ÉQUERRE D'ARGENT 2003 / NOMINÉ – ATELIER D’ARCHITECTURE KING KONG – AMPHITHÉÂTRE

En lisière de la ville, accroché au château d’Ô, l’amphithéâtre s’inscrit dans un vaste projet culturel incluant un théâtre d’ombre et une aire pour chapiteaux répartis dans un parc de près de 20 hectares.

Vue d'ensemble : Amphithéâtre, Atelier d’architecture King Kong, Montpellier, Équerre d’argent 2003 / nominé - © Mathieu Ducros
photo n° 1/6
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2003 / NOMINÉ – ATELIER D’ARCHITECTURE KING KONG – AMPHITHÉÂTRE

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2003 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

Le projet architectural et paysager s’est attaché à requalifier le contexte proche du parc, en contrepoids à l’aménagement en cours d’une ZAC et de voiries. A l’est, un long espace public constitue une zone tampon entre le domaine du château et le quartier. A l’ouest, où le parc est déjà arboré, merlons et douves préservent les relations visuelles avec le domaine du château. Au nord, l’espace est densément planté et de larges emmarchements redessinent le terrain et déterminent de nouveaux seuils. Un vaste parvis minéral dans l’axe historique du château accueille les visiteurs dans le parc. Les trois lieux de représentation se laissent deviner à travers les filtres végétaux. Les sols sont réalisés en bétons désactivés ou balayés, grès, et stabilisés. Les murets nécessaires sont constitués de gabions. L’ensemble est traité dans des tons ocre, jaune ou rouge et les matériaux proviennent de carrières locales. A l’image d’une construction éphémère sédentarisée, une structure métallique noire rompt avec l’ambiance végétale, réinterprétation du mur de scène des théâtres antiques, elle joue le rôle de filtre à l’échelle urbaine sur le parc. Ce mur qui abrite sur deux niveaux les loges ainsi que les bureaux, les locaux de stockage, offre un support pour l’ensemble des équipements scénographiques et assure une fonction d’écran acoustique par rapport aux nuisances extérieures et de diffuseur du son par réverbération. Enfin, il signale à l’échelle du parc l’activité théâtrale. Les gradins implantés en arc de cercle face à ce mur habité s’inscrivent dans la déclivité naturelle du terrain. La partie arrière de leur volume est dessinée à l’aide de grands voiles courbes oxydés, dont la discontinuité permet l’implantation d’escaliers d’accès et l’éclairage des locaux situés sous les gradins.

 

Visitez le site des architectes : http://www.kingkong.fr/fr/intro.html

 

  • Lieu : Domaine du château d’Ô, route de Grabels, Montpellier, Hérault (34).
  • Maîtrise d’ouvrage : Conseil général de l’Hérault.
  • Maîtrise d'oeuvre : Atelier d’architecture King Kong – Paul Marion, Jean-Christophe Masnada, Frédéric Neau, Laurent Portejoie, architectes ; Céline Pétreau, Stefan Danet, assistants ; Julie Soistier, graphiste ; Anouk Debarre, paysagiste ; DuckS Scéno, scénographe. IdB, acousticien ; OTH Méditerranée, BET.
  • Surface : Théâtre 1950 m2 SHON; parc : 15 ha ; parking : 900 places.
  • Coût : 9,47 M€ TTC, valeur juin 2003.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus