Abonnés AMC

Les dessous de la réédition

Le culte du passé est vendeur. Les rééditions de meubles ou de luminaires prennent une place grandissante. Ces « classiques » sont d'autant plus vite adoptés qu'ils sont inscrits dans la mémoire collective, sinon cautionnés par l'histoire du design. Valeurs sûres stylistiques, ils participent aussi au prestige des éditeurs. Entre l'original et une version adaptée, des arbitrages s'imposent.

LC2 LE CORBUSIER, PIERRE JEANNERET, CHARLOTTE PERRIAND - © Cassina
photo n° 1/13
Zoom sur l'image Les dessous de la réédition

Articles Liés

Quelles formations en architecture intérieure et design en France?

Décrypter les enjeux du matériau dans le design - Livre

Robert Stadler, designer : "L'emploi inédit de matériaux est une manière d'exciter l'œil"

Milan, 4 avril 2017, ouverture du 56e Salon du meuble. Molteni présente sur son stand sa réédition-phare : un fauteuil au dossier confortablement incliné, conçu en 1956 par Gio Ponti. Nom de code :  D.156.3.  Au même moment, dans son showroom du centre-ville, Cassina exhibe un fauteuil dudit créateur, siglé  811 . Problème, ils sont identiques. Coup de tonnerre dans l'univers feutré du design transalpin et bataille judiciaire express : Molteni et les héritiers Ponti saisissent en référé le tribunal de Milan, lequel statue, le jour même, en leur faveur et interdit à Cassina de « produire, faire la publicité et commercialiser » le fameux fauteuil. Bien que celle-ci eût contribué, au début des années 1950, à l'élaboration de pièces de l'architecte et designer - dont le fauteuil […]
Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital