ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - JEAN GUERVILLY - PALAIS DES SPORTS

Le programme du nouveau Palais des sports inclut une grande salle (4 500 places) destinée en priorité aux compétitions sportives (locales, nationales et internationales) et deux salles multifonctions pour des activités sportives ou autres (conférences, cocktails…) ne requerrant pas une grande hauteur sous plafond. Des locaux techniques d’accompagnement sont également au programme, qui lie fonctionnellement le nouveau projet au « petit » Palais des sports existant, conservé à côté.

Vue générale : Palais des sports, Jean Guervilly, Toulouse, Équerre d’argent 2007 / nominé - © Jean-Marie Monthiers
photo n° 1/6
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - JEAN GUERVILLY - PALAIS DES SPORTS

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2007 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – HTC ARCHITECTES – TRANSFORMATION ET EXTENSION D’UN ATELIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - LEIBAR ET SEIGNEURIN - MAISON DE LA COMMUNAUTÉ DE[...]

Dès les premières études, Jean Guervilly a opté pour l’intégration du petit Palais des sports dans un projet d’ensemble. Ce parti se traduit dans l’implantation du sol sportif de la salle principale au même niveau que celui du petit Palais. Les deux bâtiments s’ouvrent sur une cour commune créée à ce niveau bas, en décaissé par rapport au parvis et aux rues périphériques. Les deux bâtiments sont reliés par les vestiaires et autres annexes au niveau du sol sportif et par des déambulatoires au niveau de la rue. Cette implantation a permis de réduire le volume émergent du nouveau Palais des sports avec une façade de 9 m de hauteur sensiblement plus basse que celles de l’ancien Palais.

Excluant toute entrée monumentale, Guervilly a multiplié les accès par des portes réparties sur la totalité du périmètre, au niveau du parvis. A l’abri d’une façade translucide, un déambulatoire lumineux dessert toutes les tribunes. Il intègre des sanitaires, bars et stands répondant à tous les services attendus dans un tel lieu. Pénétrant dans le Palais des sports, le spectateur quitte la lumière crue de l’extérieur pour transiter dans l’univers tamisé du déambulatoire, avant d’atteindre la grande salle à dominante grise. Le volume principal s’inscrit en plan dans un ellipse de 65 X 85 m, dont le petit coté fait face aux habitations. Cette disposition limite l’impact visuel du Palais des sports en dégageant des vues autrefois masquées par l’ancien bâtiment.

Indécelable de l’extérieur sous la couverture végétalisée, la charpente en acier est sans aucun appui intermédiaire sur 85 m de longueur et 65,5 m de largeur. La surface ainsi couverte atteint 4 370 m², en comptant la galerie périphérique. La structure est une coque géodésique, c’est-à-dire que tous les nœuds de connexion entre barres sont disposés sur une même surface. L’épaisseur de la charpente ne dépasse pas 40 cm pour une portée maximale de 85 m . La morphologie de la coque s’avère économique, avec un nombre réduit de familles d’éléments et des connexions discrètes. La charpente autostable repose sur une couronne de poteaux inclinés et pendulaires : les structures des gradins participent à la stabilité générale de l’ouvrage en reprenant les efforts horizontaux du vent pour les transmettre vers les infrastructures béton. Les poteaux périphériques visibles de l’extérieur à travers les vitrages Profilit n’ont aucun rôle structurel.Détail remarquable, la stabilité de l’ensemble résultant de la forme cylindrique du bâtiment est renforcée en contreventement par des croix de Saint André dissimulées dans certains gradins.

En sous face de la couverture, un grill et une passerelle techniques libèrent la charpente de tous les équipements qui en perturberaient la lecture : appareils d’éclairage, panneaux radiants de chauffage, système de renouvellement d’air, etc.

La couverture végétalisée s’est imposée afin d’offrir aux résidants des immeubles voisins l’agrément visuel d’un jardin sous leurs fenêtres. De plus, cette technique contribue à une régulation des évacuations d’eaux pluviales, dont 50 % sont retenus par le substrat et les différentes variétés de sedums.

 

Visitez le site de l'architecte : https://guervillymauffret.wordpress.com/

 

 

 

  • Lieu : Toulouse (31) ZAC Compans Caffarelli
  • Maîtrise d’ouvrage : ville de Toulouse. SETOMIP, maître d’ouvrage mandataire
  • Maîtrise d'oeuvre :  Jean Guervilly, architecte mandataire ; Puig Pujol Architecture, architectes associés à la réalisation des travaux. Groupe Alto Marc Malinowski, bureau d’études charpente métallique ; BSO, bureau d’études structure béton
  • Surface : 10 000 m2.
  • Coût : 14 000 000 € HT

 

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus