Hérault-Arnod Associés - Salle de musiques amplifiées et électroniques, nominée à l'Equerre d'argent 2015

Nominée à l'Equerre d'argent 2015, catégorie Culture Jeunesse et Sport, "La Belle Electrique", la nouvelle salle de musiques amplifiées et électroniques de Grenoble (Isère) à été conçue par Hérault-Arnod Associés.

Nominée à l'Equerre d'argent 2015, catégorie Culture Jeunesse et Sport - © ANDRE MORIN
photo n° 1/5
Zoom sur l'image Hérault-Arnod Associés - Salle de musiques amplifiées et électroniques, nominée à l'Equerre d'argent 2015

Une fois franchi l’ancien portail d’entrée des usines Bouchayer-Viallet de Grenoble (Isère), une nouvelle salle de concert dédiée aux musiques actuelles se découvre, sur cette friche industrielle réhabilitée en écoquartier. "Au moment du concours, personne ne savait encore comment les abords du bâtiment seraient aménagés. D’où cet objet multi-orienté, capable de s’adapter à différentes configurations de l’espace urbain", explique Isabel Hérault, architecte aux côtés d’Yves Arnod de "la Belle Electrique", constituée de cinq volumes habillés de mélèze et disposés en étoile. Les cinq boîtes convergent autour de la salle de concert, cœur du dispositif : deux d’entre elles, ouvertes sur la ville, sont dédiées à l’accueil du public (hall, restaurant) ; trois autres, protégées par des claustras, abritent les loges des musiciens, les locaux techniques et les bureaux de l’administration. La Belle Electrique fait partie d’une série de salles conçues par le même duo d’architectes, où le cheminement du public fait partie du spectacle, celui-ci disposant de portiques d’entrée monumentaux. C’est en franchissant le rideau de scène transparent – une paroi vitrée sinusoïdale suspendue par des câbles à une poutre tridimensionnelle – que le public pénètre dans un espace immense où une mezzanine peinte en noir se déploie en décrivant des mouvements organiques, telle une anguille, sortant sa tête au-delà de la baie vitrée pour former des balcons en porte-à-faux. C’est alors la ville elle-même qui devient le spectacle. La salle de concert est un véritable blockhaus, avec un double mur en béton rempli d’isolant pour absorber les basses fréquences de la musique amplifiée et un dispositif acoustique étudié pour que la musique se fasse enveloppante sans assommer (revêtement en feutre et lattes en bois). La Belle Electrique réinterprète l’architecture du théâtre à l’italienne, avec fosse, gradins et balcons, en rouge et noir. "Le spectateur le plus éloigné se situe à 20 m seulement de la scène. Une distance infime pour une salle de 950 places", renchérit l’exploitant MixLab.

 

  • Lieu : Grenoble, Isère
  • Maîtrise d’ouvrage : Ville de Grenoble
  • Maîtrise d'œuvre : Hérault-Arnod Associés, architecte mandataire ; Camille Bérar et Laetitia Capuano, chefs de projet ; Nicolas Ingénieries, BET fluides; Batiserf, BET structure; Denizou, économiste; Ducks Scéno, scénographie; Lasa, BET acoustique; Sinequanon, OPC; IMR, restauration
  • Programme : salle de concert
  • Surface : 2 790 m² Shon
  • Coût : 6,97 M€ HT, travaux (scénographie incluse)

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus