Guillaume Ramillien - Centre socioculturel, nommé au prix de la Première Œuvre 2016

Le centre socioculturel Christian-Marin, conçu par l'architecte Guillaume Ramillien à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) pour le compte de la ville, fait partie des cinq réalisations nommées au prix de la Première Œuvre 2016.

Nommé à l'Equerre d'argent 2016, catégorie Première Œuvre, Centre socioculturel Christian-Marin à Limeil-Brévannes, Guillaume Ramillien (architectes), Ville de Limeil-Brévannes (maître d'ouvrage) - © Pascal Amoyel
photo n° 1/3
Zoom sur l'image Guillaume Ramillien - Centre socioculturel, nommé au prix de la Première Œuvre 2016

"Les 200 m2 décrits dans la procédure adaptée allaient peiner à exister dans cette cité Anru de 700 logements. Heureusement, la ville a rapidement pris conscience de ce problème d’échelle", explique l'architecte Guillaume Ramillien. Avec le maître d'ouvrage, ils ont donc travaillé à l’amplification du programme, soucieux que la nouvelle construction trouve sa place dans un contexte à la monotonie un peu écrasante. Les lieux accueillent finalement des espaces d’animation pour les enfants, en plus de l’assistance sociale pour les adultes. De quoi approcher 400 m2, créer un étage et atteindre la masse critique pour incarner le renouvellement urbain et dialoguer avec le pignon auquel s’adosse la parcelle. Au-delà de la cohabitation, le projet de Guillaume Ramillien vise à mutualiser les espaces pour asseoir la vocation publique du bâtiment. Les salles d’activité sont polyvalentes et accessibles à tous par un hall en double hauteur au centre du plan; des fenêtres intérieures sont ouvertes et la gestion de l’équipement est assurée par un seul service. Pour doter ce lieu rassembleur d’une identité forte, l’architecte pose sur le soubassement en béton qui rattrape le nivellement du plan urbain un petit objet précieux en bois (structure et parement). Tranchant avec le contexte, celui-ci répond efficacement aux ambitions d’expressivité du concepteur, ainsi qu'aux ambitions environnementales –label Passivhaus– avec une isolation répartie et sans pont thermique. La peau est travaillée telle une maille textile: deux types de lattes (un mélèze brut de sciage et un Douglas autoclave teinté) s’assemblent en quinconce pour lui donner de la profondeur, en contrepoint de la lisse uniformité des alentours. Le modelage du volume participe à la perception d’un petit objet attrayant qui n’a pas de face principale mais une cinquième façade dont la végétalisation se prolonge aujourd’hui sur le pignon voisin. À l’intérieur, un jeu de plénums dévoile la charpente ou ménage des combles techniques. L’habillage bois des parois –qui camoufle des ouvrants de ventilation– participe à la chaleur conviviale des lieux, ouverts en vitrine sur l’espace public par de grandes baies fixes.

 

  • Lieu: Limeil-Brévannes, Val-de-Marne
  • Maîtrise d’ouvrage: ville de Limeil-Brévannes
  • Maîtrise d’œuvre: Guillaume Ramillien, architecte; Louis Choulet, BET fluides et HQE; ICM, BET structures bois; MDETC, économie
  • Programme: accueil de loisirs et maison de quartier
  • Surface: 385 m2 SP
  • Coût travaux: 925000 € HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus