ÉQUERRE D'ARGENT 2003 / NOMINÉ – LALOU+LEBEC – LOGEMENTS PLI

Sise au centre de l’îlot Saint-Maurice, face à Euralille, cette opération est une illustration fidèle des préceptes figurant au cahier des charges du projet urbain. Gestion des espaces publics, volumétries simples de la construction, et aspect sobre des surfaces en émanent. Mais sous son austérité apparente, cette architecture offre de généreuses spatialités.

Vue d'ensemble : Logements PLI, Lalou+Lebec, Lille, Équerre d’argent 2003 / nominé - © J.-P. Duplan / Lightmotiv
photo n° 1/7
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2003 / NOMINÉ – LALOU+LEBEC – LOGEMENTS PLI

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2003 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

La simple volumétrie des boites rectangulaires caractérise ce projet. Les architectes posent au sol une tour de plan carré (grand K) et ils détachent une barrette en R+3/4 (petit K). Pour l’immeuble L, ils exploitent la longueur restante et laissent émerger du R+3 une autre tour. Au centre de ces trois bâtiments un généreux parvis dessert toutes les entrées.
Dans cet épannelage, les volumes s’animent par un jeu de cavités et d’alcôves. Souvent groupées, celles-ci introduisent un ordre particulier dans le dessin des élévations, une dimension intermédiaire entre le logement et le gabarit général. Sur un angle de la tour K, trois appartements ont été extraits à la figure génératrice. Dépourvue de tout point porteur, la partie creusée est soumise à la même rigueur géométrique que la masse construite. La majorité des élévations est réalisée en panneaux préfabriqués de béton teinté dans la masse. Ces éléments acquièrent sous le soleil une coloration violette, ou bien dans l’ombre, se densifient jusqu’au noir profond. Même si la rigueur du dessin et la force plastique de cette construction satisfont l’esthète, l’austérité du résultat pouvait rebuter l’usager. Mais il n’en est rien car les concepteurs, soutenus par la maîtrise d’ouvrage, se sont efforcés de soigner les logements et de ne négliger aucun lieu de vie ou de passage.
Les circulations communes profitent presque toutes d’éclairage naturel. Dans les logements, le thème du couloir est re-visité: création d’un espace tampon faisant défaut au T2, ou élargissement en espace repas devant les cuisines ouvertes des T3 ou T4. Les plans modèles sont donc dilatés et les loggias en sont le développement extrême.
Les espaces communs extérieurs cumulent 220 m2 de terrasses minérales, près de 100 m2 de buissonnants et de 240 m2 de pleine terre sur le toit du petit K. Cet espace entretient avec la tour voisine une relation privilégiée. Une passerelle suspendue débouche du palier central, flotte dans les airs, dessert le jardin avant de se prolonger en belvédère sur le parvis d’entrée. Cette promenade architecturale à dix mètres audessus du sol est l’occasion d’une expression plastique contrastant avec le tableau noir des façades: toute la cavité est peinte d’un fushia qui révèle la force de l’écorché.

 

Visitez le site des architectes : http://www.laloulebec.com/

 

  • Lieu : ZAC Euralille, quartier Saint-Maurice, Lille.
  • Maîtrise d’ouvrage : Société immobilière de l’Artois (Douai).
  • Maîtrise d'oeuvre : Lalou+ Lebec, architectes; Valérie Battist, chef de projet; Alexandre Losfeld, Loïc Martello, assistants; J.-P. Aury, plasticien béton; HDM Ingénierie SA, BET structure; PL Ingénierie, BET fluides; TET Emance, économiste; CEP Veritas, contrôle technique
  • Surface : 10 806 m2 SHOB; 6601 m2 SHON.
  • Coût : 4 785 000 € HT.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital