ÉQUERRE D'ARGENT 2004 / NOMINÉ – AGENCE NICOLAS MICHELIN (CONCEPTION LABFAC) – CENTRE DRAMATIQUE RÉGIONAL

Avec cet équipement culturel, Nicolas Michelin développe l’idée d’un dispositif ouvert qui fédère l’ensemble des espaces sans a priori formel, et constitue un outil mis à la disposition des usagers. L’étroitesse du terrain d’assiette a conduit à élaborer un principe constructif à base de préfabrication métallique sur appuis ponctuels.

Vue d'ensemble : Centre dramatique régional, Agence Nicolas Michelin (conception Labfac), Tours, Équerre d’argent 2004 / nominé - © Gaston F. Bergeret
photo n° 1/5
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2004 / NOMINÉ – AGENCE NICOLAS MICHELIN (CONCEPTION LABFAC) – CENTRE DRAMATIQUE RÉGIONAL

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2004 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

Le théâtre enclavé entre des bâtiments d’habitation et une cour d’immeuble, occupe la totalité de sa parcelle, respectant le gabarit des constructions voisines. Le principe de portiques acier adopté pour la construction permet de dégager l’entrée et de libérer l’espace de tout point porteur. La structure métallique préfabriquée est constituée de cinq portiques transversaux à poutres treillis auxquelles sont fixés les planchers, et suspendus l’escalier et la façade. Les volumes du théâtre sont tous placés dans ces grandes poutres transversales qui correspondent à chaque hauteur d’étage, et la salle de spectacle occupe toute la largeur du volume sous les poutres. Les architectes ayant la volonté d’exprimer cette structure, ont mis au point pour la tenue au feu des poutres acier, un encoffrement minéral sur trois des faces, la quatrième face étant revêtue de peinture intumescente. La charpente est ainsi visible sur toute la hauteur du hall, dans la salle de répétition, dans le foyer des artistes et sur le mur du fond du bâtiment. Depuis le parvis en légère pente, l’accès à la salle de théâtre s’effectue directement par le foyer qui réunit l’accueil, la billetterie et le bar. Le hall d’entrée et le foyer du théâtre sont légèrement décaissés par rapport à la rue, affirmant ainsi la continuité intérieur/ extérieur souhaitée. Le mouvement du sol se poursuit sous la salle, ce qui permet de dilater l’espace du foyer.
La salle de théâtre d’une capacité de 464 places, est légèrement dissymétrique afin d’exploiter la largeur maximale de la parcelle, d’où le déhanchement singulier de l’implantation des sièges. Sur les parois latérales de la salle, des déflecteurs placés derrière une double peau en tôle perforée, assurent la correction acoustique. Leur revêtement de tissu rouge qui transparaît derrière la tôle perforée provoque d’étranges effets de moirage qui font vibrer visuellement les parois. Le programme accordait une importance particulière à la partie publique et à la relation avec l’espace urbain. Aussi le théâtre s’ouvre sur la rue par une grande façade vitrée derrière laquelle se déploient les volées croisées de l’escalier qui dessert tous les niveaux, depuis le hall à rez-de-chaussée jusqu’au foyer des artistes. Cette façade est constituée de grands vitrages 2,25 × 2,75 m uniquement maintenus par des menuiseries verticales. Ces panneaux reposent ponctuellement sur des fourchettes d’appui de dimensions très réduites (10 cm). Dans la partie supérieure, une résille inox suspendue filtre la lumière. Elle s’interrompt au niveau du premier étage et du rez-de-chaussée pour préserver le contact visuel direct entre le théâtre et l’espace urbain. L’équipement offre ainsi des espaces simples, à la fois efficaces et poétiques, ouverts aux regards et aux sollicitations diverses.

 

Visitez le site de l'architecte : http://www.anma.fr/

 

  • Lieu : Rue de Lucé, Tours (37).
  • Maîtrise d’ouvrage : Tour(s)plus communauté d'agglomération.
  • Maîtrise d'oeuvre : Conception, Labfac - Finn Geipel et Nicolas Michelin, architectes; réalisation Agence Nicolas Michelin, architectes urbanistes. Michel Delplace, cehf de projet (études); Alejo Paillard, chef de projet (chantier). Batiserf, BET structure; Michel Forgue, économiste; IDF, BET électricité; Peutz & associés, BET acoustique; Architecture & Technique, BET scénographie; LBE-Bernard Ledoux, BET chauffage, ventilation. Agnès Desombre, signalétique; Veit Stratmann, artiste.
  • Surface : b2 149 m2 SHON.
  • Coût : 5 380 000 € dont scénographie 860 000 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus