Karawitz - 23 logements locatifs - Paris XIXe arr.

Le projet de logements intermédiaires -c'est-à-dire à loyer maîtrisé- développé pour l’Ogif par l’agence Karawitz comprend 23 appartements, un restaurant, un jardin et un parking. Etonnante particularité, le projet a hérité des ambitions d’une opération d’habitat groupé, conçue par les mêmes architectes pour le groupe d'habitants "Diapason", mais abandonnée en 2012. Celui-ci comptait 14 logements, un studio commun et des commerces et n’épuisait pas les possibilités du COS. D’où la possibilité pour Karawitz de proposer davantage d’habitations dans le projet final.

23 logements locatifs, Karawitz architectes, Paris, XIXe arr. - © Schnepp.Renou
photo n° 1/14
Zoom sur l'image Karawitz - 23 logements locatifs - Paris XIXe arr.

La parcelle concernée est bien connue des Parisiens. Située à quelques centaines de mètres du parc de la Villette, au bord du canal de l’Ourcq, elle fait face à l’eau et se glisse dans une parcelle triangulaire. Pour amplifier sa singularité, le terrain est desservi par un niveau haut, rue de l’Ourcq, au débouché d’un pont piéton qui franchit le canal, tandis qu’il s’incline vers la rue de la Meurthe. Enfin, le site offre l’occasion, rare à Paris, de développer un bâti autonome, sans mitoyen, et de dégager à la fois un jardin au sud et une vue exceptionnelle au nord. Le permis de construire obtenu dès octobre 2011 dans le cadre du projet développé à l’époque par Karawitz pour Diapason a été conservé avec deux modifications. Si l’imbrication d’appartements en Z (les duplex) ou en L (les flats) a été abandonnée dans le projet actuel, celui-ci hérite de la desserte par une faille. Colonne vertébrale du projet, cette faille met en connexion le canal et le jardin par la transparence qu’elle offre. Elle abrite un escalier et permet de desservir quatre appartements par des paliers très généreux. En façade côté canal, les oriels qui agrandissaient ou réduisaient les appartements selon la surface recherchée dans l’ancien projet ont mué en balcons.

Vues plongeantes

La maison commune projetée pour Diapason s’est transformée en logement individuel. Les typologies proposées sont des T2 et T3 sur canal et jardin, les appartements sous combles offrant des déclinaisons plus singulières. Tous sont doublement orientés et bénéficient d’un balcon. Côté canal, certaines fenêtres sont dotées d’allèges en verre pour offrir aux pièces de vie des vues plongeantes sur l’eau. Les choix structurels ont porté sur une structure béton et une isolation par l’extérieur. La faille arbore des enduits réfléchissants, tandis que le reste du revêtement est constitué de bois prégrisé. Cette modénature extérieure contraste avec des châssis intérieurs en bois ou en aluminium. Enfin, les toitures aux multiples chiens-assis et dont les pentes se déhanchent selon les desiderata du PLU sont revêtues de zinc, générant une forme sculpturale à l’aspect cuirassé.

 

  • Lieu: Paris XIXe arr.
  • Maîtrise d’ouvrage: Ogif
  • Maîtrise d’œuvre: Karawitz, architecte mandataire; chef de projet, Nils Edelman; équipe, Marielle Kremp, Alexander Bartzsch, Florian Gravé, Corinne Téa, Ecki Czallner; A.I.A., BET structure; AMOES, BET fluides, thermie, environnement; Tohier, économiste; Acoustique & Conseil, BET acoustique
  • Programme: 23 logements et deux locaux commerciaux
  • Surface: logements, 1357,5 m2 SPC; commerces, 222,8 m2 SPC; jardin, 120 m2 SPC
  • Livraison: 2016
  • Coût de l’opération: 3,67 € HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • Max

    Projet architectural de qualité.. On aurait pu mettre de la couleur sur les façades à la place de la teinte grise classique et repetitive sur trop de bâtiments modernes.

The Beit Project à Paris - novembre 2018

The Beit Project est actuellement à Paris

19/11/2018

Après Barcelone, Berlin, Rome, Lodz, Nice, Marseille, Tanger, Sant Boi, Athènes, Ixelles, Bruxelles, Sofia, Skopje, Paris accueille actuellement, dans les murs de la Gare de l'Est, The Beit Project, lancé par l'architecte David Stoleru. Après avoir […]

Dancing Forest de Kengo Kuma, Rennes

Kengo Kuma parle aux oiseaux à Rennes, dans le […]

19/11/2018

En cette fin d'année 2018, l'architecte japonais Kengo Kuma est le premier - des huit concepteurs invités - à livrer un nichoir à oiseaux inédit à Rennes. Dans l’attende de l’inauguration d’un complexe hôtelier dans […]

A quoi sert l’histoire de l’architecture aujourd’hui ?

De l’utilité de l’histoire

16/11/2018

Voici un ouvrage modeste par son volume mais ambitieux par les ouvertures qu’il propose. Le projet éditorial dirigé par l’architecte, historien et professeur Richard Klein fait suite au livre intitulé A quoi sert l’histoire aujourd’hui ? d’Emmanuel […]

Vue de scenographie de Normal Studio, au MAD Paris-Credit Laure Carsalade

La folle histoire du design, selon Normal Studio […]

16/11/2018

Le MAD Paris s’est doté d’un nouvel accrochage pour faire la part belle à sa collection contemporaine permanente. Intitulé « La folle histoire du Design », il a été inauguré le 19 octobre, sur une scénographie de Normal Studio. […]

Equerre d'argent

ÉQUERRE D'ARGENT 2018 : LE JURY ET LES 25 […]

15/11/2018

Vingt-cinq opérations ont été sélectionnées pour l’Equerre d’argent et le prix de la Première œuvre 2018. Le jury (voir liste des membres ci-dessous) sera présidé par Bernard Plattner, architecte, directeur de RPBW (Renzo […]

Rendez-vous à suivre

Cinq rendez-vous d'architecture du 16 au 22 […]

15/11/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Franchir la berge. Les Alpes, les lacs, des architectures Jusqu’au 16? novembre, à l’îlot S, à Annecy L’exposition […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus