Exposition: le design s’invite dans la maison Lemoine

L'exposition "Houselife" à Bordeaux invite à découvrir 300 pièces du Fonds national d’art contemporain –une collection sans mur. Originalité de l’exposition: investir des lieux meublés et vivants, en l’occurrence l’hôtel de Lalande, l’un des fleurons du patrimoine bordelais, et la célèbre maison Lemoine construite par le non moins célèbre architecte Rem Koolhaas sur les hauteurs de Floirac. Une manière habile de rappeler les qualités d’usage du design.

Maison Lemoine à Floirac, exposition Houselife, collection design du Cnap - © Colombe Rubini
photo n° 1/5
Zoom sur l'image Exposition: le design s’invite dans la maison Lemoine

Exposer le design autrement, dans l’espace domestique –ce à quoi on le destine– plutôt que sur des socles bien sages dans un white cube: tel est le point de départ de l’exposition "Houselife" conçue par les deux commissaires Juliette Pollet et Constance Rubini*. A cette fin, les deux lieux retenus ne pouvaient guère être plus contrastés: l’hôtel de Lalande, construit à la fin du XVIIIe siècle et où siège aujourd’hui le musée des arts décoratifs et du design (Madd), et la villa Lemoine, construite par Rem Koolhaas/OMA en 1997 sur les collines de Floirac. Une manière a priori simple et habile de montrer que le design a sa place partout, dans un cadre chargé d’histoire ou radicalement contemporain, et de mettre en avant les qualités d’usage de l’objet avant sa beauté plastique.

 

Une sélection de 300 pièces

La sélection n’est pas des moindres, puisque les 300 pièces exposées proviennent du Fonds national d’art contemporain, une collection sans mur de 100000 œuvres, gérée par le Centre national des arts plastiques (Cnap) et constituée sur plus de deux siècles. Depuis 1981, elle s’est enrichie de 9500 objets de design et arts décoratifs.

 

L’univers feutré d’un hôtel particulier

Malgré l’embarras du choix, la sélection, collégiale, s’est faite assez naturellement, en s’inspirant de l’architecture des lieux. Dans l’univers feutré de l’hôtel particulier, l’exposition joue le télescopage des époques entre les collections du Madd –verrerie, instruments de musique, miniatures– et les pièces aux lignes épurées du Fnac. Trônent dans l’enfilade des salons, boudoirs et salle à manger, le canapé rouge sang Yang de François Bauchet, celui multicolore de Pierre Charpin, Slice, tous deux reconfigurables à l’envi pour différents scénarios d’appropriation. Parmi les arts de la table, il faut davantage chercher sur les manteaux de cheminée et les armoires déjà bien remplies. On retrouve ou découvre avec plaisir la cafetière Oggetto banale d’Alessandro Mendini, la théière Lapislazuli d’Ettore Sottsass, et les créations de jeunes designers, tels les vases, carafe et corbeille en céramique émaillée de Ionna Vautrin. Chaque pièce a sa juste place, même les objets industriels comme le lecteur CD de Muji ou l’iMac. Pour conforter ces atmosphères singulières, les commissaires ont tenu à ajouter à cette scénographie des sons et odeurs (cuisine, feu de cheminée...), une fantaisie grand public dont on aurait sans doute pu se passer.

 

Sur la plateforme de la villa Lemoine

La maison privée Lemoine, elle, ouvre ses portes au public (sur inscription) pour la première fois. Ici, la fameuse plateforme mobile s’est figée le temps de l’exposition et tient lieu, dans la grande pièce à vivre, de présentoir à une soixantaine d’objets choisis pour leurs effets de textures et de transparences en écho aux lignes hypercontemporaines de la villa. Autour de la plateforme, on aimerait s’asseoir ou se lover dans le fauteuil Bulle d’Eero Aarnio, le hamac des Bless, la chaise Corner de Donald Judd. Mais de petites plantes épineuses posées sur les assises, au Madd comme à la villa, nous rappellent que l’on est en présence de pièces uniques, parfois de prototypes. C’est peut-être là le paradoxe de cette exposition: rappeler que le design se destine à un usage, s’ancre dans le quotidien des personnes, et ne pouvoir ni toucher, ni tester, ni manipuler ces créations.

*Juliette Pollet est conservatrice du patrimoine et responsable de la collection design et arts décoratifs du Cnap et Constance Rubini, historienne du design rattachée au Madd

 

  • Exposition "Houselife"
    Musée des arts décoratifs et du design (Madd) à Bordeaux et dans la villa Lemoine à Floirac
    Jusqu’au 29 janvier 2017
    www.madd-bordeaux.fr

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 24961_1477829_k2_k1_3420175.jpg

L'impossible héritage berlinois, entre mythes et […]

10/05/2021

300 A Berlin, dans le quartier populaire de Neukölln en passe d'être gentrifié, le projet de destruction-reconstruction de l'iconique grand magasin Kartast fait polémique. Un projet confié à David Chipperfield par Signa Holding, qui révèle le rapport ambigu qu'entretient la ville avec les fantômes […]

PHOTO - 24961_1477807_k2_k1_3420137.jpg

Deferrari+Modesti - Portrait

10/05/2021

300 Avant de fonder leur studio en 2010, Lavinia Modesti et Javier Deferrari ont collaboré avec Enzo Mari, Manuel Gausa et Stefano Boeri. Au fil des ans, Lavinia Modesti et Javier Deferrari se sont spécialisés dans l'aménagement et la décoration d'intérieur, le design de produits, les scénographies […]

Tour Opale, Lacaton & Vassal, Chêne-Bourg (Suisse)

La Tour Opale à Genève, dernier projet livré par […]

07/05/2021

300 Appartements traversants ou à double orientation, baies vitrées coulissantes du sol au plafond, prolongement des logements par des jardins d'hiver et des balcons, rideaux thermiques : à Chêne-Bourg, dans la banlieue de Genève, les lauréats du Pritzker 2021, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont […]

Cour Bareuzai, Chapman Taylor, Dijon (Côte d'Or)

Un passage commerçant pour valoriser le patrimoine […]

07/05/2021

300 À Dijon près du Palais des Ducs de Bourgogne, l’agence parisienne Chapman Taylor a réalisé la reconversion-extension de deux hôtels particuliers en surfaces commerciales. Le projet, en reliant deux rues du centre-ville, permet au public d’accéder à un site patrimonial méconnu mais néanmoins […]

Abonnés AMC

Palais de Justice à Lisieux par Leonard & Weissmann

À Lisieux, le Palais de Justice s'installe dans […]

06/05/2021

300 Pour l'implantation du palais de justice de Lisieux dans l'ancienne usine Wonder, l'enjeu pour les architectes de Leonard & Weissmann est sans aucun doute de conserver la singularité de l'édifice tout en exploitant les qualités de son enveloppe architecturale. De larges dimensions investies par de […]

Appel à candidatures pour les Trophées Eiffel 2021

Architectes, proposez vos réalisations aux […]

06/05/2021

300 ConstruirAcier, association de promotion de la filière Acier française, organise chaque année depuis 2015 les Trophées Eiffel, récompensant des projets utilisant ce matériau pour tout ou partie. Pour participer à l’édition 2021 dont le jury sera présidé par Marc Mimram, les dossiers sont à envoyer […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital