ÉQUERRE D’ARGENT 2006 / NOMINÉ – PHILIPPE GAZEAU – EXTENSION DE L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Sur une parcelle accusant un fort dénivelé, l’extension de l’ENS superpose sur dix niveaux les différentes entités d’un programme dense. Au cœur du dispositif, la bibliothèque en saillie sur le reste de l’édifice se distingue par le traitement de ses façades. 

 

Vue extérieure : extension de l’école normale supérieure, Philippe Gazeau, Paris 5ème, nominé au Prix de l’équerre d’argent 2006 - © Philippe Ruault
photo n° 1/3
Zoom sur l'image ÉQUERRE D’ARGENT 2006 / NOMINÉ – PHILIPPE GAZEAU – EXTENSION DE L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2006 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

L’Ecole normale supérieure se trouvait à l’étroit dans ses murs et devait notamment résoudre le problème d’encombrement de ses bibliothèques. L’extension réalisée par l’architecte Philippe Gazeau – lauréat du concours en 1997 – parachève la constitution de l’îlot occupé par les bâtiments historiques de l’école, le quadrangle néoclassique (1850) rue d’Ulm et ceux des années 30, rue Rataud. Au regard de son cadre opérationnel, l’intervention est pour le moins délicate. Dans ce secteur fortement protégé, à quelques encablures du Panthéon, le tissu urbain est déjà relativement dense et l’environnement immédiat hétéroclite par la coexistence d’échelles variées et d’écritures architecturales différentes.

La seconde difficulté concerne la nature même du programme, éclectique et dense, que l’extension doit accueillir sur une parcelle accusant un fort dénivelé.

Relié à ses mitoyens par des passerelles, le nouveau bâtiment s’étire en longueur entre la cour intérieure de l’école – accès principal de l’extension – et la rue Rataud située 6 mètres en contrebas. Le système de conception repose sur un empilement de strates horizontales correspondant aux différentes entités programmatiques, réparties ainsi sur 10 niveaux dont deux en sous-sol. Dédié à l’accueil, le rez-de-chaussée se trouve dans le prolongement direct de la cour intérieure qui constitue le niveau de référence du projet. Traité comme un socle transparent et traversant, il exploite la double orientation de la parcelle et laisse filer le regard jusqu’à la rue Rataud.

Formant un volume autonome positionné au cœur du projet, les deux premiers étages abritent la bibliothèque littéraire, conçue sur un principe de magasins ouverts où les livres sont en accès direct. Suspendus, les rayonnages sont concentrés au centre du plan et intègrent une partie du mobilier. Traité en mezzanine bordée de garde-corps en aluminium déployé, le deuxième étage permet de dégager côté façade des espaces de consultation et de lecture en double hauteur.

Nettement positionnés en retrait pour en atténuer l’impact, les trois derniers niveaux sont occupés par les logements étudiants. Les chambres sont calées le long des façades de part et d’autre du couloir central de distribution. Le dénivelé existant est réglé par la création d’un entresol double hauteur qui abrite la bibliothèque de mathématiques ouverte sur la rue Rataud. Il se prolonge sous la cour excavée pour loger une salle de conférence de 120 places et la salle de sport. Les deux niveaux de sous-sol sont quant à eux consacrés aux parkings, laboratoires et réserves des bibliothèques. D’un point de vue structurel, le bâtiment obéit à un système constructif rationnel où les séries de poteaux s’organisent sur une trame de 7 mètres. Fluides et circulations sont concentrés dans quatre piles autonomes de béton brut qui jalonnent le bâtiment dans sa longueur.

La volonté d’affirmer l’autonomie de la bibliothèque se traduit par son positionnement en saillie sur le reste de l’édifice et le traitement singulier de ses façades. Entièrement vitrées pour permettre aux utilisateurs de travailler à la lumière naturelle, celles-ci sont doublées de brise-soleil verticaux. Positionnée à l’extérieur des façades, chaque lame orientable à 90° se compose de deux vitrages en verre trempé enserrant une tôle inox perforée. Le contrôle des brise-soleil s’effectue par un système motorisé qui s’expose en façade dans une volonté assumée de ne pas dissimuler la technique.

 

Visitez le site de l’architecte : http://www.philippegazeau.com/

 

  • Lieu : 45, rue d'Ulm, Paris 5e
  • Maîtrise d’ouvrage : Région Ile-de-France ; SAERP, conducteur d'opération
  • Maîtrise d'oeuvre : Philippe Gazeau, architecte ; Projetud, BET ; AR C, BET façades ; Cabinet Guilleneuf, économiste
  • Surface : 7 617 m2 SHON
  • Coût : 12,7 M € HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Immeuble de bureaux Anis, Dimitri Roussel et Nicolas Laisné, Nice, 2018

Des terrasses de travail imaginées par Nicolas […]

18/09/2019

Pour concevoir un immeuble de bureaux au sein de la ZAC Méridia à Nice, conçue et pilotée par l’agence Devillers et Associés, les architectes Nicolas Laisné et Dimitri Roussel se sont demandé ce qu’est un lieu de travail aujourd’hui. […]

Notre nid par Maxence Grangeot, Festival des Architectures Vives, Montpellier, 2019

Appel à candidatures pour le Festival des […]

18/09/2019

Avec pour objectif de faire découvrir le travail de jeunes architectes, paysagistes et urbanistes, le Festival des Architectures Vives (FAV) ouvre les portes de cours d'hôtels particuliers dans le centre historique de Montpellier, où sont exposées des installations […]

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel - Portrait

18/09/2019

Fondée en 2003 par Nicolas Laisné (diplômé de Marne-la-Vallée la même année) et rejointe en 2010 par Dimitri Roussel (diplômé de La Villette en 2007), l’agence d’architecture Laisné-Roussel est à l'origine de […]

Tod Williams et Billie Tsien à leur agence à New York, 2019

Tod Williams et Billie Tsien sont les lauréats du […]

17/09/2019

Depuis 1988, la Japan Art Association, plus ancienne fondation culturelle du Japon, décerne chaque année le Praemium Imperiale. Un prix qui récompense des disciplines aussi variées que l’architecture, la peinture, la sculpture, la musique et le […]

Vue intérieure de la bibliothèque l'Heure Joyeuse, Ellena Mehl architectes, Paris, 2018

L'Heure Joyeuse d'Ellena Mehl architectes

17/09/2019

Dans le 5e arrondissement de Paris, à quelques encablures de la place Saint-Michel, le bâtiment datant de 1975 et abritant la bibliothèque l’Heure Joyeuse devenait vétuste et non conforme à l’accueil du public. La mission de l’agence Ellena Mehl […]

Extérieur du Groupe scolaire Miriam Makeba, TOA, Nanterre, 2019

TOA livre la première école en terre crue […]

16/09/2019

C’est à Nanterre (Hauts-de-Seine) que le premier bâtiment public en terre crue voit le jour en Ile-de-France. La municipalité souhaitait, lors du concours en 2015, expérimenter un nouveau matériau avec pour objectif un groupe scolaire « à […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus