ÉQUERRE D'ARGENT 2009 / NOMINÉ – DUSAPIN-LECLERCQ - INSEP

L’Insep regroupe au cœur du bois de Vincennes, sur une trentaine d’hectares, les infrastructures et superstructures dédiées à la préparation des équipes olympiques, à la formation des athlètes et des cadres sportifs. L’agence Dusapin-Leclercq a d’abord été chargée d’une mission d’urbaniste sur l’ensemble du site pour guider le PPP car le projet de rénovation porte sur la totalité de l’institut du sport, et donc d’élaborer un plan d’aménagement d’ensemble sur les 30 ha. 

Façade : INSEP, Dusapin-Leclercq, Paris 12e, Equerre d’argent 2009 / nominé - © Cyrille Weiner
photo n° 1/11
Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2009 / NOMINÉ – DUSAPIN-LECLERCQ - INSEP

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2009 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

ÉQUERRE D'ARGENT 2009 / NOMINÉ – ATELIER CHRISTIAN DE PORTZAMPARC – GALEO, SIÈGE SOCIAL DE[...]

PREMIÈRE ŒUVRE 2009 / NOMINÉ – i-LOT ARCHITECTURE - LYCÉE AGRICOLE ET HORTICOLE

Le campus se décompose en trois bandes fonctionnelles, parallèles à l’avenue du Tremblay sur laquelle se situe l’accès principal :

- au nord, une bande dédiée à l’hébergement ;

- la bande médiane occupée par les terrains d’évolution extérieurs ;

- au sud, les bâtiments d’entraînement.

Pour éviter de poursuivre l’étalement pavillonnaire de l’Insep, les architectes ont donc rassemblé plusieurs disciplines en un seul pôle. Le principe consistait à faire un jeu à somme nulle, du point de vue surface bâtie et du point de vue occupation du terrain. Le résultat est un bâtiment compact qui respecte la limite altimétrique autorisée de 12 m et s’inscrit dans la bande sud en complétant l’archipel d’un nouvel élément fort.

Jeu de construction

Le bâtiment ne devait pas dépasser 12 m de hauteur mais accueillir des disciplines sportives dont certaines exigeaient une grande hauteur sous plafond. La création de douves autour du bâtiment permet l’implantation du niveau le plus bas à -3,50 m (éclairé en cour anglaise) et offre des accès de plain-pied avec l’extérieur. Le projet, le plus compact possible, est conçu comme un jeu de construction composé d’éléments superposés. Le bâtiment se développe sur plusieurs niveaux de part et d’autre d’une rue intérieure qui scinde le volume en deux parties. Le résultat est unifié par une enveloppe plissée en bois, décalée par rapport à la façade réelle.

A l’alignement des bâtiments existants accueillant basket et athlétisme, le nouveau pôle referme la figure du grand espace central. Il constitue la plus grande surface (13 000 m2) sur le site de l’Insep, comparable à la halle Negro bâtie en 1965.

Il réunit quatre disciplines : gymnastique (3 300 m2), escrime (3 400 m2), lutte (1 600 m2), taekwondo (1 600 m2), ainsi que des espaces mutualisés (1 700 m2) d’hydro récupération, de musculation et d’aide à la performance. Le bâtiment est constitué d’une série de parallélépipèdes sur une trame de 6 x 6, dénominateur commun de tous les sports. Cette trame initiatrice est fédératrice du jeu de volumes qui composent l’ensemble :

- au rez-de-jardin, les salles d’escrime et la salle de gymnastique toute hauteur du bâtiment ;

- de plain-pied (rez-de-chaussée, niveau place), les espaces partagés qui bénéficient de leur propre accès et un espace d’entraînement mutualisé ;

- à l’étage, les sports de lutte et la grande salle de musculation.

La structure porteuse est constituée de poteaux poutres en lamellé-collé d’épicéa sur un socle en béton. Dans la grande salle d’entraînement, la structure comporte des poutres de 42 m de portée, contreventées par des poutres transversales sur une trame 6 x 6. L’ensemble repose par un système des poteaux moisés sur le socle béton. Dans la partie nord, les volumes des salles superposées comportent des poutres béton de 20 m de portée.

Les caissons suspendus par câbles, qui s’inscrivent dans la trame de 6 X 6 et dans l’épaisseur de la structure bois, intègrent, outre un lanterneau qui filtre la lumière naturelle, des équipements techniques : luminaires, panneaux radiants de chauffage et de rafraîchissement, appareils de filtration d’air.

L’enveloppe, élément unificateur, est un plissé de lames de pin douglas, qui se soulève en partie basse pour former deux surfaces réglées sur chaque module (de 6 m). La grande rue centrale est conçue comme un élément fédérateur, elle rassemble les usagers de l’équipement, c’est un espace confortable d’où l’on peut observer les activités sportives dans les diverses salles. La rue met en communication les trois niveaux d’accès à l’ensemble du pôle. Des passerelles de distribution franchissent le vide et rendent lisible l’organisation du bâtiment. Lieu où tous les flux se croisent, la rue intérieure permet d’appréhender le bâtiment dans son ensemble et la complexité des programmes qui s’y superposent. A son extrémité haute (est) elle accueille un espace de détente et de convivialité lumineux et ouvert. Elle est caractérisée par une paroi noire au nord, assez opaque, et au sud, par une paroi bois qui comporte de grandes baies vitrées en vigie sur les salles d’activités

Les architectes ont particulièrement soigné l’éclairage naturel des salles pour le confort des sportifs. En façade, les baies sont équipées de lames de Réglit afin d’éviter l’éblouissement des sportifs et les contre-jours, la lumière naturelle pénètre également par le dispositif de lanterneaux en plafond et, indirectement, par les fentes de la jupe de lames de bois.

 

Visitez le site des architectes :
http://www.francoisleclercq.fr/ 

http://www.fabricedusapin.fr/

 

 

  • Lieu : Insep, 11 avenue du Tremblay, Paris 12e
  • Maîtrise d’ouvrage : ministère de la Santé et des Sports ; EMOC, mandataire.
  • Maîtrise d'oeuvre :  Dusapin-Leclercq, architectes mandataires - François Leclercq avec Paul Laigle, Gilles Quintric, Benoît Fetter, architectes ; BVL Architecture - Arnaud Bouët, Jean Pierre Vidal, Patrick Laroudie - avec Mathieu Pradat, architectes associés. Ingerop, BET. TER, paysagistes. Mazet & ass., économiste. Dominique Calvi, BET façade bois.
  • Surface : pôle sportif 12 475 m2 SHON, piscine 1 083 m2 SHON, calendrier : études 2005, livraison automne 2009.
  • Coût : 51 M € .

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Workforce

Dans l’Oise, 3e édition d’Usimages, biennale […]

24/05/2019

Jusqu’au 15 juin 2019 se déroule la 3e biennale de photographie consacrée au patrimoine industriel Usimages. Organisée par l’agglomération Creil Sud Oise, avec le concours de Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France, elle interroge cette […]

Patrick Bouchain, l'architecture comme relation. Texte d'Abdelkader Damani. Postface de Pierre Frey

L'inventaire de Patrick Bouchain - Livre

24/05/2019

S'il fait des émules toujours plus nombreux, Patrick Bouchain, grand prix de l'Urbanisme 2019 demeure une figure unique dans le paysage des architectes français. Inclassable, il pourrait passer pour un gourou tant il est passé maître dans l'art de captiver ses […]

AL_A - Extension du musée Victoria & Albert, à Londres

L'extension du musée Victoria & Albert, à Londres, […]

23/05/2019

Plus grand musée d’art et de design au monde, le V&A abrite une collection permanente de plus de 2,3 millions d’objets couvrant plus de 5 000 ans de créativité humaine. En 2017, il a fait l'objet d'une extension, dont le projet a été […]

Rendez-vous à suivre

Neuf rendez-vous d'architecture, du 23 au 29 mai

23/05/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Biennale internationale des métiers d’art et de la création Du 22 au 26 mai, au Grand Palais, à Paris revelations-grandpalais.com […]

Les logements de la Gare d'eau, à Lille - Ch-H Tachon, 2019

À Lille, Charles-Henri Tachon livre 54 logements […]

22/05/2019

Pour qu’une place existe, elle se doit d’être tenue par les bâtiments qui la bordent. C’est de ce postulat que Charles-Henri Tachon et son équipe sont partis pour élaborer l’opération de 54 logements située sur la nouvelle place de la […]

Charles-Henri Tachon, architecte

Charles-Henri Tachon - Architecture et paysage

22/05/2019

Diplômé de l’école d’architecture de Paris-Tolbiac en 1996, Charles-Henri Tachon fonde son agence en 1999 à Paris et à Mercurey (Saône-et-Loire), dont il est originaire. Charles-Henri Tachon pense l’architecture comme une expérience […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus