Hommage prospectif à Nicolas Schöffer - Exposition au LaM

A Villeneuve d’Asq, le LaM consacre Nicolas Schöffer (1912-1992) avec une exposition-spectacle qui rend hommage à un artiste injustement oublié. Présentée jusqu’au 20 mai 2018, « Nicolas Schöffer. Rétroprospective » permet de prendre toute la mesure d’un œuvre exploratoire et transverse qui révèle aussi nombre de projets expérimentaux et collaboratifs avec les architectes de son temps.

Nicolas Schöffer. Rétroprospective au LAM. Nicolas Schöffer, Effet prismatique. - © N. Dewitte / LaM. © Adagp, Paris - Éléonore de Lavandeyra- Schöffer, 2018
photo n° 1/10
Zoom sur l'image Hommage prospectif à Nicolas Schöffer - Exposition au LaM

De son vivant, les innovations de Nicolas Schöffer ont suscité des réactions immédiates et l’ont porté à un degré de notoriété que peu d’artistes de sa génération ont connu. Exposé par la galeriste Denise René à Paris, il bénéficie très tôt d’une première exposition personnelle au musée des Arts décoratifs en 1963, deux ans après la construction de sa célèbre Tour Spatiodynamique Cybernétique et Sonore à Liège. Célébré ou détesté, il remporte le Grand prix de sculpture de la Biennale de Venise en 1968.

La cybernétique

L’époque qu’il incarne est celle de la Reconstruction et des Trente Glorieuses, quand la société tout entière imaginait son futur comme le fruit de progrès exponentiels et l’accroissement de savoirs de mieux en mieux partagés. Dès la fin des années 1940, il embrasse les recherches les plus novatrices – la cybernétique –, et en fait le point de départ d’une réflexion sur les buts et les moyens de l’art qui bouleversera radicalement son aspect et ses procédures. Alors qu’il crée des sculptures animées depuis plus de quinze ans, il monte Kildex, le premier spectacle cybernétique à l’Opéra de Hambourg en 1973, accompagné, entre autres, par le compositeur Pierre Henry et la danseuse Carolyn Carlson.

De l’urbanisme au décor d’une boîte de nuit

Artiste pluridisciplinaire, enseignant, essayiste, il s’intéresse aussi à l’urbanisme, participe à la fondation du Groupe international d’architecture prospective (GIAP) et concourt pour les grands projets urbains des halles ou du Centre Pompidou. Son influence se retrouve aussi dans la culture populaire, notamment à travers les décors qu’il réalise pour la boîte de nuit le Voom-Voom à Saint-Tropez ou des émissions de télévision, ou encore avec le Lumino, édité par la firme Philips avec laquelle il collabore pendant plus de vingt ans.

Le parti de la prospective

Développée selon neuf chapitres, l’exposition prend le parti de la “prospective” plutôt que de la “rétrospective” à travers une sélection de sculptures, de peintures, de dessins et de documents emblématiques de son oeuvre, dont des inédits provenant directement de l’atelier et du fonds d’archives de l’artiste. Ses projets les plus exploratoires et ses collaborations expérimentales transdisciplinaires avec les architectes, les musiciens, les chorégraphes, les scientifiques ou les industriels de son temps sont complétés par des documents d’époque – films, photographies, magazines, publicités – réinscrivant chacun d’entre eux dans son contexte de création, de diffusion et de réception.

 

  • "Nicolas Schöffer. Rétroprospective", jusqu'au 20 mai 2018 
  • Commissariat : Arnauld Pierre; commissaire invité: Sébastien Delot, directeur-conservateur du LaM 
  • LaM, 1 allée du Musée, 59650 Villeneuve d’Ascq 
  • www.musee-lam.fr

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 010_Image67296.jpg

Dans les archives d'AMC: Raj Rewal, en quête d'une […]

14/05/2021

300 En novembre 2013, Sandrine Gill et Patrick Henry rencontrent Raj Rewal, dans son agence à Delhi. Né en 1934, l'architecte appartient à cette génération post-coloniale d'intellectuels indiens qui ont voyagé et étudié hors de leur pays. S'il reconnaît l'apport de Le Corbusier et Louis Kahn, il ne […]

PHOTO - 24961_1478094_k2_k1_3420683.jpg

Raj Rewal en conversation - Livre

14/05/2021

300 Bien que Raj Rewal, figure du modernisme indien, soit considéré comme l'un des acteurs majeurs de la scène architecturale de l'Asie du Sud-Est, son œuvre demeure largement méconnue tant elle est abondante et protéiforme. A l'heure où la tendance de « la plus grande démocratie du monde » est […]

Palmarès de l'Equerre d'argent 2021, les candidatures sont ouvertes

Équerre d'argent 2021: les candidatures sont […]

12/05/2021

300 Les candidatures pour participer à la 39e édition du palmarès de l'Equerre d'argent sont ouvertes ! Proposez vos réalisations avant le 10 septembre 2021. Décernée depuis 1983, le prix organisé par les rédaction du Moniteur et d'AMC a pour objectif de faire connaître le meilleur de la production […]

Abonnés AMC

Extension d'équipement scolaire, Ateliers O-S, Lugrin (Haute-Savoie)

Pureté des formes et humanité de la matière, une […]

11/05/2021

300 A Lugrin, commune du pays d'Evian offrant un panorama époustouflant sur le lac Léman, la silhouette étirée en Corten du nouveau réfectoire de l'école signée Ateliers O-S émerge du site étagé en terrasses. Avec sa forme archétypale de la grange à deux pans, il joue de la pureté de son volume pour […]

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, en charge de l’urbanisme, l’architecture, du Grand Paris, de la transformation des politiques publiques et des relations avec les arrondissements.

PLU bioclimatique, esthétique parisienne et […]

11/05/2021

300 Révision du plan local d'urbanisme, élaboration d'un "Manifeste de l’esthétique parisienne", débat sur la construction de nouvelles tours, etc. Dans un long entretien avec les journalistes du Moniteur, Marie-Douce Albert et Nathalie Moutarde, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la maire de […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24961_1477829_k2_k1_3420175.jpg

L'impossible héritage berlinois, entre mythes et […]

10/05/2021

300 A Berlin, dans le quartier populaire de Neukölln en passe d'être gentrifié, le projet de destruction-reconstruction de l'iconique grand magasin Kartast fait polémique. Un projet confié à David Chipperfield par Signa Holding, qui révèle le rapport ambigu qu'entretient la ville avec les fantômes […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital