Des expérimentations rurales chez Aldo Rossi

Le Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière (Limousin), rare œuvre en France signée Aldo Rossi – conçue avec Xavier Fabre entre 1988 et 1991 – organise, depuis 2018, des résidences d’architectes et de paysagistes ayant pour mission de s’inscrire dans l’espace public rural. Pour l'édition 2019 de la manifestation, les concepteurs ont travaillé en collaboration avec les municipalités locales et leurs habitants.

Le Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière, Aldo Rossi et Xavier Fabre arch. (1989-1991). - © Thierry Laporte
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Des expérimentations rurales chez Aldo Rossi

Vue d'ensemble du centre international d'art et du paysage de l'Ile de Vassivière

Articles Liés

Voyage dans les limbes rossiennes

Les 25 ans du Ciap d’Aldo Rossi et de Xavier Fabre - exposition

On connaît trop peu le Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière (Limousin), seule oeuvre en France signée Aldo Rossi – conçue avec Xavier Fabre entre 1988 et 1991. Exceptionnelle par sa situation insulaire, son pouvoir fantasmagorique et sa dimension infrastructurelle dans son rapport au paysage et à ses usages, elle constitue un lieu unique qui se visite et s’arpente. Dans le cadre de sa politique de sensibilisation, le centre organise, depuis 2018, des résidences d’architectes et de paysagistes ayant pour mission de s’inscrire dans l’espace public rural. Grâce au soutien de la Caisse des dépôts, il s’agit, sur trois ans et jusqu’en 2020, de créer un parcours architectural et paysager, Vassivière Utopia, qui s’étende au-delà de l’île, s’enrichissant chaque année de trois projets d’aménagement dans trois communes autour du lac. Comme le souligne la directrice, Marianne Lanavère, « nous refusons toute forme d’exotisme rural et dans l’appel à projets, nous invitons les futurs résidents à aller à la rencontre des habitants et d’un territoire intimement lié aux utopies sociales. » L’enjeu étant, avec les communes volontaires, de savoir s’adapter à un lieu et d’identifier des besoins en développant des formes d’aménagement sensibles et expérimentales, qui ne soient pas des produits finis. Par le jeu d’interventions concrètes et pérennes, c’est aussi une manière, subtile autant qu’efficace, de faire changer le regard des communes et de désamorcer un discours souvent très négatif sur l’art contemporain. En d’autres termes, de sortir le centre d’art de son isolement en créant des liens sociaux mais aussi topographiques.

Mobilité, contemplation et ressources locales

Pour cette édition 2019, près de 60 candidats ont répondu à l’appel. Les équipes retenues ont passé entre un et quatre mois sur place, avec un budget de 12 000 euros pour réaliser un projet en collaboration avec les municipalités et les habitants. Sur les six projets réalisés depuis le lancement du programme, force est de constater leur diversité et inventivité, sans compter la manière dont les habitants, mais aussi la nature, se les sont appropriés. Cette année ont pris place une salle multiactivité mobile, un jardin en forêt et une intervention paysagère faisant l’éloge de la contemplation. Du côté des concepteurs, le discours est unanime : outre la richesse des rencontres, le recours aux ressources locales et la fabrication par soi-même, c’est surtout la liberté qui leur est octroyée qui les stimule, celle de pouvoir sortir des normes, d’aller au-delà d’un programme défini. « Ce laboratoire in situ donne l’opportunité de réfléchir autrement, de manière plus créative et libre que dans notre quotidien professionnel », résume la paysagiste Mélanie Gasté, de l’Atelier Gama (Ajap 2016). Toutes ces expériences montrent que l’on peut encore prendre des risques sur le territoire rural et, ne serait-ce que pour cela, ces résidences sont une très belle réussite.

  • Exposition "De l'île au monde : créer à Vassivière"
  • Jusqu'au 3 novembre 2019
  • Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière (Limousin)
  • www.ciapiledevassiviere.com

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage)

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de […]

15/01/2020

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les […]

Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Antoine Dufour architectes, portrait des lauréats […]

15/01/2020

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur […]

Atelier de stockage, ancien camp de Natzweiler-Struthof, Natzwiller (67) ; Antoine Dufour, Choulet, Ecallard, Bollinger Grohmann

L'agence Antoine Dufour architectes, en projets

15/01/2020

Les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour, lauréats du prix de la Première Œuvre 2019, revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Par la charge de Pierre Dufour -architecte en chef des Monuments historiques dans les départements du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus