Diébédo Francis Kéré, en pleine nature à la Serpentine Gallery

C'est à l'architecte burkinabé Diébédo Francis Kéré que la très sélecte Serpentine Gallery a demandé de concevoir son pavillon éphémère, pour la saison 2017. La structure s'installera dans les jardins de Kensington, à Londres, du 23 juin au 8 octobre 2017.

Projet pour le pavillon 2017 de la Serpentine Gallery par l'architecte Francis Kéré, Londres - © Kéré Architecture
photo n° 1/3
Zoom sur l'image Diébédo Francis Kéré, en pleine nature à la Serpentine Gallery

Articles Liés

BIG briques à la Serpentine Gallery

Psychédélisme ibérique à la Serpentine Gallery

Depuis son lancement en 2000, le rendez-vous annuel londonien est aussi couru des amateurs d'architecture anglais... que des starchitectes du monde entier. Etre invité par la Serpentine Gallery, par Hans Ulrich Obrist, son célèbre directeur artistique, et Yana Peel, sa directrice générale, à concevoir le pavillon estival de l'institution constitue une belle marque de reconnaissance, qui propulse dans les rangs très serrés des stars mondiales de l'architecture. Car la liste des concepteurs qui se sont prêtés à l'exercice a de quoi faire saliver les métropoles les plus avides de grandes signatures. Zaha Hadid, Rem Koolhaas, Herzog&de Meuron, Jean Nouvel, Sou Fujimoto, SANAA… ont tous conçu un pavillon éphémère dans les jardins de Kensington, livrant alors leur première réalisation londonienne -c'est la règle pour être invité. Après le bling-bling Bjarke Ingels et son empilement sophistiqué de briques diaphanes en 2016, c'est au tour de l'humaniste Diébédo Francis Kéré de jouer à l'architecture temporaire, en créant une construction spectaculaire dont les premières images ont été révélées.

Ombre, eau et lumière

La petite structure circulaire, vouée à abriter des événements culturels, est inspirée de l'arbre qui sert de point de rencontre dans la maison natale de l'architecte au Burkina Faso. Le "tronc" en acier devient une canopée protectrice en bois, détachée des parois, en bois également. L'air circulera librement sous la couverture qui protégera les visiteurs de la pluie londonienne et/ou de la chaleur estivale. Adepte d'un travail en harmonie avec les éléments naturels, Diébédo Francis Kéré met le climat en spectacle: l'eau ruissellera sur la toiture jusqu'au cœur du tronc pour devenir cascade, avant d'être évacuée par un système de drainage dans le sol, tandis que les jours créés dans la couverture transformeront la petite construction en lanterne au coucher du soleil. "Au Burkina Faso, le climat et le paysage naturel sont une réalité difficile avec laquelle je suis habitué à travailler, raconte l'architecte. Par conséquent, je me suis demandé comment ma contribution dans ce parc royal pouvait améliorer l'expérience de la nature du visiteur". Immersion possible à partir du 23 juin 2017.


Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Agora 2017, Biennale de Bordeaux, Hangar 14

Agora 2017: comprendre ce qu'est le paysage

22/09/2017

Parmi la kyrielle d'événements que propose la nouvelle édition d'Agora, la foisonnante biennale d'architecture, d'urbanisme et de design de Bordeaux ouverte du 14 au 24 septembre 2017, l'exposition "Paysages augmentés" présentée […]

Happier café de l’agence J.C. Architecture, avec rouleaux séparateurs.

Papier craft pour café éphémère à Taïpei

22/09/2017

A Taïpei, J.-C. architecture montre l'attrait d'une nouvelle matière à explorer dans l'aménagement intérieur: le papier craft. Le papier tient une place importante dans le quotidien des habitants de Taïpei, à Taïwan, qui le manipulent […]

Impression 3D, l’usine du futur, François Brument, Maëlle Campagnoli

Les nouveaux savoir-faire de la 3D - Livre

22/09/2017

Déjà considérée comme ce qui sera la quatrième révolution industrielle, l’impression 3D transforme peu à peu notre quotidien avec sa production sur mesure et optimisée. Elle fait des miracles dans de nombreux domaines – […]

Thomas Jorion

Regard de photographe: Les vestiges d'empire de […]

21/09/2017

  Chaque semaine, AMC donne la parole à un photographe d'architecture pour commenter l'une de ses prises de vues. Invité de cette série: Thomas Jorion. C’est à travers une série d’images publiées dans son dernier livre […]

Hôtel des mines - Madagascar

Regard de photographe: Les vestiges d'empire de […]

21/09/2017

Chaque semaine, AMC donne la parole à un photographe d'architecture pour commenter l'une de ses prises de vues. Invité de cette série: Thomas Jorion Diego Suarez, septembre 2014. « Dans chacun de mes projets, je recherche des lieux de mémoire, […]

Rendez-vous à suivre

Dix rendez-vous d'architecture, du 21 au 27 […]

21/09/2017

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Mécaniques silencieuses-Conférence de Jean Guervilly Le 21 septembre 2017 à 15h à Paris (lors du salon Architect@work) En musique, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus