ÉQUERRE D'ARGENT 2004 / NOMINÉ – PATRICK BOUCHAIN, NICOLE CONCORDET ET LOÏC JULIENNE – ÉQUIPEMENT CULTUREL

Une collaboration très étroite entre futurs utilisateurs et architecte a présidé à la reconversion d’une monumentale architecture industrielle en une manufacture culturelle basée sur la mixité diffusion-création.

Vue de la rue intérieure : Équipement culturel, Patrick Bouchain, Nicole Concordet et Loïc Julienne, Roubaix, Équerre d’argent 2004 / nominé - © DR
photo n° 1/4
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2004 / NOMINÉ – PATRICK BOUCHAIN, NICOLE CONCORDET ET LOÏC JULIENNE – ÉQUIPEMENT CULTUREL

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2004 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

Ancien entrepôt de laine et de soie, l’édifice de la Condition publique, conçu en 1902 par l’architecte Alfred Bouvy, forme au sol un imposant polygone structuré par une rue intérieure. En 1998, la Condition publique est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques et achetée par Lille Métropole qui souhaite en faire un lieu de fabrication et de diffusion de la création contemporaine.
Retenue fin 2001, l’équipe B & H (Patrick Bouchain, Nicole Concordet et Loïc Julienne) propose une remise en état – et aux normes – de l’édifice. Un des points forts du projet lauréat est d’avoir résisté à la facilité de rendre la rue intérieure publique, conservant ainsi l’intériorité violente de l’édifice. La perméabilité revendiquée avec l’espace public se veut plus subtile. En plaçant la grande salle de spectacle – élément clé du programme pouvant accueillir jusqu’à 1 500 personnes – au coeur du bâtiment A, l’architecte ménage côté rue une batterie d’espaces « gratuits » accessibles au public : estaminet, restaurant, foyer, librairie-bazar, petit salon… Tranché dans la largeur, le bâtiment garantit son autonomie à chaque élément du programme et s’anime de porosités transversales nouvelles. Par ailleurs, une des difficultés consistait à apporter de la lumière naturelle à la grande salle qui en était dépourvue – la laine devait être entreposée dans le noir – tout en respectant l’architecture de Bouvy. Celui-ci avait jadis choisi d’éclairer les espaces de vie par un système de lanterneaux, lequel est repris pour apporter de la lumière naturelle à la salle de spectacle. Pour ce faire, cette dernière est surélevée en son centre, sa structure, modifiée et reprise par des portiques en bois, soutenant l’ancienne dalle et rendant la terrasse accessible au public. Contrairement au bâtiment A dédié au public et à la diffusion, riche de couleurs et de matières, le bâtiment B est simplement traité en noir et blanc. On y trouve les ateliers d’artistes, les locaux associatifs, les studios de production et de répétition… Mais la vraie dimension patrimoniale de la Condition publique se trouve au niveau des toitures terrasses, entièrement recouvertes de végétation sauvage née de la poussière urbaine et de ce que le vent a bien voulu y déposer. Conserver ces terrasses en l’état s’est imposé comme une évidence. Afin de procéder à l’étanchéité de la dalle, la terre a été soigneusement retirée plaque par plaque, stockée dans des sacs le temps des travaux puis redéposée sur place.
La Condition publique est d’abord une aventure collective autour d’une collaboration très étroite entre Patrick Bouchain et Manu Barron, directeur artistique, qui, avec son équipe, a investi l’équipement bien avant son ouverture officielle et y a conduit de premières manifestations de bon augure pour son succès futur.

 

  • Lieu : La Condition publique, 14 place Faidherbe, Roubaix (59).
  • Maîtrise d’ouvrage : Ville de Roubaix; maîtrise d'ouvrage déléguée : SEM Ville renouvelée.
  • Maîtrise d'oeuvre : B & H, Patrick Bouchain, Nicole Concordet et Loïc Julienne architectes; Daniel Sourt, scénographe; Georges Rouch, acousticien; Liliana Motta, botaniste; ETR et GEC, BET; Eutexie, Jean Lautrey et Philippe Godderidge, artistes; AKTE, Karine Duval et Etienne Lameland, designers.
  • Surface : 10 637 m2 répartis en 2 bâtiments (A: 5 770 m2 et B: 4 867 m2) et 4 015 m2 de terrasses en tout.
  • Coût : 6 248 000 € HT, travaux; 8 925 600 € HT, montant de l'opération.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus