ÉQUERRE D'ARGENT 1983 / MENTION – YVES LYON - CITÉ JUDICIAIRE DE DRAGUIGNAN

La Cité judiciaire de Draguignan est un bâtiment public de grande dimension qui parvient à s'inscrire dans le centre dense d'une ville moyenne sans le bouleverser.

Façade de l'une des trois unités de bâtiment vers le jardin : Cité judiciaire, Yves Lyon, Draguignan, Équerre d’argent 1983 / mention
photo n° 1/9
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 1983 / MENTION – YVES LYON - CITÉ JUDICIAIRE DE DRAGUIGNAN

Au premier étage, un "quai-promenade" longe le jardin ; le bâtiment forme portique. Au deuxlème étage, sont les bureaux de l' "instruction". Au Iroisième étage, ceux de la "chambre pénale" en arrière d'un balcon.

Articles Liés

Equerre d'argent 1983 / Lauréat – Henri Ciriani – Crèche – Saint-Denis (93)

PREMIÈRE ŒUVRE 1983 / LAURÉAT – DIDIER MAUFRAS ET HERVÉ DELATOUCHE - LOGEMENTS, PARIS XV

La Cité ne s'affiche pas; il faut la découvrir et apprécier son rapport à la ville. Sa forme triangulaire permet sur l'un des grands côtés de reprendre le tracé d'une rue, tandis que sur l'autre côté elle permet de former le front d'un nouveau jardin. Cette réussite urbaine est confortée par une réussite architecturale qui réside dans la cohérence avec laquelle Yves Lion a travaillé les thèmes qu'il s'est choisi. L'architecture de la Cité, bien qu'elle offre des réponses particulières à chacun des espaces urbains en restant constamment à leur échelle, est unifiée d'abord par l'utilisation d'une très belle pierre d'Italie, ensuite par la constance de préoccupations d'ordonnance.
L'architecture extérieure de la Cité est régulière et ordonnée par la répétition de dessins de façades très précis. Elle signifie le bâtiment comme édifice public. Par contre, l'architecture du grand hall public intérieur est plus composite. Elle résulte de la confrontation de deux géométries orthogonales déterminées par les grands côtés du triangle que forme la Cité. Le grand hall est aussi d'une hauteur que ne laissent pas soupçonner les façades extérieures; il s'élève jusqu'à la toiture du bâtiment comme une nef éclairée zénithalement, accompagnée de coursives-tribunes. Ainsi, la Cité est contradictoire, ou plutôt elle renferme une contradiction: à la sévérité, à la mesure des façades extérieures s'oppose une espèce de démesure du hall.
L'architecture extérieure de la Cité est une tentative pour articuler les différents éléments qui constituent une ordonnance: supports et clôtures, parties pleines et parties vides, parties maçonnées et parties menuisées, etc. Yves Lion fait la démonstration d'un retour à une dimension " classique") de l'architecture qui, à propos de la Cité judiciaire, a souvent fait évoquer le nom de Perret. Yves Lion, par là, s'affronte au problème de la cohérence possible d'un langage architectural par le biais d'un rationalisme constructif: à Draguignan, l'architecture exprime souvent la construction; la construction donne des raisons à l'architecture, elle est mise en valeur. C'est bien pourquoi la qualité architecturale de la Cité réside dans le soin apporté à la définition de l'ensemble des éléments bâtis: définition des murs et de leurs surfaces; répétition des ordonnances verticales qui distinguent précisément tous les niveaux horizontaux; dessin sophistiqué des menuiseries; alliance ou opposition de matériaux; jusqu'au dessin simple et raisonné du mobilier.Yves Lion est parvenu à caractériser son bâtiment de telle sorte que chacun des espaces qui le constituent a des qualités de lumière, de matériaux particulières. Reste seulement que l'assemblage des différents espaces paraît quelquefois compliqué, résultat certainement de deux séries de contraintes difficilement contournables : d'une part des contraintes urbaines qui ont fait adopter la forme du triangle, une figure toujours très difficile à travailler; d'autre part des contraintes liées à la complexité du programme d'une machine judiciaire aux multiples rouages. Yves Lion a voulu contrôler la Cité de l'ensemble au détail. Si quelquefois des incohérences sont perceptibles, c'est seulement qu'il n'avait pu apprécier tous les risques de son ambition.

 

Visitez le site des architectes : http://www.atelierslion.com/

 


 

  • Lieu : Draguignan (83).
  • Maîtrise d’ouvrage : département du Var Ministère de la Justice.
  • Maîtrise d'oeuvre : Yves Lion architecte, Daniel Tajan, Alan Levitt et Catherine Degas, architectes assistants.
  • Surface : surface terrain : 8 000 m2 (jardin) 5 000 m2 (bâtiments) ; surface hors-œuvre : 23 000 m2.
  • Coût : 75 487 457 F TTC valeur septembre 1983 (non compris honoraires).

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Walden Raft, par Elise Morin et Florent Albinet installé sur le lac d'Annecy / Annecy paysages 2019

Bel été

29/07/2019

La rédaction d’AMC vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous en septembre pour de nouvelles actualités. D’ici là, inscrivez-vous pour recevoir les newsletters thématisées du mois d’août (les expositions et […]

L'exposition Superstudio, la vie après l'architecture au Frac Centre-Val de Loire, 2019

Superstudio, fossoyeur du modernisme

26/07/2019

Entre 1966 et 1982, les architectes florentins de Superstudio ont engagé une réflexion théorique et critique sur la société de consommation. Par une surenchère de récits et d’images iconoclastes, le groupe se pose en fossoyeur de […]

Michel Buffet Guillemette Delaporte, préface d’Alain Fleischer

Michel Buffet, entre art et industrie

26/07/2019

Né en 1931, Michel Buffet fait partie de la première génération de designers industriels. Son travail incarne les formes et les couleurs des Trente Glorieuses, période durant laquelle les modes de vie changent, les transports se développent, les exigences de […]

k-studio Dexamenes Hotel, Plan large

En Grèce, K-studio transforme une exploitation […]

25/07/2019

K-studio redonne vie à une station viticole abandonnée, pour monter un hôtel de rêve sur plage privée, ton sur ton. Là, tout n’est que luxe, calme et volupté. Dans le Péloponèse à Kourouta, Nikos Karaflos a fait transformer […]

PULSE, immeuble de bureaux à Saint-Denis pas BFV Architectes

Un immeuble de bureaux en structure mixte qui […]

24/07/2019

Cet immeuble de bureaux de sept étages, conçu avec une structure mixte bois-béton, renferme un atrium surgissant telle une clairière dans une forêt dense. Par sa rigueur constructive, il transforme des espaces de travail en véritables lieux de vie. A la […]

BFV Architectes. Jean-Brice Viaud, Olivier Fassio et Jean Bocabeille

BFV Architectes - Portrait

24/07/2019

Créée en 2018, BFV Architectes réunit les architectes Jean Bocabeille, Olivier Fassio et Jean-Brice Viaud. BFV Architectes est une jeune agence. Créée en 2018, elle réunit trois "fringants quinquagénaires" souhaitant élargir leur […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus