Exposition Champs-Elysées: lobbying ou politique de la ville?

Data, politiques et vote du public. Le cocktail d'outils et d'acteurs que propose l'exposition "Champs-Elysées, histoire et perspectives", inaugurée quelques jours avant les élections municipales au Pavillon de l'Arsenal à Paris, et aujourd'hui ouverte à la visite virtuelle, mérite d'être analysé.

Champs Elysées, étude place de l'Etoile, PCA-STREAM - © PCA-STREAM
photo n° 1/18
Zoom sur l'image Exposition Champs-Elysées: lobbying ou politique de la ville?

Articles Liés

Moins de jaune, plus de vert: Philippe Chiambaretta au chevet des Champs-Élysées

Philippe Chiambaretta reconfigure un fleuron des Champs-Elysées

Inaugurée le 14 février 2020 au Pavillon de l'Arsenal à Paris, l'exposition «Champs Elysées, histoire et perspectives» paraît d'un autre âge, tant la crise sanitaire a tout balayé. Il faut pourtant prendre la peine de rembobiner jusqu'à ces temps pré-électoraux. Car, sous couvert de mener une analyse critique -nécessaire et pertinente- de celle qui n'est plus "la plus belle avenue du monde" et d'en préfigurer un futur désirable, l'exposition illustre l'état de la fabrique de la ville aujourd'hui, ses outils, ses acteurs et la place de l'architecte à l'intérieur de celle-ci. Payée par le Comité Champs-Élysées, association de 180 occupants (commerçants et propriétaires), et produite par le Pavillon de l'Arsenal à partir d'une étude bâtie par l'architecte Philippe Chiambaretta - fondateur de l'agence PCA-Stream, concepteur prolifique et homme de réseau-, elle constitue le climax d'une campagne de lobbying longue, coûteuse (1 million d'euros) et médiatique, entamée en 2014.

 

Car le Comité Champs-Elysées tente régulièrement d'attirer l'attention de l'État et de la ville de Paris, en finançant des études prospectives sur l'avenue. Après Jean-Paul Viguier, Philippe Chiambaretta projetait déjà, en avril 2019, un avenir plus radieux pour ce symbole national imaginé par Le Nôtre en 1664. Souvenons-nous -même si l'immédiateté permanente semble avoir absorbé jusqu'à l'histoire récente-, après 21 semaines de "gilets jaunes", il y avait alors urgence à changer l'image des lieux. Avec une réflexion basée sur le végétal, le confort des piétons, les nouvelles mobilités et une programmation événementielle attractive, l'architecte espérait déjà pouvoir "réenchanter les Champs-Élysées". Un an plus tard, au Pavillon de l'Arsenal, ses propositions spatiales n'ont pas fondamentalement changées.

Novlangue et reality show

 

Précédée d'une tribune publiée dans Le Monde le 20 janvier 2020, signée des mêmes chercheurs reconnus, artistes célèbres et acteurs économiques fédérés par Philippe Chiambaretta comme autant de cautions intellectuelles au Pavillon de l'Arsenal, l'exposition semble ne servir qu'à construire un argumentaire dont la novlangue devrait garantir la légitimité. Un discours en faveur d'un espace public plus "résilient", "désirable", "inclusif", "populaire", construits avec des "talents" réunis au sein d'une "coproduction innovante" pour bâtir une "ville-métabolisme", finalement réduite à une collection de propositions, nécessaires mais assez ordinaires: la réduction de la voirie, la piétonnisation de la Place de la Concorde -peut-être le geste le plus fort-, l'augmentation de la végétation et la création d'aires de jeux tout autour du secteur. En effet, les cartes historiques exposées et les extraits de journaux télévisés diffusés au Pavillon de l'Arsenal illustrent la déchéance d'une avenue, devenue autoroute urbaine polluée fuie des parisiens. Les statistiques d'usages en témoignent: les deux tiers des 100000 passants quotidiens sur les Champs-Élysées sont des touristes, et seulement 5% des parisiens électeurs.

 

Récoltées auprès des opérateurs de téléphonie et des fournisseurs d'énergie, les données qui nourrissent l'argumentaire l'ont été, nous dit-on, dans le respect de la protection individuelle. Mais si ces informations privées reflétant l'usage des lieux peuvent inévitablement alimenter la réflexion des aménageurs, doivent-elles nécessairement devenir un outil pour faire projet, un moyen pour "réguler un métabolisme urbain" énergivore et inégalitaire en live, comme le suggère PCA-Stream? Les données permettant de recalibrer les actions des aménageurs en fonction des faits et gestes des habitants. La ville n'aurait-elle pas besoin d'une vision pour se transformer, plutôt que de chiffres dont l'usage la réduirait à un reality show? De même que, la ville n'aurait-elle pas besoin d'architectes engagés sur le front des idées et pas seulement de stimulateurs de relations sociales, pour que les problématiques environnementales rassemblent vraiment?

Confusion et agenda politique

Il faut reconnaître que, du point de vue des commerçants, il y a urgence à améliorer les Champs pour qu'y revienne le chaland parisien -et, on s'en doute, que s'arrêtent les manifestations agitées. Mais comment convaincre la ville d'investir? Le lobbying est depuis longtemps le compagnon de la politique; et relier des préoccupations environnementales à ses enjeux économiques, un moyen sûr pour le Comité Champs-Elysées d'atteindre l'intérêt public. Tout comme embarquer la plateforme Make.org dans l'aventure, pour que chacun puisse donner son avis dans cette "aventure collective et participative". Cependant, quand le Pavillon de l'Arsenal, centre d'exposition de la ville de Paris, en fait la promotion, le visiteur plonge dans une grande confusion. Qui est à la manœuvre? L'ambiguïté était à son maximum à quelques jours des élections municipales. En réalité, les acteurs publics, plutôt que d'être moteurs de la démocratie et de la construction du cadre de vie, laissent aux privés et aux architectes qu'ils se sont choisis, le soin de bâtir des analyses et un projet.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • Anna P

    Tout architecte devrait inclure dans son projet le coût et la faisabilité de l'entretien avant que son projet ne se transforme en un désastre !

  • eulaeudanla

    Merci pour cet article. Le ton est juste et l'analyse percutante. La communication qui entoure ce projet utilise d'ailleurs les mêmes éléments de langage que les entreprises du CAC qui justifient leur réorganisation en arguant la résilience et l'inclusivité... Mélange de genres hasardeux!

  • Manassala

    Bravo chère Madame pour cet article plein de piquant, bien écrit, d'un ton délicieux et empli d'une analyse réaliste au sujet de cette opération de com' qui ne crée rien de nouveau. Vous auriez même pu ajouter que la trame de fond en croisillons qui est proposée n'est qu'un pastiche du croisillon de la fameuse Exhibition Road de Londres. Rien de nouveau donc de ce côté là non plus... Bravo et merci.

Christo, The Pont-Neuf Wrapped 2, Paris, 1975-1985

Christo à Paris, du Pont-Neuf à l'Arc de Triomphe

03/06/2020

300 L'automne 2021 s'annonce emballant. Christo, l'artiste bulgare qui empaqueta le Pont-Neuf à Paris à l'automne 1985, doit récidiver sur l'Arc de Triomphe; le Centre Pompidou inaugurant au même moment une grande rétrospective du travail de l'artiste et de sa femme Jeanne-Claude. Son décès le 31 mai […]

Christo (1935–2020) - Valley Curtain, Rifle, Colorado, 1970-72

Hommage à Christo: voyage à la redécouverte de ses […]

03/06/2020

300 Décédé le 31 mai 2020 à New-York, l'artiste Christo, célèbre emballeur du Pont-Neuf à Paris, travailla toute sa vie avec sa femme Jeanne-Claude Denat de Guillebon, décédée en 2009. Des premiers objets empaquetés par l'artiste né en 1935 en Bulgarie, aux monumentales installations de plein-air […]

Christo (1935–2020) - Christo at The Floating Piers, June 2016

Christo, l'emballeur du Pont-Neuf, est décédé

03/06/2020

300 Les Parisiens retiendront de lui le Pont-Neuf enveloppé d'un drapé à l'automne 1985. L'artiste Christo s'est éteint le 31 mai 2020 à New-York, à l'âge de 84 ans. Il préparait une nouvelle intervention manifeste dans la capitale, l'empaquetage de l'Arc de Triomphe. Il aura fallu 13 km de corde, 450 […]

Nommée à l'Équerre d'argent 2019, catégorie Habitat, résidence étudiante de 232 chambres à Palaiseau (Essonne), l’AUC (architecte), Batigère (maître d’ouvrage)

L'AUC, loger des étudiants à Saclay

26/05/2020

300 Dans cette opération de logements étudiants d'envergure livrée sur le plateau de Saclay, l'AUC imagine des colocations et des studios autour d'un vaste jardin paysagé et d'espaces de rencontre intérieurs. En dialogue avec une autre résidence universitaire, rose, construite en 2016 par 51N4E et […]

Marc-Antoine Richard-Kowienski et Anne-Julie Martinon architectes, agence Maaj

Maaj architectes - Portrait

02/06/2020

300 Anne-Julie Martinon et Marc-Antoine Richard-Kowienski ont étudié à Paris-Belleville. Ils ont fondé l’agence Maaj en 2011. La première réalisation de l'agence Maaj, un chalet en mélèze à Arêches-Beaufort (Savoie), réinterprétation des fermes de la région, a été lauréat du palmarès des lauriers de la […]

Rénovation Ecole Ingénieurs d’Yverdon-les-Bains HEIGVD. Nouveaux aménagements par inroom Geneviève Héritier (2014-2019)

Couleurs et spatialités différenciées, pour la […]

29/05/2020

300 En Suisse, l’école d’ingénieurs d’Yverdon-les-Bains a bénéficié d’une rénovation complète qui se démarque par la qualité des aménagements intérieurs. L’utilisation de la couleur devient un support d’attractivité et de différenciation des espaces. Tout en valorisant l’architecture de béton du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital