ÉQUERRE D'ARGENT 2001 / MENTION SPÉCIALE - ZAHA HADID - PARKING ET TERMINUS DE TRAMWAY

Aux confins de l’agglomération de Strasbourg, Zaha Hadid a conçu le terminus de la nouvelle ligne de tramway comme une installation artistique dans un paysage suburbain.

Plaque de béton : Parking et terminus de tramway, Zaha Hadid, Strasbourg-Hoenheim, Équerre d’argent 2001 / mention spéciale - © J.-M. Landecy
photo n° 1/6
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2001 / MENTION SPÉCIALE - ZAHA HADID - PARKING ET TERMINUS DE TRAMWAY

La plaque de béton continue et pliée part du sol  et devient toiture en définissant l'espace du terminus de la ligne B. Les découpes pratiquées dans le béton concourrent à l'idée de dynamique et entretiennent une incertitude quant à l'intériorité de l'espace public créé.

Articles Liés

ÉQUERRE D’ARGENT 2001 / LAURÉAT – HERZOG ET DE MEURON – 57 LOGEMENTS

PREMIÈRE ŒUVRE 2001 / LAURÉAT – RÉMY MARCIANO - RECONSTRUCTION D'UN GYMNASE

PREMIÈRE ŒUVRE 2001 / NOMINÉ – ATELIER 3 ET GAËTAN LE PENHUEL - 107 LOGEMENTS

Depuis la création de la première ligne du tramway strasbourgeois, il y a six ans, un comité d’experts a été mis en place pour associer à l’aménagement des lignes des commandes artistiques. C’est dans ce cadre qu’a été confiée à l’architecte britannique Zaha Hadid la construction du terminus nord de la ligneB, au même titre que les artistes Mario Merz ou Barbara Kruger, qui étaient intervenus sur le parcours de la ligne A.

Le concept du projet est fondé sur un balayage du site par un champ de lignes de force qui reproduisent les mouvements et la vitesse des voitures, du tram, des cyclistes et des piétons. Lignes de force qui se retrouvent matérialisées par le marquage au sol des emplacements de parking, par les rails des tramways, par les luminaires encastrés au sol dans des caniveaux grillagés ou contenus dans des mats cylindriques dont l’inclinaison indique les flux dominants.
Le deuxième concept est fondé sur l’idée de pliage: l’édifice tout entier, surfaces au sol, parois et toiture sont rassemblés en une surface en béton, continue et pliée, qui fabrique un lieu intermédiaire, entre paysage et espace public intérieur. Zaha Hadid parle volontiersde la création d’une «nature artificielle».

Proche d’un travail artistique, le projet peut se rapprocher d’une installation ayant à voir avec le  land art, tant elle s’inscrit dans le rapport à la fois étroit et étrange qu’elle entretient avec le site, plat et faiblement urbanisé. La plaque de béton effleure d’abord le terrain, comme en lévitation, avant de s’élever par une succession de pliages et de devenir un abri aléatoire qui semble avoir été entaillé par de larges coups de ciseaux. Elle se poursuit plus loin au sol en supportant une partie du parking automobile, dont l’emprise se développe sur une surface de deux hectares rejoignant les premières habitations.

L’architecte ne fournit que peu de documents traditionnels (plans, coupes, élévations…) mais insiste sur le processus de travail qui a multiplié les études en maquette. Il est vrai que le programme de base consistait surtout en quais longeant les lignes de tramways et en surfaces de parking en plein air. Une salle d’attente, un local à vélo, une boutique et des toilettes constituent les éléments prosaïques d’un programme complémentaire. En l’état, ce nœud de concentration et de croisement de flux –auquel viendra s’ajouter une gare ferroviaire, exploitant la ligne passant à proximité – se signale surtout par cette plaque en béton de trente centimètres d’épaisseur qui se développe sur le site par des surfaces jamais tout à fait horizontales ni verticales. Le concept du pliage imposait une épaisseur la plus faible possible. La dalle de béton a été coulée en deux fois, superposant une première couche de dix centimètres coffrée de façon traditionnelle et une seconde couche de vingt centimètres venant recouvrir la première, le plan de ferraillage permettant aux extrémités des porte-à-faux de près de quinze mètres. L’ensemble est porté par des poteaux inclinés cylindriques (acier rempli de béton) de différentes sections dont le positionnement obéit aux mouvements en œuvre sousla toiture:passagersen attente ou embarquant.

Edifié en rase campagne en limite nord de l’agglomération strasbourgeoise, l’édifice-installation est un abri sophistiqué et sans nul doute adapté à sa fonction le jour.

Mais son statut «d’objet» artistique, son impact dans le paysage, semblent le promettre la nuit à un tout autre destin –lieu de rassemblement spontané, de fêtes ou de spectacles – comme s’il était en attente d’une autre vie. 

 

 

Visitez le site de l'architecte : http://www.zaha-hadid.com/

 

  • Lieu : Strasbourg (Hoenheim).
  • Maîtrise d’ouvrage : Compagnie des transports strasbourgeois.
  • Maîtrise d'oeuvre : Zaha Hadid, architecte ; Stéphane Hof, chef de projet ; Sara Klomps, Sonia Villaseca, Woody K.T. Yao, assistants ; Albert Grandadam, architecte d’opération ; Luigi Martino, ingénieur structure.
  • Surface : 25 000 m2.
  • Coût : 40 MF.  

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 9330_588386_k2_k1_1426985.jpg

Dossier détails : Nez de dalle

27/01/2023

300 A rebours de la mode des enveloppes continues, nombre d'architectes exhument un élément de modénature historique pour habiller leurs projets : les corniches. Mais ils ne se contentent pas d'apposer des éléments de décor en débord de la façade isolée. Epaissies, les corniches deviennent des […]

Latour ou le retour de la philosophie en […]

26/01/2023

300 Enquête dans le monde de l'architecture, pour prendre la mesure des apports de Bruno Latour (1947-2022) à cette discipline. Comment les architectes mobilisent-ils, dans leur pratique et recherche, les notions et outils de celui qui fut tout à la fois sociologue, anthropologue et philosophe des […]

Fauteuil avec Pilati, tapis Constellations avec une literie Mobilier national, PINTO

Maison & Objet et in the City, en bleu, or, et […]

26/01/2023

300 Malgré le froid, les grèves, le public s’est déplacé en nombre pour la semaine de célébration du design du 18 au 23 janvier 2023. Dans Paris ou jusqu’aux halls du Salon de Villepinte, parcours en couleurs. Retour sur ce qu'il faut retenir de cette édition 2023, où en dépit des teintes officielles à […]

Balkrishna Doshi, lauréat du Pritzker Prize 2018

L'indien Balkrishna Doshi, prix Pritzker, est […]

25/01/2023

300 Il était le premier Indien récompensé par la plus prestigieuse des distinctions en architecture, le prix Pritzker 2018. Balkrishna Doshi est décédé le 24 janvier 2023 à Ahmedabad (Inde), à l'âge de 95 ans. Son architecture explore à travers le modernisme, les relations entre les besoins fondamentaux […]

Balkrishna Doshi lauréat du prix Pritzker 2018 - Indian Institute of Management, Bangalore

Retour en images sur 10 réalisations de Balkrishna […]

12/03/2018

300 Récompensé en 2018 pour sa longue carrière, Balkrishna Doshi est le premier architecte indien à recevoir le prestigieux prix Pritzker. Parmi ses réalisations - institutions, programmes mixtes, habitations, espaces publics, galeries et résidences privées - nombre d'entre elles sont situées à […]

Jeune architecture : appel à candidatures pour les femmes de moins de 40 ans

Jeune architecture : AMC s’engage pour la […]

11/01/2023

300 Parce que le monde de l’architecture peine à visibiliser la pratique des professionnelles dans la maîtrise d’œuvre et les métiers de l’architecture, la rédaction d’AMC s’engage pour valoriser les jeunes talents féminins d’aujourd’hui. Un appel à candidatures est ouvert aux femmes moins de 40 ans, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital