Inpi-Cerda, Sophia Antipolis, Yves Bayard et Henri Vidal architectes, 1985

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un Quartier latin dans les champs, voué à l'intelligence et à la modernité économique et sociale". De l'utopie originelle demeurent les architectures singulières qui peuplent aujourd'hui Sophia Antipolis. Retour sur le bâtiment de l'Inpi-Cerda, conçu par les architectes Yves Bayard et Henri Vidal en 1985.

INPI-CERDA, Sophia Antipolis, Yves Bayard et Henri Vidal architectes, 1985 - © Serge Demailly
photo n° 1/3
Zoom sur l'image Inpi-Cerda, Sophia Antipolis, Yves Bayard et Henri Vidal architectes, 1985

Articles Liés

Sophia Antipolis: la silicon valley française a 50 ans

Déployé dans le creux d'un terrain, pris entre deux fortes pentes, le bâtiment de l'Inpi-Cerda, conçu par les architectes Yves Bayard et Henri Vidal en 1985, recrée son propre paysage. Comme une oasis, volumes bâtis, petits bassins et massifs végétaux s'entremêlent pour former un îlot de fraîcheur au creux de la pinède. Par leur massivité et leur opacité, les matériaux employés (pierre, verre fumé et pans de béton préfabriqués) s'apparentent à des parois naturelles où glissent des cascades végétales. La juxtaposition par les concepteurs des formes organiques des éléments naturels et des lignes franches du bâti revendique une approche très "wrightienne".

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus