ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - BRIGITTE METRA - BUREAUX ET LABORATOIRES SOPHYSA

La société Sophysa est spécialisée dans la création d’implants neurochirurgicaux traitant l’hydrocéphalie. Les notions vitales de flux, de contrôle et de précision, emblématiques de l’activité de Sophyra, ont inspiré la conception des façades du bâtiment composant une « peau vivante, respirante, dynamique ».

Vue d'ensemble : Bureaux et laboratoires Sophysa, Brigitte Metra, Besançon, Équerre d’argent 2007 / nominé - © Philippe Ruault
photo n° 1/5
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - BRIGITTE METRA - BUREAUX ET LABORATOIRES SOPHYSA

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2007 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – HTC ARCHITECTES – TRANSFORMATION ET EXTENSION D’UN ATELIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - LEIBAR ET SEIGNEURIN - MAISON DE LA COMMUNAUTÉ DE[...]

Caractéristique la plus visible du projet, la « vibration » des lignes mouvantes des lames du bardage a fait l’objet d’un important travail de mise au point. L’inclinaison des lames a été définie en fonction de l’orientation, de l’ensoleillement, des vues et du type d’activité abritée. Partiellement perforées, les lames « jouent » avec les vues et la lumière naturelle. A la base, il s’agit d’un « ruban » d’acier de 240 mm de large développé par PMA (groupe Arcelor Mittal), décliné ici sous deux variantes : « Gascogne » en partie fixe, au sommet de l’édifice principalement, ou « Hélice » pour les brise-soleil. Un revêtement Aluzinc lui confère une luminosité particulière. Les ondulations des lames brise-soleil résultent d’une inclinaison variant de 1 à 4,5 ° ajustée tous les 90 cm.

L’entreprise a dû fabriquer et mettre en place sur un calepinage complexe des centaines de pattes de fixation déterminant l’angle et le mouvement des lames. Par ailleurs, PMA a étudié un profil spécifique pour les angles arrondis, une configuration non disponible dans son catalogue.

Expression plastique et « vivante » de l’outil de production, ces façades constituent un signal identitaire de l’entreprise, reflétant la haute technicité de ses activités, tout en contribuant à une intégration subtile du bâtiment dans son site.

Un jardin zen en parvis assure la transition entre l’environnement naturel et sauvage et l’intérieur scientifique et maîtrisé. Le hall d’entrée en double hauteur met en relation les deux niveaux du bâtiment. Les espaces de bureaux et les laboratoires bénéficient d’une belle lumière naturelle filtrée et de vues sur le paysage.

L’organisation des locaux obéit à une stricte logique fonctionnelle adaptée à la pente du terrain. Au niveau bas, sont réunis bureaux, salles de réunion et locaux du personnel. A l’étage, le plateau de production occupe l’intégralité d’un rectangle de 28 x 76 m. Les circulations irriguent l’ensemble par un réseau de flux séparés pour l’arrivée ou la sortie. Cœur du système, la salle blanche est placée au centre, avec une galerie périphérique permettant aux visiteurs de l’observer à travers des cloisons vitrées. L’aménagement intérieur est conçu dans l’esprit d’une « esthétique scientifique » propre aux laboratoires. Pour respecter les impératifs du processus de conception et de fabrication des instruments de haute précision produits sur le site, rien n’est laissé au hasard.

Les matériaux contemporains, lisses, lumineux, les transparences cadrées, les dominantes métalliques (acier du bardage, de la charpente et des menuiseries à rupture thermique) comme les vibrations des façades traduisent la modernité et « la vie » du bâtiment.

Parallèlement, l’architecture du projet répond à deux perspectives d’avenir opposées envisagées par la direction de la société. La première est celle d’une croissance continue, avec, à court terme, la nécessité de construire une nouvelle unité. A l’inverse, une révolution imprévisible dans les techniques thérapeutiques pourrait conduire la société à revendre ce bâtiment. Ces deux hypothèses ont eu des implications directes sur l’implantation et la volumétrie du projet : un positionnement en bordure du terrain dégage une surface équivalente pour une extension future et une hauteur libre de 5 m sous charpente a été prévue afin de s’aligner sur les standards du bâtiment industriel, dans l’éventualité d’une revente – alors que 3,5 m auraient suffi.

 

Visitez le site de l'architece : http://brigittemetra.com/

 

  • Lieu : Besançon (25).
  • Maîtrise d’ouvrage : Sophysa.
  • Maîtrise d'oeuvre : Métra et Associés, architecte ; Gaëlle Lenouenne ; chef de projet études ; Olivier Foucher, chef de projet chantier ; Frachon Soder et RFR, BET structure ; Bethele, BET fluides ; J-L Besnard, consultant éclairagiste ; Pierre Lafon, jardin du hall ; Hiromi Kashiwagi, artiste ; Natalia Saccu de Franchi, graphiste.
  • Surface : 2 800 m2 SHON (phase 1).
  • Coût :  3,6 M€

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus