Hardel Le Bihan - Logements sociaux et commerces - Paris

A quelques mètres du centre universitaire Clignancourt, les 63 logements s’inscrivent dans une opération mixte composée de deux immeubles d’habitat social et d’un resto’U, en association avec Gaëtan Le Penhuel Architecte. Les trois volumes bâtis qui composent cet ensemble, clairement identifiables, sont articulés autour d’une porosité nord-sud qui laisse passer le soleil jusque sur le mail Croisset. Le rez-de-chaussée commercial sur l’avenue de la Porte de Clignancourt complète le programme pour redynamiser le quartier.

Hardel Le Bihan - Logements sociaux et commerces - Paris 18e - © Schnepp Renou
photo n° 1/6
Zoom sur l'image Hardel Le Bihan - Logements sociaux et commerces - Paris

L’immeuble Hardel et Le Bihan, contenu dans l’angle nord-ouest de la parcelle et en retrait des limites séparatives, offre un vaste cœur d’îlot ensoleillé ainsi qu’une prairie plantée sur le toit du restaurant universitaire. Il s’implante dans le respect de la porosité caractéristique de la ceinture verte parisienne, alternant bâti et percées.

Eloge de la compacité

Culminant à R+9, les logements installent une verticalité assumée qui redéfinit l’entrée Nord de Paris et dynamise la volumétrie de l’ensemble. Le bâti emprunte aux HBM voisins un langage de failles, leur grande épaisseur, et réinterprète certaines de leurs modénatures en façade.  La conception d’un bâtiment épais, par les porosités qu’elle induit, contribue au confort urbain en faisant bénéficier le mail Croisset d’un ensoleillement direct. Elle permet également d’optimiser les surfaces habitables et d’offrir une quantité de vitrage généreuse en proportion des façades. La rationalité des plans n’a pas empêché de doter chaque appartement de qualités propres, et d’individualiser les espaces intérieurs à l’image des terrasses toutes différentes, qui donnent sa particularité à cette interface métropolitaine d’une porte de Paris en pleine mutation.

Une résille de béton

Afin d’atténuer la massivité du bâtiment, une peau extérieure légère dédouble les façades réelles. Cette peau légère revêt la forme d’une résille en béton préfabriqué, constituée de balcons et de poteaux. Elle instaure une esthétique façonnée par l’usage et le contexte. La disposition des balcons repose sur un principe de quinconce irrégulier qui anime les façades tout en optimisant l’ensoleillement et en rationnalisant la quantité d’espaces extérieurs. L’alternance de hauteurs simples et doubles élance le bâtiment et épouse sa verticalité. Le bâtiment, entièrement réalisé en béton, allie deux techniques de mise en oeuvre : préfabrication pour les poteaux, balcons, panneaux matricés ; et coulé en place pour les voiles des façades en fond des balcons. La nuance claire du bâtiment présente un contraste fort avec les ombres projetés par la résille et la matrice. La force plastique du projet est mise en avant par la discrétion du camaïeu de teintes gris blanc qui le compose et lui confère une certaine abstraction.

 

  • Lieu : avenue de la Porte de Clignancourt 75018 Paris. 
  • Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat
  • Maîtrise d'oeuvre : Hardel Le Bihan Architectes (Pascaline Gasc chef de projet) : 63 logements, commerces et parking ; Gaëtan Le Penhuel (architecte mandataire) : 40 logements et restaurant universitaire du CROUS ; ID+ (BET généraliste) ; RFR Elements (HQE) ; Fayat (entreprise générale)
  • Programme : ensemble de 103 logements sociaux, restaurant universitaire, commerces et parking 53 places
  • Surfaces : 9070 m² SDP dont surfaces Hardel Le Bihan : 4538 m² SDP logement et 390 m² SDP commerces
  • Calendrier : avril 2018
  • Coût : 18,6 M€ 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

A quoi sert l’histoire de l’architecture aujourd’hui ?

De l’utilité de l’histoire

16/11/2018

Voici un ouvrage modeste par son volume mais ambitieux par les ouvertures qu’il propose. Le projet éditorial dirigé par l’architecte, historien et professeur Richard Klein fait suite au livre intitulé A quoi sert l’histoire aujourd’hui ? d’Emmanuel […]

Vue de scenographie de Normal Studio, au MAD Paris-Credit Laure Carsalade

La folle histoire du design, selon Normal Studio […]

16/11/2018

Le MAD Paris s’est doté d’un nouvel accrochage pour faire la part belle à sa collection contemporaine permanente. Intitulé « La folle histoire du Design », il a été inauguré le 19 octobre, sur une scénographie de Normal Studio. […]

Equerre d'argent

ÉQUERRE D'ARGENT 2018 : LE JURY ET LES 25 […]

15/11/2018

Vingt-cinq opérations ont été sélectionnées pour l’Equerre d’argent et le prix de la Première œuvre 2018. Le jury (voir liste des membres ci-dessous) sera présidé par Bernard Plattner, architecte, directeur de RPBW (Renzo […]

Rendez-vous à suivre

Cinq rendez-vous d'architecture du 16 au 22 […]

15/11/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Franchir la berge. Les Alpes, les lacs, des architectures Jusqu’au 16? novembre, à l’îlot S, à Annecy L’exposition […]

Equerre d'argent 2018

Equerre d'argent 2018 : les nommés de la catégorie […]

14/11/2018

Vingt et une réalisations sont en lice pour le prix de l'Equerre d'argent et quatre pour celui de la Première Œuvre 2018. Cette sélection a été réalisée par les rédactions du Moniteur et d'AMC, à partir de quelque 240 […]

L'immeuble Perspective, livré par Nicolas Laisné et Dimitri Roussel à Bordeaux - 2018

Signé Laisné Roussel, le plus grand bâtiment de […]

14/11/2018

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel ont inauguré fin octobre 2018 le plus grand immeuble de bureau en ossature bois de France : l’immeuble Perspective a pris forme à Bordeaux et s’élève jusqu’en R+6. Véritable vitrine de la filière […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus