Ingo Maurer s’en est allé… et la lumière fut

Le 21 octobre 2019, à 87 ans, Ingo Maurer a tiré sa révérence. Son entreprise éponyme qui était sa famille, riche des œuvres qu’il a signées depuis son premier luminaire The Bulb en 1966, continue de briller en son nom.

whatwedocounts, Ingo Maurer, 2015 - © Ingo Maurer
photo n° 1/15
Zoom sur l'image Ingo Maurer s’en est allé… et la lumière fut

Né en 1932 sur une île du lac de Constance, Ingo Maurer est avant tout d'un insulaire, né en regardant le ciel et sous une bonne étoile. Après avoir suivi une formation de typographe, il quitte l’Europe pour travailler aux Etats-Unis en 1960, ce qui marque un tournant dans le métier qu’il embrassera ensuite de designer artiste. Son premier projet, Bulb, édité en 1966 sous sa société Design M, est un hommage à Thomas Edison. L'objet entre dès 1969 dans la collection du MoMa (New-York) et reste une pièce iconique. Dans les années 1970, Maurer s’intéresse au papier japonais comme matériau d’expérimentation de ce à quoi il va consacrer sa vie, la lumière, toujours à la manière d’un poète, avec humour, grâce et fantaisie.

 

Essais sur l’oiseau et coup de torchon

En 1984, Ingo Maurer développe YaYaHo, un système pionnier de câbles qui accueille différentes typologies d’halogènes repositionnables, et fonctionne à basse tension. Le dispositif est choisi par le Centre Pompidou pour une exposition en 1985. Le designer réalise également des plafonds uniques pour des boutiques quand la Fondation Cartier fait appel à lui pour une installation dans un cadre artistique en 1989. Sa reconnaissance est très tôt internationale. De son goût du jeu vient sa lampe à plumes ou Essais sur l’oiseau Lucellino, née en 1992 et revisitée sous de nombreuses formes en 2018. A partir de sa fascination pour le mouvement de l’explosion, il produit le chandelier Porca Miseria, en 1994. Inspiré du film de Michelangelo Antonioni Zabriskie Point, il raconte alors l’exaspération d’une femme italienne qui jetterait sa vaisselle vers son mari. Ou encore la suspension Comic Explosion de 2010, dont les onomatopées se lisent comme une bande dessinée.

 

La société de Maurer produit aussi des projets avec d’autres designers, comme son coup de torchon Delight, créée en 1980 par Frans van Nieuwenborg & Martijn Wegman. Cette applique est en textile de fibre de verre. Avec Ron Arad, il fabrique en 2016, une sculpture en cinq segments orientables. Dans l’espace public, il habille notamment en 1998, la station de métro de Munich Westfriedhof de ses coupes géantes XXL Dome. En 2019, il anime le bâtiment milanais Torre Velasco pendant le salon du Meuble. Et il renoue avec la légèreté du papier en y présentant la petite applique à usage domestique OOP'S. Faisons nôtre pour un dernier hommage, la citation de sa lampe de table en bulle de BD, "What we do counts" (ce que l’on fait compte), pied de nez qui reflète une existence pleine, joyeuse et créative. Les 60 personnes qui constituent son équipe continuent désormais d’éclairer son travail.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage)

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de […]

15/01/2020

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les […]

Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Antoine Dufour architectes, portrait des lauréats […]

15/01/2020

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur […]

Atelier de stockage, ancien camp de Natzweiler-Struthof, Natzwiller (67) ; Antoine Dufour, Choulet, Ecallard, Bollinger Grohmann

L'agence Antoine Dufour architectes, en projets

15/01/2020

Les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour, lauréats du prix de la Première Œuvre 2019, revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Par la charge de Pierre Dufour -architecte en chef des Monuments historiques dans les départements du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus