ÉQUERRE D'ARGENT 2003 / NOMINÉ – JACQUES FERRIER – ATELIERS ET GARAGE DE TRAMWAY

Cette opération constitue le terminal d’un réseau qui irrigue toute l’agglomération bordelaise. Le projet se devait de répondre à une double exigence urbaine et paysagère: occuper la vaste parcelle qui lui était attribuée – un morceau de ville en soi –, et s’installer au bord de la Garonne comme une amorce du futur plan urbain du quartier de la Bastide.

Vue générale : Ateliers et garage de tramway, Jacques Ferrier, Bordeaux, Équerre d’argent 2003 / nominé - © Philippe Ruault
photo n° 1/7
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2003 / NOMINÉ – JACQUES FERRIER – ATELIERS ET GARAGE DE TRAMWAY

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2003 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

Le maître d’oeuvre a cherché à dessiner des éléments caractéristiques du projet comme de grandes lignes repérables dans le site. Ainsi en est-il des vagues de cuivre qui couvrent les halles, des sheds de métal ajouré, des alignements d’arbres. Pour la réalisation des ateliers et garages du tramway de Bordeaux, l’architecte a eu recours à une stratégie de construction dictée par le minimalisme et la simplicité «tant pour des raisons économiques que pour répondre au statut actuel du matériel roulant», explique-t-il. C’est un principe intégré et cohérent qui est ici recherché, alliant l’utilisation de matériaux pérennes à un travail sur la lumière. Les ateliers sont logés sous une halle couverte de feuilles de cuivre qui dessinent des vagues de 22 m de largeur. Cellesci sont décollées les unes par rapport aux autres et dégagent ainsi des pans vitrés verticaux qui diffusent une lumière homogène. La toiture a été conçue pour être mise en oeuvre très facilement et offrir une bonne pérennité ainsi qu’un entretien facile. Elle est supportée par une structure en acier galvanisé composée de portiques de 30 m de portée, tous identiques. Les poutres treillis principales sont localisées aux points d’inflexion des courbes, les portiques sont ainsi de hauteur égale. Des pannes cintrées constituent également des éléments de franchissement.
Les poteaux d’extrémité sont à l’extérieur du volume, dégageant la façade intérieure de points porteurs. Une seule file d’appuis intermédiaires divise en deux l’espace intérieur, d’une part l’atelier de maintenance de routine et d’autre part l’atelier de maintenance lourde.
Les façades sont composées de verre armé translucide ou bien de béton brut – quand elles sont percées de portes industrielles.
La station-service et le bâtiment des installations fixes sont réalisés avec des voiles périphériques en béton découpé, percé d’ouvertures remplies de verre teinté. Les voies de remisage profitent de faibles nuisances solaires grâce à la mise en oeuvre de sheds en bacs, face au sud/sud-ouest. Ces bacs sont perforés, laissant ainsi filtrer la lumière du soleil.

 

Visitez le site de l’architecte : http://www.jacques-ferrier.com/

 

 

  • Lieu : Quai des Queries, rue Bouthier, Bordeaux, Gironde (33).
  • Maîtrise d’ouvrage : Communauté urbaine de Bordeaux.
  • Maîtrise d'oeuvre : Jacques Ferrier.
  • Surface : 12 000 m2 SHON.
  • Coût : 5,80 M€ HT.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus