ÉQUERRE D'ARGENT 1996 / MENTION - ROLAND CASTRO ET SOPHIE DENISSOF - RESTRUCTURATION DU QUAI DE ROHAN À LORIENT

Après restructuration : Restructuration du Quai de Rohan, Roland Castro et Sophie Denissof, Lorient, Équerre d’argent 1996 / mention - © N. Borel
photo n° 1/8
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 1996 / MENTION - ROLAND CASTRO ET SOPHIE DENISSOF - RESTRUCTURATION DU QUAI DE ROHAN À LORIENT

Au sud du bassin à flot, les trois barres des années 60, coupaient le chemin de la mer. Un écrélage a réduit la hauteur des bâtiments (R + 11) par palier de deux niveaux. La barre de 160 mètres a été divisée en deux.

Articles Liés

ÉQUERRE D'ARGENT 1996 / LAURÉAT - PIERRE LOUIS FALOCI - MUSÉE DES CIVILISATIONS CELTIQUES

ÉQUERRE D'ARGENT 1996 / PRIX SPÉCIAL DU JURY - FABRICE DUSAPIN ET FRANÇOIS LECLERCQ -[...]

PREMIÈRE ŒUVRE 1996 / LAURÉAT – THIERRY LACOSTE, ANTOINETTE ROBAIN ET CLAIRE GUIEYSSE -[...]

A Lorient, Roland Castro prend le prétexte de la réhabilitation d'un grand ensemble constitué de trois barres parallèles pour remodeler le quartier du Quai de Rohan. Entre l'attitude radicale de la table rase - demolition suivie de reconstruction - et la vision patrimoniale, qui prône le maintien du plan masse et des volumes au nom du respect d'un type de production du logement caractéristique de l'apres-guerre, l'opération du quai de Rohan, qui a reçu une mention au prix de l'Equerre d'argent du Moniteur, propose une troisième voie : à partir des bâtiments existants, il s'agit de modifier les formes - des vides el des pleins - par ajout ou retrait de matière, pour retrouver un peu de cette complexité qui fait la ville, L'opération menée à Lorient de 1990 à 1996 fera date, non seulement par l'intervention architecturale et urbaine qui s'est attachée à traiter la totalité des problèmes à toutes les échelles, mais aussi par l'imagination déployée pour faire converger différentes sources de financement et par un accompagnement social exemplaire. Au final, c'est une cité de près de 500 logements, zone d'exclusion sociale à la dérive à la fin des années 80, qui se voit réamarrée à la ville et réintégrée dans son fonctionnement. Le site ne manquait pourtant pas d'atouts: le Quai de Rohan borde le port de plaisance, en plein centre-ville. Mais si la reconstruction de la ville après la guerre s'est faite, au nord du bassin, par des tentatives intéressantes de typologies urbaines, les trois barres construites au sud du même bassin entre 1960 et 1962 étaient en deuil de toute urbanité : parallèles et étirées en longueur (deux fois 80 mètres et 160 mètres), leur implantation barrait le chemin de la mer. Elles se caractérisaient en outre par la mauvaise qualité des panneaux de béton préfabriqués, l'absence de toute isolation phonique, des halls d'entrée corridors, et l'indigence des espaces extérieurs. Avec 40 % de chômeurs dans la population active, le Quai de Rohan semblait condamné. En 1990, deux types d'intervention sont exclus d'emblée : la démolition pure et simple pour reconstruire du neuf et la réhabilitation de surface. Le pari est de transformer le quartier en utilisant les trois barres comme une matière première sur laquelle - par remodelages, additions et soustractions - on pose une nouvelle couche qui enrichit l'espace et dessine un nouveau lieu, à l'urbanité retrouvée. Cette voie, la plus délicate à suivre sur tous les plans - social, financier. architectural - nécessitait l'entente et l'enthousiasme de différérents organismes et individus : au premier chef, la ville, avec son maire, Jean-Yves Le Drian, et son adjoint à l'urbanisme, Norbert Métairie, l'agence d'urbanisme et son directeur, Michel Rio, le maître d'ouvrage, Lorient HLM, et son responsable, Alain Lampson, et enfin l'antenne DSQ dirigée par Brigitte Maltais et Serge Brunet. Une mobilisation des acteurs qui s'est faite autour du parti, architectural et urbain proposé par Roland Castro. D'abord, tailler, découper, redimensionner les volumes : la grande barre de 160 mètres est coupée en deux sur la largeur d'une travée de logements pour prolonger une rue et créer une ouverture en direction de la mer, Un ecrétage géneral réduit la hauteur des barres (R + 11) par paliers de deux niveaux, à partir des bords du bassin à flot. Des excroissances (avant-corps, larges terrasses, balcons) viennent atténuer la sécheresse des pignons. Ces coupes radicales éliminent une centaine d'appartements, recréés par la construction de petits bâtiments neufs en R +3, perpendiculaires aux barres, qui viennent délimiter l'espace public en reconstituant un système d'îlots ouverts. On y trouve dess formes de logements spécifiques (studios pour jeunes étudiants ou non étudiants, ateliers d'artistes, logements pour personnes âgées), mais aussi un dispensaire, une maison de quartier et une crèche parentale. Ce défi urbain n'a pu être relevé que par la recherche de financements multiples : aux subventions habituelles de type Palulos pour la réhabilitation des logements se sont ajoutés des financements PLA pour les constructions neuves, une subvention du FSU (Fonds social urbain), des emprunts auprès de la Caisse des dépôts ... le tout se montant à près de 143 millions de francs. Conserver la population sur place, pendant et après les travaux, représentait l'enjeu social. L'ampleur du remodelage ayant constitué un bouleversement pour tous les habitants, l'antenne DSQ (Développement social des quartiers) mise en place sur le site même a instauré un dialogue systématique avec la population pour faire comprendre le projet et mieux appréhender les besoins de chacun. Les habitants dont les logements étaient détruits ont pu s'installer provisoirement dans des appartements-hôtels, aménagés à cet effet, avant de prendre possession de leur nouvel appartement. Chaque famille a été reçue dans un appartement-témoin et a pu faire part de ses réactions par rapport aux prestations de confort envisagées : dans les séjours, par exemple, des éclairages en plafond ont dû être réintroduits en lieu et place des éclairages indirects prévus par l'architecte. La réhabilitation à proprement parler a pris différentes formes, de la simple remise aux normes des appartements à une recomposition des espaces - souvent un agrandissement du séjour par réduction de la surface des cuisines ou par l'ajout en façade d'avant-corps ou de bow-windows - jusqu'à la modification typologique de tout un étage autour d'un nouvelle cage d'escalier. Résultat : alors qu'il n'existait que cinq types de logements (du T1 au T5), il en existe aujourd'hui 48, pour répondre à toutes les demandes. En rez-de-chaussée des halls traversants ont été percés et se prolongent à l'extérieur pour modifier les conditions d'accès à l'immeuble. Les façades ont été peintes, en blanc, rehaussées de gris ou d'un habillage de bardage métallique. Les grandes hauteurs sont reproportionnées par l'ajout de larges corniches métalliques. L'espace public a été recomposé par le paysagiste Ronan Desormaux. Le stationnement est réorganisé autour de plantations; un parc principalement destiné aux enfants est aménagé, avec au centre un éléphant géant réalisé avec la participation des habitants. Le Quai de Rohan revit. La démarche de remodelage, sans faire disparaître la mémoire des trente dernières années, a permis de retourner une situation urbaine compromise.  

 

Visitez le site des architectes : http://www.castro-denissof.com/

 

 

 

  • Lieu : quai de Rohan, Lorient (56)
  • Maîtrise d’ouvrage : Lorient HLM (Alain Lampson) 
  • Maîtrise d'oeuvre : Roland Castro et Sophie Denissof, architectes mandataires; Rita Ceccherini et Bernard Cuomo, assistants; AURA (Jean-Luc Pellerin) architecte associé; AUL (Christophe Gautier), architecte associé; Ronan Desormeaux, paysagiste; Brigitte Maltet et Serge Brunet, antenne DSQ; Ethis, BET fluides ; AUA structures, BET structure; Socotec, contrôle
  • Surface : 38.000 m2
  • Coût : 143 MF TTC

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage)

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de […]

15/01/2020

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les […]

Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Antoine Dufour architectes, portrait des lauréats […]

15/01/2020

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur […]

Atelier de stockage, ancien camp de Natzweiler-Struthof, Natzwiller (67) ; Antoine Dufour, Choulet, Ecallard, Bollinger Grohmann

L'agence Antoine Dufour architectes, en projets

15/01/2020

Les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour, lauréats du prix de la Première Œuvre 2019, revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Par la charge de Pierre Dufour -architecte en chef des Monuments historiques dans les départements du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus