant au sein de présentoirs tantôt aériens en bois et métal, tantôt massifs en pierre, le visiteur peut désormais faire ses achats en assistant à une véritable leçon d'architecture.

 

  • Lieu : Londres (Angleterre)
  • Maîtrise d’ouvrage : Selfridges Retail
  • Maîtrise d'oeuvre : David Chipperfield Architects London
  • Programme : espace de vente et de stockage
  • Surface : 5000m2
  • Calendrier : Livraison en 2018
  • Coût : NC

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Passage Clichy, Brassaï, 1930-1932

L'hôtel parisien, en quête d'idéal-type - […]

16/12/2019

Le Pavillon de l'Arsenal consacre, jusqu'au 12 janvier 2020, une large exposition aux hôtels, figure typologique trop inexplorée par les architectes. L'occasion de questionner, en remontant l'histoire parisienne de ces lieux d'habitation temporaire et à […]

La Marquise, Jean-Benoît Vétillard architecte, Pavillon de l'Arsenal, 2019

Les humeurs de la marquise, ou le futur de l'hôtel […]

16/12/2019

Dans le cadre de l'exposition "Hôtel Métropole" au Pavillon de l'Arsenal à Paris, l'architecte Jean-Benoît Vétillard imagine une marquise en fibre végétale, autonome en énergie. "La marquise est un organe palpitant, […]

Jean-Benoît Vétillard, architecte, Ajap 2018

Jean-Benoît Vétillard, architecte - Portrait

16/12/2019

Diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne en 2007, Jean-Benoît Vétillard fonde son agence à Paris en 2014. Jean-Benoît Vétillard mène son activité d'architecte à toutes les […]

Exposition Le Maire et l’architecte. Marché aux bestiaux en activité, 1928, Tony Garnier.

Lyon célèbre les 150 ans de Tony Garnier

13/12/2019

Avec son utopie de «Cité industrielle», Tony Garnier fut le premier architecte moderne à penser la ville dans son ensemble. Né le 13 août 1869, cet architecte lyonnais, Grand Prix de Rome en 1899, a profondément transformé le visage de sa ville […]

Localarchitecture

Localarchitecture - Portrait

06/12/2019

Diplômés de l’EPFL, Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer fondent l'agence Localarchitecture à Lausanne en 2002. Les architectes Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer développent avec leur agence Localarchitecture une […]

A l'étage de la boutique Unifor, restauration de Simone Agresta

Renaissance d’une boutique Afra et Tobia Scarpa à […]

12/12/2019

UniFor a entièrement rénové son showroom historique à Paris, en ravivant l'œuvre conçue par Afra et Tobia Scarpa en 1979. Une intervention signée d’un autre architecte italien, Simone Agresta, qui a rendu hommage aux designers par la remise […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus