ÉQUERRE D'ARGENT 2004 / NOMINÉ – ARCHITECTURE STUDIO – ÉTABLISSEMENT PENITENTIAIRE

Lancés par le ministère de la Justice pour « humaniser les conditions de détention », trois grands chantiers de prisons aujourd’hui livrés accueillent chacun de 550 à 600 détenus. L’objectif principal a été d’offrir un cadre de vie respectant la dignité des détenus en vue de leur resocialisation. La réflexion des architectes s’est orientée sur trois axes : donner une image à l’institution, créer un cadre de détention digne et un univers sensible.

Vue de la grande allée de distribution : Établissement pénitentiaire, Architecture Studio, Liancourt, Équerre d’argent 2004 / nominé - © Jean-Marie Monthiers
photo n° 1/3
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2004 / NOMINÉ – ARCHITECTURE STUDIO – ÉTABLISSEMENT PENITENTIAIRE

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2004 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

Les maîtres d’oeuvre sont intervenus sur des sites de dix hectares (à Chauconin-Neufmontiers en Seine-et-Marne, à La Farlède dans le Var et à Liancourt dans l’Oise) dont l’impact dans l’environnement est important. Des jeux de toitures, courbes ondulées en relation avec les collines et reliefs, surfaces affûtées, inscrivent les bâtiments – quasiment identiques – dans le paysage. En ce qui concerne les conditions de détention, nouvel enjeu soulevé très tardivement par l’Etat, l’équipe est partie du principe que la prison est un espace partagé au quotidien par les surveillants et les détenus, deux populations antagonistes. Les notions de sentiment de sécurité, d’ergonomie, de co-visibilité maximale entre postes de travail, et de parcours limités constituent les principales préoccupations pour la première, et offrir un cadre respectueux des personnes dans leur intégrité physique et psychologique, pour la seconde.
Une approche psychosensorielle de l’espace a été travaillée, avec comme médium essentiel, la lumière et la couleur. « Supporter et renforcer les émotions pour répondre aux contraintes propres à l’incarcération. Le corps est au coeur d’une perception mise à vif par la privation de liberté et la limitation de l’espace vital », expliquent les architectes. Espace, couleurs, lumières, matières sont autant d’outils permettant de stimuler les sens et faire oublier, autant que possible, les signes de la détention : grillages et barreaux. L’éclairage zénithal des parloirs, les patios arborés, le petit atrium de jeunes détenus, la double hauteur de la salle de culte, constituent des réponses architecturales pour se soustraire à l’enfermement.
L’implantation diagonale des bâtiments tente de palier également le sentiment d’étroitesse et d’étouffement dû à la compacité habituelle du bâti et à sa fermeture sur l’extérieur.

 

Visitez le site des architectes : http://www.architecture-studio.fr/fr/

 

  • Lieu : Liancourt, (60).
  • Maîtrise d’ouvrage : Ministère de la Justice.
  • Maîtrise d'oeuvre : Architecture Studion - M. Robain, R. Tisnado,J.-F. Bonne, A. Bretagnolle, R.-H. Arnaud, LM; Fischer, M. Lehmann, R. Ayache, architectes; Françoise Arnaud, paysagiste; OTH, BET.
  • Surface : 26 000 m2 SHON.
  • Coût : 40 M€ HT.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus