De retour de la Fiac: allées de Galeristes selon Dominique Perrault

Pour Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot-Prévost, le Salon des Galeristes au Carreau du Temple est un jeu: ils en assurent depuis quatre ans la scénographie avec un enthousiasme constant. L'inauguration du nouvel aménagement s'est tenu -fait nouveau- pendant la Fiac.

GALERISTES 2019, DPA Scenographie - © PHOTO-ARCH/IVE_TiagoMadeira_ADAGP
photo n° 1/8
Zoom sur l'image De retour de la Fiac: allées de Galeristes selon Dominique Perrault

Articles Liés

De retour de la Fiac: la fibre intelligente par Google au Mobilier National

De retour de la Fiac: du mobilier nomade au Grand Palais

Équerre d'argent 1990 / Dominique Perrault – Hôtel industriel – Paris XIII

La rencontre de galeristes indépendants au Carreau du Temple était un moment privilégié, parallèle à la Fiac, en octobre 2019. Les éclaireurs de la scène artistique contemporaine sont sortis du cadre habituel de leurs murs blancs pour s’exposer dans un paysage commun partagé. Ainsi le décor était-il posé par son initiateur Stéphane Corréard, qui estime que «80% du succès des Galeristes vient de sa scénographie» signée DPA, Dominique Perrault architecture.

 

Un parcours de porosités

Dans la grande nef redécoupée par les architectes après recueil des attentes particulières de chacun des galeristes, tout porte à l’échange, à la proximité. La scénographie de Perrault/Lauriot-Prévost ne se présente pas comme un alignement de rangées de salon, ni comme un objet prétentieux. C’est un parcours à la géométrie «extensible», fait de transparences. A travers les modules de métal -conçus initialement pour l’industrie-, se devine le paysage au-delà de l’exposant. Ce décor amorce un dialogue qui tend à désacraliser le marché de l’art, crée un univers de porosité d’autant plus invitant. On le traverse ainsi qu’un labyrinthe duquel on sort avec le plaisir d’avoir vu en se laissant porter, et avec l’assurance d’avoir rencontré sur 1800m2 quarante espaces distincts.

 

Dispositif des réserves

Ce dispositif monomatière solide rappelle celui des réserves qui abritent les trésors des musées, à la manière d’un appel au collectionneur qui saura repérer la valeur montante. Système de construction modulaire simple au montage remarquablement rapide (24h pour habiter l’espace avant ouverture), il ne lasse pas. Il se répète dans une largeur standard de 150cm et une hauteur constante, avec des variantes situées dans l’organisation intérieure des éléments (murs, rayonnages, alcôves, tiroirs ou racks, au libre choix des galeries). Des éclairages de lampes Gras (DCW Editions), des tubulaires fluos (Sfel) ponctuent ces structures sur roulettes, esthétiques à vide et capables de passer au second plan au moment de l’ouverture au public. Dernier avantage pour son commanditaire, le principe "zéro déchet". Une partie des pièces est conservée et stockée d’une année sur l’autre, quand le reste est mise en vente à la fermeture des portes. Au final, l’opération est assez économe et très efficace. En prolongement de ces espaces de ventes, une typologie de structures coordonnées, mais à fond blanc en clin d’œil aux cimaises, cerne encore ce projet. Exposition dans l’exposition nommée Anthologie de l’art français, elle faisait courir le regard sur 16 artistes historiques en "solo show".

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Ricardo Bofill, Visions d’architecture

Ricardo Bofill, génial outsider - Livre

27/03/2020

300 Ricardo Bofill est un personnage de roman, déjà une légende tant son œuvre semble enrobée d'un filtre fictionnel qui identifie ses réalisations comme des univers autonomes et singuliers. A l'heure où frémit le retour en grâce du postmodernisme et que circulent de nouveau des images des colonnes de […]

Vue extérieure : Le Grand Louvre, Ieoh Ming Pei, Paris 1er, Équerre d’argent 1989 / prix spécial du jury

Confinés et cultivés: 4 podcasts sur […]

26/03/2020

300 Hormis la série estivale animée par David Abittan sur France Inter, Les choses de la ville, l'architecture est devenue trop rare à la radio. Pour s'en consoler, le confinement offre l'occasion de réécouter Métropolitains, l'émission culte du critique d'architecture François Chaslin, ou de découvrir […]

Antonin Yuji Maeno et Kelsea Crawford, Cutwork

Cutwork, un studio à l'ère du "co" - Portrait

25/03/2020

300 Pour accompagner cette période de confinement, AMC offre en accès libre une partie du contenu de ses derniers numéros. Le portrait de l'agence de design et d'architecture Cutwork est publié dans AMC n°285-mars 2020. Cutwork, c'est l'association de l'architecte et ingénieur Antonin Yuji Maeno avec la […]

Appel à candidatures, résidences d'architectes, Réseau des maisons de l'architecture

Appel à candidatures: résidences d'architectes en […]

24/03/2020

300 Préparer l'après confinement peut être est un bon moyen de supporter l'isolement. Le réseau des maisons de l'architecture de France lance un appel à candidatures pour participer à des résidences d'architectes partout en France. L'occasion de s'investir auprès des habitants et des institutions de […]

Sur le chantier de reconversion de la poste du Louvre à Paris, en 2019

Coronavirus: les représentants des architectes, […]

23/03/2020

300 Parce que les professionnels qu'ils représentent n'ont pas été entendus dans le cadre de la négociation entre l'Etat et les représentants des artisans et des entreprises du BTP, le Conseil national de l'Ordre des architectes (CNOA) et l'Unsfa, syndicat employeur de la branche architecture, […]

Une maison sur Fire Island, New York, emportée par l’ouragan Sandy, en 2012.

La montée des eaux sous l'objectif d'Alex MacLean […]

23/03/2020

300 Depuis quarante-cinq ans, l'Américain Alex MacLean, figure mondiale de la photographie aérienne, dépeint l'histoire du territoire. Architecte et urbaniste de formation, il montre de façon critique les évolutions et les atteintes d'un mode de vie non raisonné sur les environnements naturels et […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital