Disparition de l'architecte Laurent Pierre

C'est en pleine pause estivale que l'architecte Laurent Pierre s'est éteint à Douarnenez, le 6 août 2017, des suites d'une longue maladie qu'il a réussi à tenir à distance, le temps de finir la maison de son épouse et de faire un dernier tour en mer.

L'architecte Laurent Pierre - © FCLP
photo n° 1/24
Zoom sur l'image Disparition de l'architecte Laurent Pierre

"L'architecture est un sport de riches", disait souvent cet homme discret et plein d’égards, mais ô combien lucide sur les affres et les joies d'un métier qu'il avait chevillé au corps. Né en 1959 à Besançon, Laurent Pierre fait ses études secondaires à Dijon et sort diplômé de l’école d’architecture de Paris-Villemin en 1987, avec Jean Perrottet et Aymeric Zubléna comme directeurs d’études. De 1984 à 1987, il travaille chez différents confrères –Guy Autran, Dubus et Richez, entre autres. Puis, de 1988 à 1991, il devient architecte conseiller du CAUE de la Côte-d’Or où, précurseur pour l’époque, il construit aussi de petites opérations de logement en bois. Directeur de projets au sein de l’agence Christian de Portzamparc de 1991 à 1993, il est chargé des phases d’études de la tour du Crédit lyonnais à Lille. Outre le fait de s’atteler à des projets de grande envergure, ces trois années lui donnent l’occasion de rencontrer son futur binôme, l’architecte François Chochon, alors occupé à la réalisation du conservatoire national supérieur de musique à La Villette, à Paris. C’est en travaillant côte à côte, en association de moyens, que le duo apprend véritablement à se connaître et décide de fonder la structure François Chochon Laurent Pierre (FCLP), en 1995. Au fil des projets, c’est une solide collaboration qui se noue entre les deux concepteurs: une alchimie presque mystérieuse où s’entremêle attention à l’autre et pudeur, portée par une même volonté d’insuffler un vent de liberté dans l’espace. Parmi leurs projets emblématiques, on peut citer l’UFR de biologie de la ZAC Massena à Paris XIIIe (2007) ou, plus récemment, le conservatoire d’Aubervilliers (2013), sans oublier les réalisations bourguignonnes que Laurent Pierre affectionnait particulièrement, comme la médiathèque de Dijon (2007), le palais de justice de Chalon-sur-Saône (2014), ou le pôle culturel de Monceau-les-Mines (2009). Des projets qui ont tous en commun de placer la question de la générosité au cœur du champ architectural et de laisser dignement à l’usager le choix de s’approprier les lieux. François Chochon a perdu "un compère en maçonnerie, un compagnon en élévation d’espaces" et ceux qui l’ont côtoyé se souviennent d’un large sourire qui ne savait pas faire semblant, de son amour dévorant pour l’architecture qu’il cachait derrière un calme apparent et un humour ravageur plein d’autodérision. Se sachant souffrant, cela faisait déjà deux ans qu’il s’était retiré de l’agence. Avec l’association de David Joulin, proche collaborateur du duo, celle-ci a été renommée Chochon&Pierre+Joulin et poursuit l’œuvre entamée depuis une vingtaine d’années.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Serpentine Pavilion 2019, Junya Ishigami architecte

Cet été, Junya Ishigami enchantera la Serpentine […]

20/02/2019

C’est l’architecte japonais Junya Ishigami, dont les œuvres aériennes étaient exposées à l’été 2018 à la Fondation Cartier, à Paris, qui réalisera le Pavillon Serpentine 2019. Installation à […]

Junya Ishigami architecte, par Tasuko Amada

Junya Ishigami architecte - portrait

20/02/2019

Né en 1974, l'architecte japonais Junya Ishigami, formé à la National University of Fine Arts and Music de Tokyo, fonde son agence dans la capitale japonaise en 2004. Lauréat du Global Award for Sustainable Architecture en 2010, il réalisera le pavillon de […]

AMC n°44-février 1978, couverture

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec […]

20/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus