Hardel Le Bihan - Logements sociaux et commerces - Paris

A quelques mètres du centre universitaire Clignancourt, les 63 logements s’inscrivent dans une opération mixte composée de deux immeubles d’habitat social et d’un resto’U, en association avec Gaëtan Le Penhuel Architecte. Les trois volumes bâtis qui composent cet ensemble, clairement identifiables, sont articulés autour d’une porosité nord-sud qui laisse passer le soleil jusque sur le mail Croisset. Le rez-de-chaussée commercial sur l’avenue de la Porte de Clignancourt complète le programme pour redynamiser le quartier.

Hardel Le Bihan - Logements sociaux et commerces - Paris 18e - © Schnepp Renou
photo n° 1/6
Zoom sur l'image Hardel Le Bihan - Logements sociaux et commerces - Paris

L’immeuble Hardel et Le Bihan, contenu dans l’angle nord-ouest de la parcelle et en retrait des limites séparatives, offre un vaste cœur d’îlot ensoleillé ainsi qu’une prairie plantée sur le toit du restaurant universitaire. Il s’implante dans le respect de la porosité caractéristique de la ceinture verte parisienne, alternant bâti et percées.

Eloge de la compacité

Culminant à R+9, les logements installent une verticalité assumée qui redéfinit l’entrée Nord de Paris et dynamise la volumétrie de l’ensemble. Le bâti emprunte aux HBM voisins un langage de failles, leur grande épaisseur, et réinterprète certaines de leurs modénatures en façade.  La conception d’un bâtiment épais, par les porosités qu’elle induit, contribue au confort urbain en faisant bénéficier le mail Croisset d’un ensoleillement direct. Elle permet également d’optimiser les surfaces habitables et d’offrir une quantité de vitrage généreuse en proportion des façades. La rationalité des plans n’a pas empêché de doter chaque appartement de qualités propres, et d’individualiser les espaces intérieurs à l’image des terrasses toutes différentes, qui donnent sa particularité à cette interface métropolitaine d’une porte de Paris en pleine mutation.

Une résille de béton

Afin d’atténuer la massivité du bâtiment, une peau extérieure légère dédouble les façades réelles. Cette peau légère revêt la forme d’une résille en béton préfabriqué, constituée de balcons et de poteaux. Elle instaure une esthétique façonnée par l’usage et le contexte. La disposition des balcons repose sur un principe de quinconce irrégulier qui anime les façades tout en optimisant l’ensoleillement et en rationnalisant la quantité d’espaces extérieurs. L’alternance de hauteurs simples et doubles élance le bâtiment et épouse sa verticalité. Le bâtiment, entièrement réalisé en béton, allie deux techniques de mise en oeuvre : préfabrication pour les poteaux, balcons, panneaux matricés ; et coulé en place pour les voiles des façades en fond des balcons. La nuance claire du bâtiment présente un contraste fort avec les ombres projetés par la résille et la matrice. La force plastique du projet est mise en avant par la discrétion du camaïeu de teintes gris blanc qui le compose et lui confère une certaine abstraction.

 

  • Lieu : avenue de la Porte de Clignancourt 75018 Paris. 
  • Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat
  • Maîtrise d'oeuvre : Hardel Le Bihan Architectes (Pascaline Gasc chef de projet) : 63 logements, commerces et parking ; Gaëtan Le Penhuel (architecte mandataire) : 40 logements et restaurant universitaire du CROUS ; ID+ (BET généraliste) ; RFR Elements (HQE) ; Fayat (entreprise générale)
  • Programme : ensemble de 103 logements sociaux, restaurant universitaire, commerces et parking 53 places
  • Surfaces : 9070 m² SDP dont surfaces Hardel Le Bihan : 4538 m² SDP logement et 390 m² SDP commerces
  • Calendrier : avril 2018
  • Coût : 18,6 M€ 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Walden Raft, par Elise Morin et Florent Albinet installé sur le lac d'Annecy / Annecy paysages 2019

Bel été

29/07/2019

La rédaction d’AMC vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous en septembre pour de nouvelles actualités. D’ici là, inscrivez-vous pour recevoir les newsletters thématisées du mois d’août (les expositions et […]

L'exposition Superstudio, la vie après l'architecture au Frac Centre-Val de Loire, 2019

Superstudio, fossoyeur du modernisme

26/07/2019

Entre 1966 et 1982, les architectes florentins de Superstudio ont engagé une réflexion théorique et critique sur la société de consommation. Par une surenchère de récits et d’images iconoclastes, le groupe se pose en fossoyeur de […]

Michel Buffet Guillemette Delaporte, préface d’Alain Fleischer

Michel Buffet, entre art et industrie

26/07/2019

Né en 1931, Michel Buffet fait partie de la première génération de designers industriels. Son travail incarne les formes et les couleurs des Trente Glorieuses, période durant laquelle les modes de vie changent, les transports se développent, les exigences de […]

k-studio Dexamenes Hotel, Plan large

En Grèce, K-studio transforme une exploitation […]

25/07/2019

K-studio redonne vie à une station viticole abandonnée, pour monter un hôtel de rêve sur plage privée, ton sur ton. Là, tout n’est que luxe, calme et volupté. Dans le Péloponèse à Kourouta, Nikos Karaflos a fait transformer […]

PULSE, immeuble de bureaux à Saint-Denis pas BFV Architectes

Un immeuble de bureaux en structure mixte qui […]

24/07/2019

Cet immeuble de bureaux de sept étages, conçu avec une structure mixte bois-béton, renferme un atrium surgissant telle une clairière dans une forêt dense. Par sa rigueur constructive, il transforme des espaces de travail en véritables lieux de vie. A la […]

BFV Architectes. Jean-Brice Viaud, Olivier Fassio et Jean Bocabeille

BFV Architectes - Portrait

24/07/2019

Créée en 2018, BFV Architectes réunit les architectes Jean Bocabeille, Olivier Fassio et Jean-Brice Viaud. BFV Architectes est une jeune agence. Créée en 2018, elle réunit trois "fringants quinquagénaires" souhaitant élargir leur […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus