Exposition: Mutations urbaines

Poser un regard sur notre environnement urbain et son futur, mieux le comprendre, tel est l’objet de l’exposition "Mutations urbaines" qui se tient à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris.

 

Exposition: Mutations urbaines à la Cité des sciences et de l'industrie, Paris
photo n° 1/6
Zoom sur l'image Exposition: Mutations urbaines

Les six compteurs dynamiques matérialisant en temps réel l'expansion démographique.

En 2008, la part de la population mondiale vivant en ville est devenue majoritaire et ce mouvement ne devrait jamais s’inverser: l’ONU mise sur 2,5 milliards de personnes supplémentaires d’ici à 2050.

Comment cette croissance démographique se traduit-elle concrètement dans nos villes? Le bilan peut être lourd, pollution, engorgement, habitat précaire… Mais, en creux, pullulent d'heureuses initiatives aux quatre coins du globe. C’est ce portrait multifacette des villes et des enjeux qui les attendent que présente l’exposition "Mutations urbaines" à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris.

L’exposition est grand public, mais nous sommes à la Cité des sciences et de l’industrie, et les commissaires Marie-Christine Hergault et Sophie Manoff, entourées d’un comité scientifique pluridisciplinaire, se sont employées à fournir des chiffres à l’appui de ces mutations. En préambule, six compteurs dynamiques matérialisent cette expansion en temps réel dans chaque continent. Des dispositifs interactifs et ludiques, plus ou moins simples, sont à découvrir dans une déambulation libre pour faire comprendre ces évolutions à l’œuvre. Vous êtes invités à deviner le nombre de data centers dans Paris et ses alentours en passant votre main sur un écran tactile matérialisant l’agglomération. Beaucoup moins facile: vous pouvez modifier l’organisation d’une ville fictive, en plaçant des quartiers de votre choix -mixte ou monofonctionnel, plus ou moins dense- de manière à minimiser leur impact en émissions de CO2. Outre les manipulations, cette partie de l’exposition intitulée "Villes sous tension" livre des témoignages d’habitants, rend compte dans un film de la situation des mal logés, et étaye son propos d'expériences telle celle des chercheurs de l’institut de physique théorique du CEA qui ont comparé la forme des îlots de 131 villes. Conclusion: où qu’on aille, il n’y a que quatre formes urbaines dans le monde.

Datavisualisation

Les enjeux globaux de l'urbanisation se cristallisent dans la séquence "Terre urbaine", réalisée par le vidéaste et documentariste Pascal Goblot. La projection sur un écran hémisphérique de 8 mètres de long et 3,5 mètres de haut d'une animation graphique dévoile, par des données chiffrées à l’échelle planétaire (130000 en tout), un aperçu des richesses, des inégalités, des pollutions, en pointant les villes "championnes" des particules fines.

Enfin, la 3e section de l’exposition fait place au foisonnement d’initiatives visant à rendre les villes plus accessibles, plus sécurisées, plus autonomes, et à juguler les crises auxquelles elles sont confrontées… Il y est question d’habitat bien sûr (on ne présente plus l’opération de logements d’Elemental au Chili), mais aussi de mobilités (le Skycyle, un réseau de 220 km de pistes cyclables imaginé par Norman Foster au-dessus de Londres, le parking silo automatisé à Tokyo…), d’espaces publics (la réfection d’un viaduc des années 1970 en jardins suspendus livrés en 2017 à Séoul par MVRDV), d’énergie (le réseau de chauffage urbain à Gaziantep en Turquie à partir de coques de pistaches), d’agriculture (ferme verticale), de sécurité (les sanitaires collectifs dans les bidonvilles en Inde). Le visiteur peut visionner quatre portraits de ville: la renaissance de Détroit –déclarée en faillite en 2013–, grâce à l’implication de ses habitants; le désenclavement des favellas de Medellin par l’amélioration des mobilités (téléphérique) et la reconquête des espaces publics; la vertueuse Copenhague qui compte devenir en 2025 la première métropole du monde neutre en carbone, un revirement quand on sait qu'elle misait dans les années 1960 sur la création d’infrastructures routières impliquant la démolition de quartiers entiers pour se développer; et plus ambigu, un modèle de smart city, Songdo, dont le nombre de caméras installées dans l’espace public donne le vertige mais tranquillise les mères de famille.

On achève la visite par une invitation à dessiner sa perception sensible du territoire urbain. Car cette exposition itinérante, qui sera présentée au Museum of London en juillet 2017 puis dupliquée pour le Science Centre de Singapour, vise aussi à s’enrichir des contributions de ses visiteurs.

 

 

 

  • Mutations urbaines,
    jusqu’au 5 mars 2017
    Cité des sciences et de l’industrie 
    30, avenue Corentin-Cariou 75019 Paris

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 29820_1743685_k2_k1_4008033.jpg

Un hôtel bas carbone en modules de bois […]

30/09/2022

300 Conçu par l'agence d'architecture VON M, cet hôtel constitue l'assemblage de modules préfabriqués en bois, réalisés en usine dans le Voralberg à partir de lamellé-croisé produit localement. Dans le centre-ville de Ludwigsbourg (Allemagne), cet hôtel bas carbone construit à partir de modules […]

PHOTO - 30472_1782076_k6_k1_4104313.jpg

Un cadavre exquis par des logements, un parking et […]

29/09/2022

300 Près de la gare Saint-Jean à Bordeaux, ce programme mixte imbrique 46 logements et un parking au-dessus d'un centre de propreté municipal. A la croisée des usages qui fabriquent aujourd'hui un tissu fonctionnel, l'opération revendique le collage urbain par sa façade stratifiée. Pour Benjamin Colboc […]

PHOTO - 30472_1782010_k2_k1_4104158.jpg

COSA - portrait

29/09/2022

300 Arnaud Sachet et Benjamin Colboc fondent l'agence Cosa en 2016, à Paris. Arnaud Sachet, diplômé de l'ENSAIS en 2001, et Benjamin Colboc, diplômé de Paris Belleville en 2003, ont fondé Cosa en 2016, après avoir collaboré au sein de Colboc Franzen & associés. Recherchant des réponses simples à des […]

PHOTO - 30472_1782147_k2_k1_4104695.jpg

DORTE MANDRUP, UN ART DE L'ENRACINEMENT - […]

28/09/2022

300 Réunissant cinq projets conçus pour des lieux symboliques, l'exposition « Place », à la maison du Danemark à Paris, donne un aperçu de la méthode de l'architecte danoise Dorte Mandrup, mêlant analyse du contexte et harmonie des formes. A l'ère de l'anthropocène, elle invite à redécouvrir le dialogue […]

Ilulissat Icefjord Centre, Groenland, Dorte Mandrup architects

La démarche de Dorte Mandrup, en conférence

28/09/2022

300 Jeudi 13 octobre 2022, l'architecte Lars Johan Almgren, représentant de l'agence scandinave Dorte Mandrup, donnera une conférence à la maison du Danemark à Paris. L'occasion de découvrir autrement les projets présentés dans l'exposition "Place, Architecture et paysage en symbiose", consacrée aux […]

Tour de logements, Barcelone (Espagne), Studio Odile Decq architecte

En rouge et blanc, une tour de luxe à Barcelone […]

27/09/2022

300 Conçue par Odile Decq, cette tour de 30 étages abritant des logements de haut standing, se dresse à l'entrée de l'emblématique avenue Diagonal à Barcelone. Le projet a été distingué par le Chicago Atheneum International Award 2022, dans la catégorie High Rises / Skyscrapers. En 2015, le Studio Odile […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital