Exposition: le design s’invite dans la maison Lemoine

L'exposition "Houselife" à Bordeaux invite à découvrir 300 pièces du Fonds national d’art contemporain –une collection sans mur. Originalité de l’exposition: investir des lieux meublés et vivants, en l’occurrence l’hôtel de Lalande, l’un des fleurons du patrimoine bordelais, et la célèbre maison Lemoine construite par le non moins célèbre architecte Rem Koolhaas sur les hauteurs de Floirac. Une manière habile de rappeler les qualités d’usage du design.

Maison Lemoine à Floirac, exposition Houselife, collection design du Cnap - © Colombe Rubini
photo n° 1/5
Zoom sur l'image Exposition: le design s’invite dans la maison Lemoine

Exposer le design autrement, dans l’espace domestique –ce à quoi on le destine– plutôt que sur des socles bien sages dans un white cube: tel est le point de départ de l’exposition "Houselife" conçue par les deux commissaires Juliette Pollet et Constance Rubini*. A cette fin, les deux lieux retenus ne pouvaient guère être plus contrastés: l’hôtel de Lalande, construit à la fin du XVIIIe siècle et où siège aujourd’hui le musée des arts décoratifs et du design (Madd), et la villa Lemoine, construite par Rem Koolhaas/OMA en 1997 sur les collines de Floirac. Une manière a priori simple et habile de montrer que le design a sa place partout, dans un cadre chargé d’histoire ou radicalement contemporain, et de mettre en avant les qualités d’usage de l’objet avant sa beauté plastique.

 

Une sélection de 300 pièces

La sélection n’est pas des moindres, puisque les 300 pièces exposées proviennent du Fonds national d’art contemporain, une collection sans mur de 100000 œuvres, gérée par le Centre national des arts plastiques (Cnap) et constituée sur plus de deux siècles. Depuis 1981, elle s’est enrichie de 9500 objets de design et arts décoratifs.

 

L’univers feutré d’un hôtel particulier

Malgré l’embarras du choix, la sélection, collégiale, s’est faite assez naturellement, en s’inspirant de l’architecture des lieux. Dans l’univers feutré de l’hôtel particulier, l’exposition joue le télescopage des époques entre les collections du Madd –verrerie, instruments de musique, miniatures– et les pièces aux lignes épurées du Fnac. Trônent dans l’enfilade des salons, boudoirs et salle à manger, le canapé rouge sang Yang de François Bauchet, celui multicolore de Pierre Charpin, Slice, tous deux reconfigurables à l’envi pour différents scénarios d’appropriation. Parmi les arts de la table, il faut davantage chercher sur les manteaux de cheminée et les armoires déjà bien remplies. On retrouve ou découvre avec plaisir la cafetière Oggetto banale d’Alessandro Mendini, la théière Lapislazuli d’Ettore Sottsass, et les créations de jeunes designers, tels les vases, carafe et corbeille en céramique émaillée de Ionna Vautrin. Chaque pièce a sa juste place, même les objets industriels comme le lecteur CD de Muji ou l’iMac. Pour conforter ces atmosphères singulières, les commissaires ont tenu à ajouter à cette scénographie des sons et odeurs (cuisine, feu de cheminée...), une fantaisie grand public dont on aurait sans doute pu se passer.

 

Sur la plateforme de la villa Lemoine

La maison privée Lemoine, elle, ouvre ses portes au public (sur inscription) pour la première fois. Ici, la fameuse plateforme mobile s’est figée le temps de l’exposition et tient lieu, dans la grande pièce à vivre, de présentoir à une soixantaine d’objets choisis pour leurs effets de textures et de transparences en écho aux lignes hypercontemporaines de la villa. Autour de la plateforme, on aimerait s’asseoir ou se lover dans le fauteuil Bulle d’Eero Aarnio, le hamac des Bless, la chaise Corner de Donald Judd. Mais de petites plantes épineuses posées sur les assises, au Madd comme à la villa, nous rappellent que l’on est en présence de pièces uniques, parfois de prototypes. C’est peut-être là le paradoxe de cette exposition: rappeler que le design se destine à un usage, s’ancre dans le quotidien des personnes, et ne pouvoir ni toucher, ni tester, ni manipuler ces créations.

*Juliette Pollet est conservatrice du patrimoine et responsable de la collection design et arts décoratifs du Cnap et Constance Rubini, historienne du design rattachée au Madd

 

  • Exposition "Houselife"
    Musée des arts décoratifs et du design (Madd) à Bordeaux et dans la villa Lemoine à Floirac
    Jusqu’au 29 janvier 2017
    www.madd-bordeaux.fr

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Chemin des carrières, point d'observation, Alsace, Reiulf Ramstad Arkitekter

Un ruban de corten, en hommage aux carrières […]

04/06/2020

300 Le Chemin des Carrières est un hommage rendu aux chemins de fer alsaciens, au travail des hommes dans l’extraction des carrières. Le ruban de corten imaginé par Reiulf Ramstad Arkitekter se fraye un parcours sur 11km dans un terrain redevenu sauvage. Le Chemin des Carrières, à Rosheim en Alsace, […]

DENSIFIER / DÉDENSIFIER, PENSER LES CAMPAGNES URBAINES, dir. Jean-Michel Léger et Béatrice Mariolle. Photographies de Denis Gabbardo. Préface de Paola Vigano.

La consommation des campagnes urbaines - Livre

04/06/2020

300 La densification des constructions et la diversité des formes urbaines qui en découlent soulèvent de nombreuses questions. Comme le souligne Paola Vigano dans la préface de cet ouvrage consacré aux campagnes urbaines françaises, il faudrait d'abord définir l'objet fondamental qu'est la consommation […]

Christo, The Pont-Neuf Wrapped 2, Paris, 1975-1985

Christo à Paris, du Pont-Neuf à l'Arc de Triomphe

03/06/2020

300 L'automne 2021 s'annonce emballant. Christo, l'artiste bulgare qui empaqueta le Pont-Neuf à Paris à l'automne 1985, doit récidiver sur l'Arc de Triomphe; le Centre Pompidou inaugurant au même moment une grande rétrospective du travail de l'artiste et de sa femme Jeanne-Claude. Son décès le 31 mai […]

Christo (1935–2020) - Valley Curtain, Rifle, Colorado, 1970-72

Hommage à Christo: voyage à la redécouverte de ses […]

03/06/2020

300 Décédé le 31 mai 2020 à New-York, l'artiste Christo, célèbre emballeur du Pont-Neuf à Paris, travailla toute sa vie avec sa femme Jeanne-Claude Denat de Guillebon, décédée en 2009. Des premiers objets empaquetés par l'artiste né en 1935 en Bulgarie, aux monumentales installations de plein-air […]

Christo (1935–2020) - Christo at The Floating Piers, June 2016

Christo, l'emballeur du Pont-Neuf, est décédé

03/06/2020

300 Les Parisiens retiendront de lui le Pont-Neuf enveloppé d'un drapé à l'automne 1985. L'artiste Christo s'est éteint le 31 mai 2020 à New-York, à l'âge de 84 ans. Il préparait une nouvelle intervention manifeste dans la capitale, l'empaquetage de l'Arc de Triomphe. Il aura fallu 13 km de corde, 450 […]

Nommée à l'Équerre d'argent 2019, catégorie Habitat, résidence étudiante de 232 chambres à Palaiseau (Essonne), l’AUC (architecte), Batigère (maître d’ouvrage)

L'AUC, loger des étudiants à Saclay

26/05/2020

300 Dans cette opération de logements étudiants d'envergure livrée sur le plateau de Saclay, l'AUC imagine des colocations et des studios autour d'un vaste jardin paysagé et d'espaces de rencontre intérieurs. En dialogue avec une autre résidence universitaire, rose, construite en 2016 par 51N4E et […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital