ÉQUERRE D'ARGENT 2002 / NOMINÉ - AURELIO GALFETTI, YANN KEROMNES, FRANÇOIS CUSSON, JEAN-LUC DUPUIS - CITÉ DES ARTS

Derrière une apparence austère, la Cité de la musique et des beaux-arts de Chambéry cache un bâtiment d'une grande technicité. 

Vue depuis le parc sur la façade nord : Cité des arts, Aurélio Galfeti, Yann Keromnès, François Cusson, Jean-Luc Dupuis, Chambéry, Équerre d’argent 2002 / nominé - © J.-M. Landecy
photo n° 1/11
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2002 / NOMINÉ - AURELIO GALFETTI, YANN KEROMNES, FRANÇOIS CUSSON, JEAN-LUC DUPUIS - CITÉ DES ARTS

Difficile d'imaginer un projet moins lyrique que celui choisi par la ville de Chambéry pour l'Ecole nationale de musique, de danse et d'art dramatique (ENMDAD) et les ateliers d'arts plastiques municipaux: deux cubes en béton brut, presque identiques, posés côte à côte, percés régulièrement d'ouvertures verticales. Pour préserver la liaison entre le jardin public qui s'étend au nord et le quartier des écoles qui se développe au sud, les architectes ont choisi une solution radicale: dédoubler le programme en deux bâtiments distincts, de part et d'autre de la rue existante. Depuis le sud, côté ville, les arbres du jardin public restent bien présents dans la perspective et, à l'arrière-plan, la montagne est cadrée. De plus, le principe de deux bâtiments autonomes, sur un plan carré de 25 mètres de côté, aux façades régulièrement percées selon une trame de 1,50 m, n'est pas sans rappeler l'architecture néoclassique du palais de justice tout proche. Malgré des variations subtiles (hauteurs d'étage différentes, soubassement métallique pour l'un des deux blocs), la perception dominante reste l'unité d'ensemble, marquée par les huit façades presque semblables, rythmées par les poteaux et les linteaux en béton brut, pièces préfabriquées en saillie de 70 cm sur le vitrage. Cette importante épaisseur de façade joue un rôle non négligeable de pare-soleil et de filtrage de la lumière, rôle renforcé par la section triangulaire 62 / des poteaux et des linteaux qui augmente leur pouvoir réfléchissant. Le béton de façade intègre un composé chimique (dioxyde de titane) qui lui confère une action autonettoyante. La rigueur mais aussi la sécheresse du dessin de façade se retrouvent en plan. Le hall occupe la quasi totalité du rez-de-chaussée du bâtiment Ouest. La cafétéria y trouve sa place, un peu reléguée à l'arrière du noyau des circulations verticales. En prolongement du hall, un emmarchement monumental conduit, en passant sous la rue, au deuxième bâtiment. Hall, réception, cafétéria, salon d'attente mais aussi grand escalier et foyer de l'auditorium (au niveau -1 sous la rue) ne forment en définitive qu'un seul et même espace fluide qui se développe sur deux niveaux, unifié au sol par un revêtement noir .de dalles d'ardoise. Hors ces espaces communs, les deux édifices sont dans leur structure et leur fonctionnement assez différents. Le bâtiment Ouest est consacré à l'enseignement de la musique. Les salles de répétition (12 à 14 par étage) se répartissent en périphérie, autour du noyau des circulations et des locaux techniques. Leur conception est très sophistiquée. Chaque salle, spécifique à un instrument, est en fait une boîte indépendante quant à l'acoustique: parquets, fenêtres et faux plafonds sont isolés de la structure par des plots anti-vibrations; les cloisons, épaisses de 40 à 50 cm, sont constituées de plusieurs couches de laine de verre, de plâtre et d'air. De plus, elles sont tracées de manière à accuser un angle de r par rapport à la perpendiculaire pour limiter les angles droits et affaiblir la réverbération du son. Pour certains instruments, une inclinaison identique se retrouve dans les faux plafonds. Le bâtiment Est se singularise par la présence d'un auditorium de 220 places, boîte carrée de 18 m de côté qui se développe du niveau -2 au rez-de-chaussée. Equipé de gradins amovibles sur roulettes, il permet la pratique de la musique comme du théâtre. Très sobre, il se distingue par sa paroi de fond de scène, animée sur toute sa surface d'une composition de lames de bois, mise au point par l'acousticien Jean-Pierre Odion, qui donne aux musiciens l'illusion d'une importante profondeur de l'espace. Les étages sont consacrés à des enseignements variés suivant une partition duale: locaux techniques et circulations occupent la moitié sud tandis que la moitié nord fournit une grande salle (24 m x12m), divisible en deux. Vue de l'intérieur, la façade épaisse, avec son alternance de surfaces pleines (bandes verticales de 60 cm correspondant aux poteaux) et de surfaces vitrées (bandes verticales de 90 cm) confère une certaine intériorité à chacune des salles tout en établissant une relation ambivalente avec l'environnement: à la fois mise à distance des arbres du jardin public qui, pour certains, viennent effleurer le bâtiment et cadrage précis du paysage d'arrière-plan avec les massifs montagneux des Bauges et de la Dent du Chat.

 

Visitez le site des architectes : 

http://www.aureliogalfetti.ch/

http://www.keromnes.eu/

http://www.francoiscusson.fr/

 

 

 

  • Lieu : Chambéry, Savoie (73) .
  • Maîtrise d’ouvrage : Ville de Chambéry.
  • Maîtrise d'oeuvre : Aurelio Galfetti, Yann Keromnès, (mandataire), François Cusson, architectes de conception; Jean-Luc Dupuis, architecte d'opération; DGST Chambéry, conduite
  • Surface : 8910 m2

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Passage Clichy, Brassaï, 1930-1932

L'hôtel parisien, en quête d'idéal-type - […]

16/12/2019

Le Pavillon de l'Arsenal consacre, jusqu'au 12 janvier 2020, une large exposition aux hôtels, figure typologique trop inexplorée par les architectes. L'occasion de questionner, en remontant l'histoire parisienne de ces lieux d'habitation temporaire et à […]

La Marquise, Jean-Benoît Vétillard architecte, Pavillon de l'Arsenal, 2019

Les humeurs de la marquise, ou le futur de l'hôtel […]

16/12/2019

Dans le cadre de l'exposition "Hôtel Métropole" au Pavillon de l'Arsenal à Paris, l'architecte Jean-Benoît Vétillard imagine une marquise en fibre végétale, autonome en énergie. "La marquise est un organe palpitant, […]

Jean-Benoît Vétillard, architecte, Ajap 2018

Jean-Benoît Vétillard, architecte - Portrait

16/12/2019

Diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne en 2007, Jean-Benoît Vétillard fonde son agence à Paris en 2014. Jean-Benoît Vétillard mène son activité d'architecte à toutes les […]

Exposition Le Maire et l’architecte. Marché aux bestiaux en activité, 1928, Tony Garnier.

Lyon célèbre les 150 ans de Tony Garnier

13/12/2019

Avec son utopie de «Cité industrielle», Tony Garnier fut le premier architecte moderne à penser la ville dans son ensemble. Né le 13 août 1869, cet architecte lyonnais, Grand Prix de Rome en 1899, a profondément transformé le visage de sa ville […]

Localarchitecture

Localarchitecture - Portrait

06/12/2019

Diplômés de l’EPFL, Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer fondent l'agence Localarchitecture à Lausanne en 2002. Les architectes Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer développent avec leur agence Localarchitecture une […]

A l'étage de la boutique Unifor, restauration de Simone Agresta

Renaissance d’une boutique Afra et Tobia Scarpa à […]

12/12/2019

UniFor a entièrement rénové son showroom historique à Paris, en ravivant l'œuvre conçue par Afra et Tobia Scarpa en 1979. Une intervention signée d’un autre architecte italien, Simone Agresta, qui a rendu hommage aux designers par la remise […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus